LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Crédits : Gallimard, RMN-GP, Anne Carrière

Littérature : "Conrad va toujours au cœur de l'horreur"

55 min
À retrouver dans l'émission

Au sommaire de cette Dispute littéraire, la parution d' "Au cœur des ténèbres" dans la Pléiade ; "Rien que Rubens" de Philippe Forest, dans la nouvelle collection lancée par les éditions Réunion des Musées nationaux-Grand Palais, "Cartels" et le roman de Matthieu Jung, "Le triomphe de Thomas Zins".

Crédits : Gallimard, RMN-GP, Anne Carrière
Crédits : Gallimard, RMN-GP, Anne Carrière

Le triomphe de Thomas Zins, Anne Carrière

Présentation de l'éditeur : Thomas Zins a quinze ans et il ambitionne de devenir enfin un homme. Le jour de son entrée en seconde, une aventure s’offre à lui, promesse d’un amour absolu, d’un amour de légende. Elle s’appelle Céline Schaller, elle a « de magnifiques yeux gris-bleu, soulignés d’un trait de maquillage trop appuyé, qui donne à son visage quelque chose de vulgaire ». Au premier regard qu’elle pose sur lui, Thomas vibre de tout son être. Dans ce frisson, il puise l’énergie de déplacer les montagnes. Mais à peine a-t-il triomphé que le jeune conquérant fait l’amère expérience de l’insatisfaction. Il lui faut plus, il lui faut tout ! Prêt à vendre son âme à quiconque se propose de le guider dans sa quête de succès mondains et érotiques, il devient la proie de corrupteurs plus aguerris que lui. Mauroy, Fabius et Chirac se succèdent à Matignon. Renaud, Gainsbourg et les Rita Mitsouko occupent les premières places du « Top 50 ». Bernard Giraudeau, Gérard Lanvin et Valérie Kaprisky se partagent le haut des affiches de cinéma. Thomas Zins, pour sa part, passe les « années Mitterrand » à saccager son rêve. Moderne en diable par les dévoilements qu’il opère, le roman d’apprentissage que nous offre Matthieu Jung nous ramène aussi aux classiques du genre, puisque sa figure centrale est celle d’un grand héros romantique.

Laurent Nunez

C'est un livre sur les années 80, un livre trop long.

Jean-Christophe Brianchon :

Dans ce roman, le triomphe est surtout le triomphe de l'échec du personnage.

Florent Georgesco :

Le roman est traversé par la vitalité, doté d'une capacité d'incarnation rare dans la rentrée littéraire.

Matthieu Jung, écrivain prometteur
Matthieu Jung, écrivain prometteur

Au cœur des ténèbres et autres écrits, Joseph Conrad (La Pléiade - Gallimard)

Présentation de l'éditeur : Octobre 1899. Joseph Conrad redoute la stérilité : «Il n'y a rien à montrer finalement. Rien! Rien! Rien!» Il se croit guetté par le néant, alors qu'il n'écrit que des chefs-d'œuvre. Six mois plus tôt, Au cœur des ténèbres a commencé de paraître en revue ; la rédaction de Lord Jim sera achevée l'année suivante ; Typhon suit de près. De quoi Conrad se méfie-t-il donc? Des «obscures impulsions» de l'imagination. «Je veux considérer la réalité comme une chose rude et rugueuse sur laquelle je promène mes doigts. Rien de plus.» Il lutte pour rester à la surface, mais il a beau s'en défendre, les joyaux de son œuvre viennent des profondeurs.

Né en Ukraine polonaise, sous domination russe, puis «adopté par le génie de la langue» anglaise, Conrad sillonne les mers durant une vingtaine d'années. Il a trente-sept ans quand paraît son premier roman. Son œuvre est impensable sans cette première vie passée à naviguer. Il s'est pourtant insurgé contre l'étiquette de «romancier de la mer» qu'on lui accolait. Ses navires sont surtout des dispositifs expérimentaux concentrant, dans un huis-clos en mouvement, les expériences humaines les plus aiguës. Fidèle au «plaisir de lire», on objecterait à bon droit que Conrad est malgré tout un romancier d'aventures. Il est vrai que ses personnages sont tantôt confrontés à des tempêtes formidables, tantôt à une «immobilité mortelle». ll leur arrive encore de trouver une mort brutale dans des contrées hostiles. Mais cela ne fait pas de l'œuvre romanesque de Conrad un divertissement épique. Si l'héroïsme y est souvent introuvable, on y rencontre en revanche la trahison, l'enfer des âmes folles et l'impossible rachat. Sans oublier l'absurdité de la condition humaine.

Au-delà de ses thèmes, la modernité de l'œuvre de Conrad tient à l'extrême audace de la narration. Ses romans sont portés par des voix – celle de Marlow, bien sûr, mais ce n'est pas la seule –, et les récits sont savamment entrelacés, déjouant ainsi le piège des continuités arbitraires. Son œuvre aussitôt traduite en France suscita l'engouement. Chose rare, La NRF lui consacre un numéro d'hommage quand, en 1924, il disparaît. L'année précédente, la même revue avait célébré Proust. Cest dire l'importance qu'avait déjà Conrad pour ses contemporains les plus avertis. Aujourd'hui plus que jamais, il est «l'un des nôtres».

Florent Georgesco :

"Au cœur des ténèbres" est ce voyage vers la destruction des sens possibles.

Conrad cultive un style scintillant mais va toujours au cœur de l'horreur.

Jean-Christophe Brianchon :

Conrad a une haute exigence envers celui qui décide d'écrire.

Joseph Conrad, écrivain légendaire
Joseph Conrad, écrivain légendaire

Rien que Rubens, Philippe Forest (RMN-Grand Palais)

Présentation : Philippe Forest va à la rencontre de Rubens, il l’interroge, l’observe, essaie de le comprendre à travers des toiles où l’autobiographie et l’allégorie se mêlent et où s’expriment les peines que l’artiste a éprouvées comme les joies qu’il a connues. Il en résulte un texte personnel qui a tout à la fois valeur de portrait et d’autoportrait et à la faveur duquel le romancier retrouve les sujets qui lui sont chers : la disparition, le deuil et ce qui leur survit.

Jean-Christophe Brianchon :

Philippe Forest parle de lui en parlant de Rubens, avec une sensibilité qui me fend le cœur.

Laurent Nunez :

Tout a réussi à Rubens qui est bien loin de la figure moderne de l'artiste maudit.

Florent Georgesco :

C'est une enquête très intéressante sur le peintre.

Philippe Forest, un écrivain
Philippe Forest, un écrivain

Vos commentaires

Avant l'émission et pendant l'émission, réagissez et donnez votre avis sur le compte Twitter et la page Facebook de La Dispute.

Programmation musicale

  • extrait des "Concerts fictions", Didier Benedetti
  • « Les histoires d’A. », Rita Mitsouko
  • « Variations sur Mein Junges », Jan Pieterszon Sweelinck
Intervenants
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......