LE DIRECT

Expositions: Les maîtres du désordre, Stephane Pancreac'h et Eva Besnyo

58 min
À retrouver dans l'émission

Ce soir sur France Culture, La Dispute portera sur l’actualité des arts plastiques avec les critiques :

-Richard Leydier de Art press

-Yasmine Youssi de Télérama

-Corinne Rondeau

A propos des expositions :

Les maîtres du désordre - au musée du quai Branly jusqu'au 29 juillet

Extrait d'un entretien avec Attoumani Abdallah (Maître des esprits à Mayotte).

Catalogue "Les Maîtres du désordre"
Catalogue "Les Maîtres du désordre" Crédits : Radio France

Richard Leydier : "Je ne trouve pas que le dialogue entre art contemporain et objets ethniques soit la chose la plus intéressante dans cette exposition."

Yasmine Youssi : "Je trouve que c'est une exposition à marquer d'une pierre blanche. C'est vraiment la première qui soit digne de ce nom et où on donne à voir de l'art contemporain dans ce musée. C'est aussi la première exposition qui fait le lien entre différentes cultures et différentes époques, et qui finalement répond à la problématique du musée."

Corinne Rondeau : "Jean De Loisy essaye de repousser les limites temporelles, culturelles et formelles, mais aussi les limites qui consistent à dire : l'art est-il de l'ordre du sacré ou au contraire opère-t-il une désacralisation ?"

Stephane Pencreac'h - à la galerie anne de Villepoix jusqu'au 23 juin.

Passion Play , de Renaud Garcia Fons.

La Pythie
La Pythie Crédits : Stéphane Pencreac'h, 2012

Richard Leydier : "Cette exposition est un peu une galerie de portraits des grandes figures de la mythologie, mais pas du tout sur le mode de l'illustration. Ce serait plutôt une interprétation poétique et surtout formelle de ces histoires, avec l'idée selon laquelle la forme de l'oeuvre d'art génère du contenu émotionnel."

Corinne Rondeau : "Je suis absolument sceptique sur l'idée qu'il puisse encore y avoir de la peinture chez Pencreac'h. Cette manière de peindre est tout à fait affligeante, c'est vraiment épouvantable."

Yasmine Youssi : "Je suis sortie de là très inquiète pour Stéphane Pencreac'h, en me disant que c'était la plus mauvaise exposition qu'il avait faite. C'est du grand guignol et une interprétation littérale."

Eva Besnyo 1910-2003 - l'image sensible - au musée du jeu de paume jusqu'au 23 septembre.

Messager , Arnaud de Buchy.

Catalogue Eva Besnyo
Catalogue Eva Besnyo Crédits : Radio France

Arnaud Laporte : "C'est une pratique de la photographie au service de convictions politiques - contre le nazisme ou pour la libération de la femme. Nouvelle Vision, Nouvelle Objectivité, Photo Documentariste Sociale, Eva Besnyo traverse beaucoup de courants mais se sert de ces différents outils formels pour ce qu'elle veut nous raconter."

Yasmine Youssi : "Elle comprend très vite que la photographie va lui permettre de s'émanciper, et c'est un mot fort de l'exposition comme du Jeu de Paume en général. Mais je suis presque un peu déçue, car l'exposition reste très sage."

Corinne Rondeau : "J'ai eu la sensation qu'Eva Besnyo n'a pas cessé de chercher sa place : dans l'Histoire, en tant que femme, et en tant que photographe."

Richard Leydier : "Son apport dans la photographie, ce sont ces mouvements de contre-plongée, de basculement de la ligne d'horizon, ce qu'elle met particulièrement en place dans ses photographies d'architecture."

Bien sûr la revue de presse arts plastiques du jour, par Antoine Guillot .

Et le coup de fil à Bernard Plossu, photographe, à l'occasion de l'exposition Monet Intime, à Giverny jusqu'au 31 octobre.

Coups de cœur :

Arnaud Laporte vous recommande l'exposition des Dessins de Corine Ferté, les 7.8.9 et 10 juin au 15 rue Martel, Paris 10è.

Richard Leydier vous recommande Michel Majerus au CAPC de Bordeaux, jusqu'au 23 septembre.

Pastille : Daniel Buren

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......