LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Littérature: La disparition de Jim Sullivan et La déchéance de Mrs Robinson

58 min
À retrouver dans l'émission

Ce soir la littérature occupe La Dispute, présentée par Antoine Guillot, entouré des critiques suivants :

  • Philippe Delaroche (Lire)

  • Émily Barnett (Les Inrocks)

  • Sabine Audrerie (La Croix)

Seront abordés les livres suivants :

- La disparition de Jim Sullivan de Tanguy Viel (Minuit) Lecture par Pascaline Bonnet:

Écouter
40 sec
Écouter

En 1999, Tanguy Viel signait, déjà aux Editions de Minuit, une brillante réécriture du Limier, le film de Mankiewicz. Ça s’appelait Cinéma, et c’était comme un programme des livres à venir, précisément imprégnés d’influences cinématographiques, souvent liées au polar et au film noir. Au fil des années, on a ainsi lu avec grand plaisir L’Absolue perfection du crime, Insoupçonnable ou encore Paris-Brest, roman très chabrolien.

Pour ce nouveau roman, La Disparition de Jim Sullivan, un romancier, Tanguy Viel lui-même ?, se met en tête d’écrire un roman américain, comme en fournissent les Jim Harrison, Philip Roth et autres épigones, dont le Suisse Joël Dicker, qui a remporté un grand succès populaire et, parfois, critique, avec La Vérité sur l’affaire Harry Quebert, paru à l’automne.

Comment ça s’écrit, un roman américain ? Avec un certain nombre d’ingrédients, voire de clichés : un professeur d’université, la cinquantaine, appelons-le Dwayne Koster. Un adultère, un divorce, de grands événements historiques, de la route dans une vieille voiture. Et de la musique, d’où le titre, puisque le héros dudit roman part sur les traces de Jim Sullivan, ce chanteur des années 70 qu’on entendait tout à l’heure, disparu mystérieusement en 1975 dans le désert de Californie, dont certains aiment à croire qu’il a été enlevé par des extraterrestres.

Antoine Guillot

- La déchéance de Mrs Robinson de Kate Summerscale (Christian Bourgois) Lecture par Pascaline Bonnet:

Écouter
45 sec
Écouter

On avait découvert Kate Summerscale en France à la faveur de la traduction de son deuxième roman, L’Affaire de Road Hill House, paru comme celui qui nous occupe ce soir chez Christian Bourgois, et qui romançait un fait divers sordide de l’Angleterre victorienne qui allait influencer profondément le roman policier, Conan Doyle en premier lieu.
Pour ce nouveau roman, Kate Summerscale a appliqué la même méthode, un travail d’historien qui consiste à se replonger dans les sources judiciaires et journalistiques de l’époque, pour livrer à nouveau une dissection, un portrait très fouillé de l’Angleterre hypocrite et corsetée du milieu du XIXe siècle, où on croise aussi bien Darwin que Dickens.

Mrs Robinson est veuve, mère d’un enfant en bas âge. Elle épouse en secondes noces un industriel, Henry Robinson, qui va vite la décevoir. Elle bovaryse dans les bras du Dr Edward Lane, pionnier de la cure hydrothérapique, et consigne ses émois, voire ses fantasmes, dans un journal intime. Patatras, le mari, lui même volage et père de deux filles adultérines, tombe sur le journal, et le produit comme pièce à conviction dans un des premiers procès pour divorce à la faveur d’une loi récemment votée.

Antoine Guillot

Ainsi que les coups de cœur :

de Philippe Delaroche :

- Tué à l'ennemi- La dernière guerre de Charles Péguy , de Michel Laval (Calman-Levy)

Le principe : relater les 35 derniers jours de la vie de Charles Peguy.

Michel Laval réussi à nouer, entrelacer les informations du bulletin des états-majors mais aussi ce qui se passe près de la gamelle du soldat.

Je regrette qu’il n’y pas davantage d’écho pour ce livre.

  • C’est un livre qui a une ambition littéraire réussie. *

d' Émily Barnett: - Full service, sexe, amours et secrets de stars à Hollywood, Scotty Bowers (Hugo et Cie)

Scotty Bowers a 87 ans et a longtemps hésité avant d’écrire ses mémoires. Ce livre est comme une success-story au pays de la débauche.

Il nous fait découvrir l’envers du décor hollywoodien chatoyant mais de façon joyeuse et hédoniste.

Sans oublier, l’irremplaçable revue de presse culturelle d’Antoine Guillot

Et le coup de fil passé à Elsa Marpeau, écrivaine, invitée du Festival "Quai du Polar" qui se déroule à Lyon du 29 mars au 1er avril.

Pastille introductive: Yves SIMON

ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......