LE DIRECT
En haut : Une aventure théâtrale ; en bas à gauche : Le Monde d'hier ; à droite : La Tempête

Théâtre : "Les comédiens s'approprient le texte mais pas la mise en scène"

56 min
À retrouver dans l'émission

Théâtre ce soir avec un documentaire retraçant 30 ans de décentralisation théâtrale ; "La Tempête" de Shakespeare par Robert Carsen à la Comédie française et une adaptation du "Monde d'hier" de Stefan Zweig au théâtre Les Gémeaux.

En haut : Une aventure théâtrale ; en bas à gauche : Le Monde d'hier ; à droite : La Tempête
En haut : Une aventure théâtrale ; en bas à gauche : Le Monde d'hier ; à droite : La Tempête Crédits : Ts Productions / Pascal Victor, ArtcomArt / Comédie française

La Tempête, jusqu'au 21 mai à la Comédie française

Pièce de Shakespeare. Mise en scène de Robert Carsen. Avec Thierry Hancisse, Jérôme Pouly, Michel Vuillermoz, Loïc Corbery, Serge Bagdassarian, Hervé Pierre, Gilles David, Stéphane Varupenne, Georgia Scalliet, Christophe Montenez et Benjamin Lavernhe.

Présentation officielle : Metteur en scène de renommée internationale, grand connaisseur de l’oeuvre de Shakespeare qu’il a maintes fois travaillée à l’opéra, Robert Carsen signe avec « La Tempête » sa première collaboration avec la Troupe et sa première mise en scène de théâtre en France.

Ce créateur d’images aux beautés inspirées, également réputé pour sa direction d’acteurs et la qualité dramaturgique de ses intentions, s’empare de cette pièce à part dans le répertoire shakespearien, jouée pour la première fois à la Comédie-Française il y a seulement vingt ans. Ce « tissage de matières d’une richesse inouïe » qui l’a toujours fasciné fait plus que tout autre appel à l’imaginaire, le réel et l’irréel s’y mêlant en permanence. 

Dans ce texte sur le pouvoir – pouvoir politique mais aussi pouvoir de la pensée – chaque instant, chaque parole renverse nos certitudes. Il s’ouvre sur la tempête que provoque Prospero, et avec elle le naufrage de son frère qui a usurpé son royaume. Ce dernier échoue avec ses compagnons d’infortune sur l’île où l’exilé vit depuis douze ans avec sa fille Miranda et deux esprits obligés de le servir, mais qui cherchent eux aussi leur liberté : Ariel et Caliban. La tempête qui fait rage, surtout dans l’âme de Prospero, ne cessera pas d’éclater tout au long des cinq actes, précise Robert Carsen. La Salle Richelieu se transforme le temps du spectacle en cette île, antre de la magie, espace mental et psychologique, qu’il orchestre en nous assurant que « nous sommes de cette étoffe dont les rêves sont faits ».

Photographie
Photographie Crédits : Comédie française

C'est une mise en scène très cérébrale, très abstraite. Tout est perçu du point de vue de la mort : il choisit une seule idée pour la pousser dans ses retranchements. Fabienne Pascaud

Carsen choisit de mettre en scène le dernier rêve, c'est une tempête sous un crâne. 

Les comédiens s'approprient le texte mais pas la mise en scène. Philippe Chevilley

Je me suis laissée prendre au jeu de cette proposition très épurée. Marie-José Sirach

Le Monde d'hier, du 10 au 20 janvier aux Gémeaux

Adapté du texte original de Stefan Zweig. Mise en scène de Patrick Pineau et Jérôme Kircher. Avec Jérôme Kircher.

Présentation officielle : Le Monde d’hier, l’autobiographie de Stefan Zweig, est un livre-phare. Seul des grands textes de l’auteur de Lettre d’une inconnue à n’avoir jamais été adapté au théâtre, ce récit d’une vie dans le siècle embrasse toutes les splendeurs et les catastrophes de l’Europe depuis l’époque de la grandeur de Vienne jusqu’à son anéantissement. À la fois chant du cygne et message d’espoir, ce texte s’y avère d’une poésie et d’une puissance inouïes. Aujourd’hui plus que jamais, la voix de Zweig, éteinte un soir de février 1942, nous manque. Le projet de ce spectacle, adapté par Laurent Seksik (auteur des Derniers Jours de Stefan Zweig) et joué par Jérôme Kircher, est de la faire à nouveau entendre et de faire revivre sous nos yeux un monde étincelant et perdu.

Pour entendre ces textes là, il faut des grands comédiens. Jérôme Kircher en est un. Philippe Chevilley

L'adaptation est très concrète ; raconte une vie charnelle, les promenades dans Vienne... Kircher est comme le fantôme de Zweig qui revient vers nous : il est en suspension entre l'absence et la présence. Fabienne Pascaud

C'est un spectacle qui fait réfléchir et rend plus intelligent. Marie-José Sirach 

Photographie
Photographie Crédits : Les Gémeaux

Une aventure théâtrale, 30 ans de décentralisation, documentaire de Daniel Cling

Présentation officielle : Portée par des comédiennes et des comédiens, des metteurs en scène, des techniciens, des auteurs, du public, des élus, la décentralisation théâtrale fut pionnière et plurielle, vivante et populaire. En allant à la rencontre de ceux qui ont consacré une partie de leur vie à la faire exister, une aventure théâtrale raconte les trente premières années de cette histoire unique.

Ce documentaire raconte une magnifique histoire dont nous sommes les spectateurs-héritiers. Marie-José Sirach

Le regard du réalisateur manque de fraîcheur. Fabienne Pascaud 

Ce documentaire a des vertus pédagogiques. Lucile Commeaux

Vos commentaires

Avant et pendant l'émission, réagissez et donnez votre avis sur le compte Twitter et la page Facebook de la Dispute.

Intervenants

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......