LE DIRECT

Littérature: "La servante et le Catcheur" et "XY"

59 min
À retrouver dans l'émission

La littérature est au programme de la Dispute avec les critiques suivants

  • Raphaël Sorin (Libération)

- Emily Barnett (Les Inrocks)

- Karine Papillaud (Le Point)

Sur les livres suivants :

- La servante et le catcheur , Horacio Castellanos (Editions Métaillé)

Écouter
<button class="replay-button paused aod playable" data-clip-type="extraits" data-broadcast-type="extraits" data-duration="85" data-duration-seconds="85" data-start-time="1363279671" data-extract-id="e2b6fc9f-4777-43e5-babb-6af51df72338" data-extract-title="Écouter" data-is-aod="1" data-next-media-info="" data-url="https://cdn.radiofrance.fr/s3/cruiser-production/static/culture/sons/2013/03/s11/NET_FC_e2b6fc9f-4777-43e5-babb-6af51df72338.mp3" title="Écouter Écouter" data-diffusion-title="Écouter" data-diffusion-uuid="e2b6fc9f-4777-43e5-babb-6af51df72338" data-sharing="null" >Réécouter Écouter<?xml version="1.0" encoding="utf-8"?>écouter (1 min)1 min
Écouter

L’écrivain Horacio Castellanos Moya est né au Honduras, pays de sa mère, mais a été élevé au Salvador, pays de son père, puis a vécu dans différentes villes du monde entier, à partir de 1979, fuyant la terrible guerre civile au Salvador.

Il vit aujourd’hui aux Etats Unis, où il enseigne.Après une demi-douzaine de romans publiés aux Allusifs, Castellanos Moya arrive chez Anne Marie Métailié, avec ce roman publié il y a deux ans dans son édition originale, et traduit en français par notre confrère en Dispute René Solis.

J’ai eu l’occasion de recevoir HCM sur cette antenne, qui me disait que, concernant le Salavador, si la guerre civile, qui a fait 100 000 morts, s’est arrêtée, c’était plutôt par épuisement que par conviction, et que ce qui continuait, maintenant, ce qui s’était inscrit, dans ce pays, c’était une culture de la violence.C’est une chose que l’on sent parfaitement dans ce nouveau roman, « La servante et le catcheur », qui va nous permettre de suivre 48h dans la vie de quelques personnages, en plein cœur de ces années de guerre civile.Il y a le Viking, ancien catcheur devenu flic à tout faire -tout!- , pour la police politique.Et puis il y a trois générations d'une même famille : Maria Elena, servante, qui a été autrefois au service d’une famille de sympathisants communistes (dont Alberto Aragon, ancien ambassadeur du Salvador au Nicaragua, à la fois au service de la junte militaire, mais proche des guérilleros, qui était le personnage central d’un précédent livre de l’écrivain).La fille de Maria Elena, Belka, est infirmière. Elle veut faire carrière, et s’est résolument rangée du côté des puissants.Et puis il y a le fils de Belka, Joselito, étudiant, qui est en train de devenir, en secret, un guérillero.

Tous ces personnages vont se croiser, pendant plus de 200 pages, dans une ville où la terreur règne sur chaque mètre carré, où l’horreur est toujours possible, au coin de la rue, mais aussi dans les hôpitaux, et même dans les églises…

Arnaud Laporte

- XY , Sandro Veronesi (Grasset)

Écouter
<button class="replay-button paused aod playable" data-clip-type="extraits" data-broadcast-type="extraits" data-duration="69" data-duration-seconds="69" data-start-time="1363279754" data-extract-id="5e1cb361-4d6d-43f7-aabe-417d4d2d5770" data-extract-title="Écouter" data-is-aod="1" data-next-media-info="" data-url="https://cdn.radiofrance.fr/s3/cruiser-production/static/culture/sons/2013/03/s11/NET_FC_5e1cb361-4d6d-43f7-aabe-417d4d2d5770.mp3" title="Écouter Écouter" data-diffusion-title="Écouter" data-diffusion-uuid="5e1cb361-4d6d-43f7-aabe-417d4d2d5770" data-sharing="null" >Réécouter Écouter<?xml version="1.0" encoding="utf-8"?>écouter (1 min)1 min
Écouter
L’écrivain italien s’est vraiment fait connaitre en France en 2008 avec « Chaos calme », traduit par Dominique Vittoz, paru également chez Grasset. Il avait reçu en Italie le Prix Strega, en 2006, équivalent de notre Goncourt, et en France le Prix Fémina étranger 2008, et a même été adapté au cinéma, sous le même titre, avec Nanni Moretti dans le rôle principal.

Grasset a ensuite publié un roman antérieur, « Terrain vague », puis passe à présent au dernier en date publié par Veronesi.

Difficile de résumer les 450 pages de « XY », si ce n’est qu’il a pour point de départ un véritable carnage –dix morts- dans la forêt enneigée qui se trouve tout près d’une petite localité coupée du monde, San Giuda, 42 habitants, une commune où n’arrive aucune onde, empêchant les habitants de recevoir télévision, radio ou communication sur téléphone portable.Cette tuerie est pleine de mystère. Je ne sais pas ce que nous pourrons en dire à nos auditeurs, pour ne pas déflorer leur plaisir de lecture à venir, mais disons en tous cas qu’elle parait, cette tuerie, inconcevable, impossible, impensable, irrationnelle.

Que s’est-il vraiment passé à San Giuda ? C’est la question qui obsède l’Italie toute entière, aussi fascinée qu’intriguée par ces crimes plein de mystère.Mais Sandro Veronesi nous invite à suivre plus particulièrement quelques personnages, concernés de plus ou moins loin par le drame.Il y a Giovanna, médecin psychiatre, qui est en train de se former à la psychanalyse.Il y a Alberto, procureur qui participe à l’enquête, et que Giovanna vient de quitter, après plusieurs années de vie commune.Et il y a le curé de San Giuda, d’abord harcelé par un des magistrats en charge de l’enquête, puis rejeté par la communauté villageoise, et qui va faire appel à Giovanna, pour faire revenir à la raison ses fidèles.Raison et déraison. Science et irrationnel. « XY », tout à la fois thriller, fable philosophique et récit surnaturel, va malmener ces notions.

Arnaud Laporte

Les coups de cœur :

de Karine Papillaud:

  • La première chose qu'on regarde , Grégoire Delacourt (Lattès)

"La Première Chose qu'on regarde" peut paraître sur les premières pages, une histoire impossible ou prévisible, mais on ne sait jamais où Grégoire Delacourt va conduire son lecteur. C’est une ravissante histoire d’amour qui raconte avec une infinie précision la grâce de la naissance des sentiments. Tous les mots sont pesés, ajustés, c’est magnifique !

Raphaël Sorin:

  • Ma vie et autre trahisons , Roland Jaccard (Grasset)

Roland Jaccard a écrit un livre très charmant et divertissant sur un fond de pessimisme absolu.

Bien sûr, l'irremplaçable revue de presse culturelle d’Antoine Guillot

Et le coup de fil passé à Sylvie Gonzales , commissaire de l'exposition "Paul Eluard: Poésie, Amour et Liberté" au Palais Lumière à Evian du 2 février au 26 mai.

Pastille introductive : Alice ZENITER.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......