LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Expositions : Lux Perpetua, Berenice Abbott, Le Corps découvert

59 min
À retrouver dans l'émission

Ce soir sur France Culture, La Dispute portera sur l’actualité des arts plastiques avec les critiques :

Corinne Rondeau

-Jean-Max Colard des inrockuptibles

-Eric Loret de Libération

A propos des expositions :

Berenice Abbott - au Jeu de Paume jusqu'au 29 avril

Lux Perpetua - à la galerie Kamel Mennour jusqu'au 16 mai

Le corps découvert - à l'Institut du Monde Arabe jusqu'au 15 juillet

Berenice Abbott , au Jeu de Paume, jusqu'au 29 avril.

Slidin' Along , de Nicolas Mizrachi.

Berenice Abbott
Berenice Abbott Crédits : Radio France

Arnaud Laporte : "Je suis allé de surprises en bonheurs, de plaisirs en émerveillements."

Eric Loret : "Ce n'était pas inintéressant mais sans plus. Les portraits m'ont le plus intéressés, dans une exposition que j'ai trouvé décevante."

Jean Max Colard : "La photographie moderniste, l'émancipation de la photographie qui refuse toute référence, tout ça se retrouve très bien dans la série Changing New York."

Corinne Rondeau : "J'ai trouvé la partie Changing New York absolument formidable. Elle met l'appareil à un niveau particulier et s'intéresse à la structure de la ville."

Le Corps découvert , à l'Institut du Monde Arabe, jusqu'au 15 juillet.

Pour le ballet des ombres , Pierre-André Athane.

Corps découvert
Corps découvert Crédits : Radio France

Jean Max Colard : "Je n'ai rien compris à cette exposition. Tout est mélangé : époques, pays, traditions, oeuvres de qualité et oeuvres de fonds de tiroirs. J'ai compris en revanche ce qu'on a voulu communiquer : il n'y a pas d'interdit de la représentation qui serait celui de la burqa. Mais cela ne fait pas une exposition."

Eric Loret : "La confusionnite règne. Comme si le fait de se foutre à poil était le summum de la modernité universelle. D'autant plus que l'exposition confond arabe et musulman."

Corinne Rondeau : "Vouloir dénoncer, transgresser ou confronter une identité, ça ne fait pas forcément du bon art."

Lux perpetua, à la galerie Kamel Mennour, jusqu'au 16 mai.

Anaouenta ou bass , Farid El Atrache.

M'illumino d'immenso
M'illumino d'immenso

Arnaud Laporte : "Cette exposition donne l'occasion de voir beaucoup d'oeuvres, mais la technologie qui permet de retrouver Daniel Buren est incroyable."

Jean Max Colard : "C'est une exposition flatteuse, ce sont des oeuvres d'excellente qualité, à la thématique facile, et extrêmement bien accrochées."

Eric Loret : "Peu d'oeuvres très bien mises en relation les unes avec les autres."

Corinne Rondeau : "Je n'étais pas vraiment convaincue au départ, mais la deuxième salle avait une dimension extrêmement forte."

Bien sûr la revue de presse arts plastiques du jour, par Antoine Guillot .

Et le coup de fil à Arthur Hénaff , critique et curateur de l'exposition Tranches de carrés sur tranches de cercles , à la Saline Royale d'Arc et Senans jusqu'au 4 mai.

Pastille sonore : Joan Miro "paris a une grande importance..."

ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......