LE DIRECT

Littérature: La ville où les morts dansent toute leur vie et Les rayons du soleil

58 min
À retrouver dans l'émission

Ce soir la littérature occupe La Dispute en présence des critiques suivants :

  • Florent Georgesco (Le Monde)

  • Emily Barnett (Les Inrockuptibles)

  • Karine Papillaud (Le Point)

Seront abordés les livres suivants :

-Les rayons du soleil de Nicolas Bouyssi

Lecture par Anna Sigalévitch:

Écouter
2 min
Écouter
Les rayons du soleil
Les rayons du soleil

« Les rayons du soleil » est le premier livre que je lis signé Nicolas Bouyssi, et il me donne envie d’en lire d’autres.Je crois qu’il s’agit là de son premier recueil de nouvelles, un genre que j’affectionne, et dans lequel il est difficile d’exceller.Je dois dire que j’ai été assez impressionné par la maitrise de Nicolas Bouyssi, et pour de multiples raisons.D’abord et avant tout, il y a un univers, qui n’est pas sans me rappeler celui d’un autre auteur POL, Patrice Patrolin, qui avait su, dans son roman « La montée des cendres », installer une sorte de réalisme fantastique que je retrouve dans plusieurs des nouvelles de Bouyssi. Nous pourrons bien sûr citer les uns et les autres des exemples.Et puis, il y a une langue à la fois simple, sobre, élégante et précise, une langue presque normale, mais juste un peu étrange, qui rend compte d’une certaine vibration de folie, puisque le dérangement, à tous les sens, peuple les différents récits de ce recueil.

Arnaud Laporte

Lecture par Anna Sigalévitch:

Écouter
1 min
Écouter
La ville où les morts dansent toute leur vie
La ville où les morts dansent toute leur vie

Poursuivons cette Dispute littéraire avec le nouvel opus de Pierre Pelot, « La ville où les morts dansent toute leur vie », publié chez Fayard.

Pour le coup, j’ai déjà lu nombre de livres de Pierre Pelot, mais je doute que beaucoup les ai tous lus, dans la mesure où l’auteur en dénombrait lui-même 190 il y a déjà deux ans. Je pense que la barre des 200 doit être proche.Prolixe, Pelot l’est bien sûr, et éclectique, puisqu’il signe aussi bien des livres de Science-Fiction, des romans d’amour, des polars, des fictions historiques, des contes, des sagas familales, mais aussi des ouvrages consacrés à sa région natale, celle où il vit toujours, du côté de Saint-Maurice sur Moselle, où j’ai eu la chance que l’écrivain me cuisine il y a une vingtaine d’années une omelette aux ceps que nous venions de cueillir.

Mais je m’éloigne du sujet du livre dont nous allons parler, qui mêle en fait pas mal des thématiques favorites de l’auteur : anticipation, est de la France, histoire familiale, polar : « La ville où les morts dansent toute leur vie » tient de tous ces registres à la fois. Arnaud Laporte

Ainsi que les coups de cœur :

-d'Emily Barnett :

Retour à Yvetot d'Annie Ernaux (Editions du Mauconduit)

Retour à Yvetot
Retour à Yvetot

-de Florent Georgesco :

Lettres à des photographies de Silvia Baron Supervielle (Gallimard)

Lettres à des photographies
Lettres à des photographies

Sans oublier l’irremplaçable revue de presse culturelle d’Antoine Guillot.

Et le coup de fil passé à Sylvie Granotier, écrivain, au sujet du 16° festival international du roman noir qui aura lieu à Frontignan du 24 au 30 juin et où sera présenté son romanLa place des morts (Albin Michel).

Pastille introductive: Eric FOTTORINO

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......