LE DIRECT
 « Pierrot le fou » et « Le Mépris » © Studiocanal - Société Nouvelle de cinématographie - Dino de Laurentis Cinematographica, S.P.A, « Le Livre d’image » © Wild Bunch, Jean-Luc Godard © Patrick Swirc

Dispute spéciale Jean-Luc Godard : "Un film a juste à se penser et à se dessiner"

54 min
À retrouver dans l'émission

Ce soir, La Dispute bouleverse ses programmes pour se consacrer au cinéaste Jean-Luc Godard. Retour sur la carrière du réalisateur et "Le Livre d'image", diffusé sur Arte.

 « Pierrot le fou » et « Le Mépris » © Studiocanal - Société Nouvelle de cinématographie - Dino de Laurentis Cinematographica, S.P.A, « Le Livre d’image » © Wild Bunch, Jean-Luc Godard © Patrick Swirc
« Pierrot le fou » et « Le Mépris » © Studiocanal - Société Nouvelle de cinématographie - Dino de Laurentis Cinematographica, S.P.A, « Le Livre d’image » © Wild Bunch, Jean-Luc Godard © Patrick Swirc

A quelques jours de la diffusion du "Livre d'image" sur Arte, Jean-Luc Godard s'entretenait ce lundi 15 avril avec Olivia Gesbert dans La Grande Table. 

Dans le cadre de cette journée spéciale France Culture, une Dispute exceptionnelle vous propose un retour thématique sur l'oeuvre godardienne. 

Jean-Luc Godard et la peinture

Photogramme extrait de "Pierrot le fou" de Jean-Luc Godard (Youtube)
Photogramme extrait de "Pierrot le fou" de Jean-Luc Godard (Youtube)

Avec ce travail sur les couleurs primaires et celles du drapeau français, il y a une volonté de travailler des couleurs anti-naturelles pour montrer que le cinéma est quelque chose de profondément artificiel. C’est une manière d’arracher le cinéma à la nature. Murielle Joudet

Godard est quelqu’un qui a un attachement à la technique mais quasiment pour la détourner. Depuis "Film Socialisme", on a l’impression que les bleus et les rouges se superposent. C’est Monet à Giverny et en même temps c’est l’aspect intégré de nos pixels que Godard retravaille en sculpteur. Philippe Azoury

"Le Livre d'image" est vraiment ponctué de citations de peintures. Il y a du Delacroix, du Caillebotte, du Masaccio, du Giacometti. Henri Le Blanc

Jean-Luc Godard et la question du cadrage

Photogramme extrait de "Une femme mariée" de Jean-Luc Godard (Youtube)
Photogramme extrait de "Une femme mariée" de Jean-Luc Godard (Youtube)

Jean-Luc Godard cadre de deux manières. Il y a cette frontalité vraiment provocatrice marquant toutes les années 1960. Et il y a cette passion pour la caméra de biais avec une ou plusieurs strates d’informations et des profondeurs de champ incroyables. Philippe Azoury

Ce qui me frappe dans le cadrage chez Godard et notamment dans les films des années 1960, est son oeil de graphiste. Il a cette façon d'utiliser la typographie qui iconise complètement ses personnages. Antoine Guillot

Jean-Luc Godard : montage et scénario 

Jean-Paul Belmondo et Jean Seberg dans une scène du long métrage "À bout de souffle", de Jean-Luc Godard, en 1960. Crédit photographique :  Les Acacias
Jean-Paul Belmondo et Jean Seberg dans une scène du long métrage "À bout de souffle", de Jean-Luc Godard, en 1960. Crédit photographique : Les Acacias

La citation va servir à faire élément de montage avec un effet de coordination. Tout est sur le même plan. Il n’y a pas de flashback et d’enchâssement. Tout est l’un après l’autre et cela crée des effets de rythme qui ont un lien avec la question du montage. Lucile Commeaux

Dès "A bout de souffle", Godard invente le collage qui se voit. Il nous montre qu’il est en train de faire un film. Par ailleurs, ce n’est jamais quelqu’un qui va écrire un beau scénario pour pouvoir le mettre en image. Tout va se faire réellement au moment du montage. Ce qui fait qu'il n'aura plus rien à faire de la narration. Antoine Guillot

Godard a dit quelque chose de très beau sur "Nouvelle Vague" : "L’histoire tenait sur deux minutes mais le film devait durer une heure et demie". C’est à partir du moment où l’histoire est racontée que Godard commence. C’est à la fois toute l’opacité et le génie du cinéaste. Murielle Joudet

Jean-Luc Godard et l'art de la citation

"Le Livre d'image" Copyright Wild Bunch Distribution
"Le Livre d'image" Copyright Wild Bunch Distribution

La citation est une figure récurrente chez Godard. On a même l’impression que son cinéma est hypermnésique. Il récupère et régurgite absolument tout de manière assez littérale. Lucile Commeaux

Godard c’est la citation. Tous les films fonctionnent sur ce principe de citer d’autres oeuvres. C’est presque un processus cognitif. (..) Il pense par association, par montage, par collision d’une oeuvre avec une autre. C’est l’idée très postmoderne qu’un personnage, un affect ou une situation renvoie à une chose qui existe déjà dans l’histoire de l’art. Murielle Joudet

Godard s’inscrit dans une filiation de Picasso avec "Nature morte à la chaise cannée" à William S. Burroughs avec le cut-up. Il travaille par fragment et peut associer des choses qui lui appartiennent ou non. Cette idée a aussi un rapport politique. Quand il utilise des fragments qui ne lui appartiennent pas, il pense finalement qu’il a le droit de le faire. Henri Le Blanc

Jean-Luc Godard et ses actrices, le personnage JLG

Jean-Luc Godard à sa conférence de presse au festival de Cannes en 2018. Crédit Photographique : Getty
Jean-Luc Godard à sa conférence de presse au festival de Cannes en 2018. Crédit Photographique : Getty

Il y a chez Godard cette opposition un peu clichée du Pygmalion et de la muse (...) Les questions de cinéma et d'amour se résolvent dans le mêmes termes, c’est-à-dire faire des films. Murielle Joudet

Il y a cette créature qui va presque le dépasser, comme Gainsbarre a dépassé Gainsbourg dans les années 1980, et c’est JLG. C’est-à-dire celui qui se met en scène et qui va devenir une créature médiatique. Il sait que sa parole va être recueillie comme un oracle par de fervents admirateurs qu’il méprise souverainement mais elle va en faire une sorte de bouffon médiatique. Antoine Guillot

Jean-Luc Godard et la politique

"La Chinoise" de Jean-Luc Godard © Collection Christophel
"La Chinoise" de Jean-Luc Godard © Collection Christophel

Je crois que Jean-Luc Godard est obsédé par le cinéma de résistance qu'il a essayé d'explorer à travers le militantisme. La notion de guerre est très présente chez lui. A travers la guerre, c’est aussi l’idée que le cinéma n’a peut être pas pris sa part dans la Seconde Guerre Mondiale. Henri Le Blanc

Tout le divorce entre son et image qui va accompagner les années 1970 et encore aujourd’hui avec "Le Livre d’image" est de réparer la faute selon laquelle on ne sait pas voir et entendre. Dans "Le Livre d’image", la première partie mêle presque sans distinction fiction et documentaire pour nous dire que le cinéma a mieux raconter, en fiction, la Seconde Guerre Mondiale que le documentaire. Philippe Azoury

Peut-on ou faut-il comprendre les films de Jean-Luc Godard ?

Jean Luc Godard. Crédit photographique : ullstein bild / Contributeur
Jean Luc Godard. Crédit photographique : ullstein bild / Contributeur

Il est impossible de tout saisir mais malgré tout on sort d'un film de Jean-Luc Godard dans un autre état que celui dans lequel on est entré. Il se passe quelque chose. Il faut avant tout ressentir ses films. Antoine Guillot

On met du temps à se remettre d’un film de Jean-Luc Godard. Cela sédimente, on y revient, on y repense. Cela s’éclaire petit à petit. Dans une époque d’instantanéité où l'on explique tout, a-t-on vraiment besoin de tout comprendre ? Henri Le Blanc

L’opacité de ses films invite finalement, et parfois, à régresser vers un état presque enfantin, plus primitif. Mais je pense aussi qu’une certaine culture peut aider à comprendre Jean-Luc Godard. Murielle Joudet 

♪ Générique de l'émission : Sylvie Fleury & Sidney Stucki, "She devils on wheels", extrait de l'album "Sound Collaborations 1996-2008" (label Villa Magica Records).

Intervenants

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......