LE DIRECT
L'invention des corps (P. Ducroze), Innocence (E. Ionesco), La chambre des époux (E. Reinhardt)

Littérature : "Eric Reinhardt est un très grand romancier mais je n'avais pas envie qu'il m'inflige un faux journal"

55 min
À retrouver dans l'émission

Emission rentrée littéraire autour d' "Innocence" d'Eva Ionesco, de "L'invention des corps" de Pierre Ducrozet, et de "La chambre des époux" d'Eric Reinhardt.

L'invention des corps (P. Ducroze), Innocence (E. Ionesco), La chambre des époux (E. Reinhardt)
L'invention des corps (P. Ducroze), Innocence (E. Ionesco), La chambre des époux (E. Reinhardt) Crédits : Actes Sud, Grasset, Gallimard

Ce jeudi soir, l'émission est consacrée à la rentrée littéraire autour d' "Innocence" d'Eva Ionesco, de "L'invention des corps" de Pierre Ducrozet, et de "La chambre des époux" d'Eric Reinhardt. Les critiques présents sont Elisabeth Philippe, Florent Georgesco et Laurent Nunez.

L'invention des corps, de Pierre Ducrozet(Actes Sud)

Laurent Nunez :

Ducrozet réussit presque à écrire un roman du XXIe siècle.

Florent Georgesco :

Ducrozet finit par s'embarrasser très vite du concept de son époque qu'il a fabriqué.

Elisabeth Philippe :

Un roman très documenté qui ne brise pas l'élan romanesque.

Quatrième de couverture. Miraculé du massacre des 43 disparus d’Iguala dans la nuit du 26 septembre 2014, le jeune Álvaro qui n’a plus rien à perdre fuit le Mexique dans une course-poursuite avec le destin pour finir dans les griffes d'un wonderboy de la Silicon Valley versé dans le transhumanisme. Exploration tentaculaire des réseaux qui irriguent et reformulent le contemporain, L’Invention des corps prend le réel en filature pour mieux nous forcer à le regarder en face. Souffle, amplitude, vitesse – Pierre Ducrozet métabolise les enjeux de la modernité avec un sens crucial du suspense et de la mise en espace, en rejeton de Ballard et DeLillo.

L'invention des corps - Pierre Ducrozet
L'invention des corps - Pierre Ducrozet Crédits : Actes Sud

Innocence, par Eva Ionesco (Grasset)

Laurent Nunez :

Eva Ionesco a toute sa place dans la littérature contemporaine.

c'est l'histoire d'une fille qui découvre que tout le monde autour d'elle a créé de la fiction.

Elisabeth Philippe :

La construction morcelée colle avec cette fille qui ressemble à une poupée cassée.

Florent Georgesco :

Il y a dans ce roman une sorte d'absence et de présence du souvenir mêlé à la fiction.

Quatrième de couverture. Elle s'appelle Eva, elle est adorable avec ses boucles blondes et ses bras potelés. Une enfant des années 70. Ses parents se séparent très vite. Dès lors, sa mère l'enferme dans un quotidien pervers et éloigne le père par tous les moyens en le traitant de nazi. Photographe, elle prend Eva comme modèle érotique dès l'âge de quatre ans, l'oblige à des postures toujours plus suggestives, vend son image à la presse magazine.

Emportée dans un monde de fêtes, de déguisements et d'expériences limites, entre féerie et cauchemar, la petite fille ne cesse d'espérer et de réclamer l'absent qui seul pourrait la sauver de son calvaire. Mais sa mère, elle-même fruit d'un inceste, maintient l'enfant-objet sous emprise et attendra deux ans avant de lui annoncer la disparition de son père.

Comment survivre parmi les mensonges, aux prises avec une telle mère, dans une société qui tolère le pire ? Une seule voie, pour Eva devenue adulte mais restée une petite fille en manque d'amour : mener l'enquête sur son père, tenter de reconstruire ce qui a été détruit. Une expérience vertigineuse. -

Innocence, Eva Ionesco
Innocence, Eva Ionesco Crédits : Grasset

La Chambre des époux, par Eric Reinhardt (Gallimard)

Arnaud Laporte :

C'est un très grand romancier mais je n'avais pas envie qu'il m'inflige un faux journal.

Florent Georgesco :

La chambre des époux est le livre le plus audacieux de la rentrée littéraire.

Reinhardt va chercher dans le corps des femmes la vitalité comme substance.

Laurent Nunez :

La chambre des époux est extrêmement egocentrique.

Quatrième de couverture. Nicolas, une quarantaine d’années, est compositeur de musique. Un jour, sa femme Mathilde apprend qu’elle est atteinte d’un grave cancer du sein qui nécessite une intense chimiothérapie. Alors que Nicolas s’apprête à laisser son travail en plan pour s’occuper d’elle, Mathilde l’exhorte à terminer la symphonie qu’il a commencée. Elle lui dit qu’elle a besoin d’inscrire ses forces dans un combat conjoint. Nicolas, transfiguré par cet enjeu vital, joue chaque soir à Mathilde, au piano, dans leur chambre à coucher, la chambre des époux, la symphonie qu’il écrit pour l’aider à guérir. S’inspirant de ce qu’il a lui-même vécu avec son épouse pendant qu’il écrivait son roman Cendrillon voilà dix ans, Éric Reinhardt livre ici une saisissante méditation sur la puissance de la beauté, de l’art et de l'amour, qui peuvent littéralement sauver des vies.

La Chambre des Epoux d'Eric Reinhard
La Chambre des Epoux d'Eric Reinhard Crédits : Gallimard

Programmation musicale

  • « Innocence » : Bob Dylan « Knockin on heaven ‘s door »
  • « L’invention des corps » : Sudden Death of stars « The Void »
  • « La Chambre des époux » : Stéphane Aubert « Laisser faire »

Vos commentaires

Avant l'émission, et pendant l'émission, réagissez et donnez votre avis sur @ladisputeFC et la page Facebook de la Dispute.

Intervenants
À venir dans ... secondes ...par......