LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Couvertures des livres "Entre eux" (L'Olivier), "Le coureur et son ombre" (Premier Parallèle) et "En étrange pays" (Libretto)

Littérature: "Entre eux", "Le coureur et son ombre" et "En étrange pays"

58 min
À retrouver dans l'émission

Ce soir, Elisabeth Philippe, Daniel Martin et Arnaud Laporte nous font découvrir le dernier roman de Richard Ford:"Entre eux", un essai sur le vélo: "Le coureur et son ombre" d'Olivier Haralambon et un hommage à l'écrivain, mort récemment, Karel Schoeman avec "En étrange pays".

Couvertures des livres "Entre eux" (L'Olivier), "Le coureur et son ombre" (Premier Parallèle) et "En étrange pays" (Libretto)
Couvertures des livres "Entre eux" (L'Olivier), "Le coureur et son ombre" (Premier Parallèle) et "En étrange pays" (Libretto)

"Entre eux" de Richard Ford

Editions de l'Olivier

Traduit de l'Anglais par Josée Kamoun.

Couverture de "Entre eux" de Richard Ford (L'Olivier)
Couverture de "Entre eux" de Richard Ford (L'Olivier)

En deux textes qui se répondent, Richard Ford retrace la vie de ses parents : celle de son père, représentant de commerce sur les routes une bonne partie du temps jusqu’à sa mort prématurée ; et celle de sa mère, qui, après une enfance sans histoires en Arkansas, son mariage et la naissance de son enfant, souffre des années de solitude, puis d’un cancer.

L’auteur, qui se trouve « entre eux » décrit ces deux existences dans ce qu’elles ont de plus quotidien et de moins extraordinaire, et pose la question : que reste-t-il d’une vie vécue ?

En marge de ses grands romans, ce livre sensible est l’hommage bouleversant d’un grand écrivain à ses parents, mais aussi une clé pour la compréhension de son œuvre.

"Le coureur et son ombre" d'Olivier Haralambon

Editions Premier Parallèle

Couverture de "Le coureur et son ombre" d'Olivier Haralambon (Premier Parallèle)
Couverture de "Le coureur et son ombre" d'Olivier Haralambon (Premier Parallèle)

Le cyclisme, c’est Poulidor, Richard Virenque et Lance Armstrong, ça sent le camphre et la chicorée, les fautes de syntaxe et l’EPO. Le cyclisme, c’est le Tour de France, devant lequel vous ne cessez de vous ennuyer qu’en vous endormant.

À rebours de cette idée, j’aimerais ici embrasser la liste des enchantements par lesquels je suis passé, à ne fréquenter que des cyclistes pendants des années, à ne vivre que comme eux, au point d’en être devenu un, ad vitam. J’ai dû me rendre à l’évidence : les livres ne rendent pas plus malins, la course cycliste oui. La course cycliste a la vertu de vous détromper. Vous pensez sans doute que rien n’est plus simple, plus mécanique que pédaler, et qu’une course de vélo c’est Les Temps Modernes version aseptisée, clinique, sans Chaplin et sans la poésie. Vous ne soupçonnez pas qu’être fort et rouler vite sont deux choses absolument différentes. Que la pédale se recouvre, se caresse, bien plus qu’on n’y appuie. Vous les croyez des brutes, ils sont délicats comme des danseuses, subtils plus que bien des écrivains, faute de quoi ils n’avanceraient pas.

"En étrange pays" de Karel Schoeman (hommage)

Chez Libretto

Couverture "En étrange pays" de Karel Schoeman (Libretto)
Couverture "En étrange pays" de Karel Schoeman (Libretto)

L’écrivain sud-africain Karel Schoeman s'est donné la mort dans la nuit du 1er au 2 mai à Bloemfontein (Afrique du Sud).

Karel Schoeman est né en 1939 à Trompsburg (État libre d’Orange). Solidaire du combat des Noirs de son pays, Karel Schoeman a reçu en 1999, des mains du président Mandela, la plus haute distinction sud-africaine : The Order of Merit.

Son œuvre – colossale – compte une trentaine d’ouvrages d’histoire et dix-sept romans dont certains – En étrange pays (Phébus, 2007, Libretto, 2014), Retour au pays bien-aimé (Phébus, 2006) et La Saison des adieux (Phébus, 2004) – comptent parmi les chefs-d’œuvre de la littérature sud-africaine. Pour Cette vie, Karel Schoeman a obtenu le Prix Herzog, le plus grand prix littéraire d’Afrique du Sud et le Prix du Meilleur Livre Étranger en France, en 2009.

En étrange pays: traduit de l'Afrikaans par Jean Guiloineau

Comment continuer à vivre quand on se sait condamné ?

À la fin du xixe siècle, Versluis, atteint de tuberculose, décide de quitter sa Hollande natale pour Bloemfontein, ville d’Afrique du Sud qui accueillait à l’époque nombre d’Européens rongés par ce mal. Entouré par le veld infini, Versluis va apprendre à apprivoiser la mort mais aussi à se détacher de tout ce qui avait jusque-là donné sens à sa vie.

Histoire d’une âme en quête du dépouillement absolu.

Le Petit salon par Xavier Martinet :

Tous les jours aux alentours de 21h20 les critiques de la Dispute passent au Petit Salon pour discuter d’un sujet de l’actualité culturelle – nouvelles têtes, polémiques, querelles esthétiques. À retrouver ici.

Programmation musicale :

Chroniques
21H25
13 min
Le Petit Salon
Festivals Littéraires : y a-t-il un "modèle Saint-Malo"?
Intervenants
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......