LE DIRECT
"Avant le bouleversement du monde" © Actes Sud, Mohammed Abdelnab © Roberto Frankenberg, "Le livre du dedans" © Editions de L'Olivier

Littérature : La Chambre de l’araignée, "un roman lyrique et édifiant sur les ravages de l’homophobie"

55 min
À retrouver dans l'émission

Au sommaire de cette Dispute littéraire : "Le livre du dedans" de Patrick Bouvet, "Avant le bouleversement du monde" de Claire Messud et "La Chambre de l’araignée" de Mohammed Abdelnabi. Enfin, un coup de coeur pour "Ce qui est monstrueux est normal" de Céline Lapertot.

"Avant le bouleversement du monde" © Actes Sud, Mohammed Abdelnab © Roberto Frankenberg, "Le livre du dedans" © Editions de L'Olivier
"Avant le bouleversement du monde" © Actes Sud, Mohammed Abdelnab © Roberto Frankenberg, "Le livre du dedans" © Editions de L'Olivier

"Le livre du dedans" de Patrick Bouvet (Editions de l'Olivier) 

"Le livre du dedans" de Patrick Bouvet © Editions de l'Olivier
"Le livre du dedans" de Patrick Bouvet © Editions de l'Olivier

Présentation de la maison d'édition : le livre

à bout de bras

au-dessus de son visage

comme ligne d’horizon

comme carte d’un territoire

à décrypter en temps réel

le garçon lit

Ce garçon qui se déplace secrètement vers une autre dimension découvre les pouvoirs des mots. Quelques années plus tard, devenu écrivain, il mixe – à sa façon – scènes familiales et extraits de ses lectures, pour ouvrir son « livre du dedans » et révéler son parcours de lecteur.

L'avis des critiques : 

Un ouvrage d’une limpidité absolue et un accès extrêmement simple à la littérature. Arnaud Laporte

Tous lecteur amoureux des livres peut se sentir concerné. Mais cela reste un peu en surface, un peu formel. Philippe Chevilley 

Il est un peu difficile de comprendre où l’auteur nous emmène au-delà de cette tentative formelle qui est, à mon sens, un peu vaine.  Jean-Christophe Brianchon

"Avant le bouleversement du monde" de Claire Messud (Gallimard)

"Avant le bouleversement du monde" de Claire Messud © Gallimard
"Avant le bouleversement du monde" de Claire Messud © Gallimard

Traduction : Béatrice Guisse-Lardit 

Présentation de la maison d'édition : Les vies d’Emmy et Virginia Simpson ne correspondent en rien à ce qu’elles s’étaient imaginé. Emmy, la cadette, a quitté l’Angleterre pour l’Australie avec son mari et sa fille, cochant rapidement toutes les cases du succès mondain. Mais lorsque son mariage se solde par une humiliante séparation, elle décide de rompre les amarres et de partir en quête d’elle-même au cœur des montagnes sacrées de Bali. Son aînée, Virginia, vit encore avec leur mère et ne s’est jamais vraiment aventurée au-delà du périphérique londonien et du confort de son groupe de lecture de la Bible. Pourtant, le jour où sa foi l’abandonne, elle accepte de suivre sa mère sur l’île de Skye, terre de leurs origines, afin de redonner un sens à son existence.
Sur ces deux îles du bout du monde, séparées par des milliers de kilomètres et des personnalités radicalement différentes, ces deux sœurs vont tenter de se réconcilier avec elles-mêmes, leur histoire, leurs choix de vie, de restaurer un équilibre perdu et de trouver enfin, à l’aube de leurs cinquante ans, une place dans le monde.

L'avis des critiques : 

Un livre acide et subversif (...) L'étrangeté et le côté décalé de cette quête complètement vaine, avec une dimension tragique et comique m'a beaucoup plu. Philippe Chevilley 

Petit à petit, le livre prend une l‘épaisseur et les personnages une vraie finesse, qui m’a réellement touché. Ceci étant contrebalancé par le fait que la constitution du livre pèche par sa jeunesse, qui se retrouve dans la rigueur du cadre. C’est peut être trop calibré comme peuvent l’être les livres de ces auteurs qui sortent d’atelier d’écriture. Jean-Christophe Brianchon  

Un livre d’une très grande inégalité, entre des moments parfois très forts, une façon de dire les choses avec beaucoup de délicatesse, un sens de la sensation, et parfois des passages qui ne sont pas d’une finesse absolue. Arnaud Laporte

Le livre sent l’atelier d’écriture. Cela ne fonctionne pas en terme de structure et il n’y a aucun point d’accroche pour s’y intéresser. Elisabeth Philippe

« La Chambre de l’araignée » de Mohammed Abdelnabi  (Actes Sud)

« La Chambre de l’araignée » de Mohammed Abdelnabi  © Actes Sud
« La Chambre de l’araignée » de Mohammed Abdelnabi © Actes Sud

Présentation de la maison d'édition : En mai 2001, dans un bar flottant sur le Nil, le Queen Boat, la police égyptienne arrêta cinquante-deux homosexuels qui seront inculpés d’outrage aux bonnes mœurs et d’hérésie. Hani Mahfouz fut incarcéré le jour même de la rafle alors qu’il se promenait en compagnie de son ami Abdelaziz. Il passa en prison plusieurs mois d’incessantes humiliations et en sortit brisé, physiquement et moralement, et ayant perdu la parole. Reclus dans une petite chambre d’hôtel, où seule une araignée comblait sa solitude, il entreprit de consigner son histoire depuis son enfance, la croisant avec celles de ses compagnons d’infortune durant son arrestation, tous victimes de l’incompréhension de leurs proches et d’un rejet social quasi unanime…
Le grand mérite de La Chambre de l’araignée n’est pas seulement d’explorer en profondeur, et pour la première fois, la condition homosexuelle en Égypte, mais aussi de le faire dans une langue toute en retenue, en évitant les clichés et les anachronismes.

L'avis des critiques : 

Un roman poignant, lyrique et édifiant sur les ravages de l’homophobie. Philippe Chevilley  

Un beau roman sombre sensuel et courageux. Elisabeth Philippe

La langue qu'emploie Mohammed Abdelnabi nous permet de vivre avec cet homme cette errance dans un enfer permanent. Cela crée un effet d’étouffement et de libération car cette homme ne s’appesantit, malgré tout,  jamais sur ce qui lui arrive. La langue est toujours utilisée comme vecteur de poésie et de partage plus que de simple renseignement factuel. Jean-Christophe Brianchon

LE COUP DE COEUR DE JEAN-CHRISTOPHE BRIANCHON : "Ce qui est monstrueux est normal" de Céline Lapertot (Viviane Hamy)

"Ce qui est monstrueux est normal" de Céline Lapertot © Viviane Hamy
"Ce qui est monstrueux est normal" de Céline Lapertot © Viviane Hamy

Présentation de la maison d'édition : Céline Lapertot se confronte à son passé. De ce combat nécessaire avec elle-même et de ses souvenirs est né ce texte qui n’est pas un livre comme les autres. Ce n’est pas une autofiction, c’est un récit autobiographique, un long cri plein de rage. 

Comment vivre – ou survivre – dans un lotissement en ruine, où règne partout l’odeur de la pisse ? Comment être une petite fille épanouie alors que votre beau-père glisse un doigt sous votre culotte, le soir ? Quelle femme peut-on devenir quand on perçoit sa mère comme une personne faible, dont on a honte, et qui a choisi de fermer les yeux sur les actes de son mari ? 

En racontant son enfance, l’auteur établit un lien entre celle qu’elle fut jadis – une enfant qui sourit en permanence pour cacher sa détresse et qui découvrira bien trop tôt que toutes les mères et tous les pères ne sont pas comme ceux des autres, pétris d’amour et de bienveillance – et la femme qu’elle est aujourd’hui – une jeune professeure passionnée par son métier, animée par une volonté farouche d’aider et de soutenir ses élèves au quotidien, tout en étant mère de deux enfants, et écrivain.

Un auteur avec un regard assez sec, optimiste et réaliste, qui ne manque jamais de style sans lyrisme écrasant. Un petit livre parfaitement ciselé. Jean-Christophe Brianchon 

Générique de l'émission : Sylvie Fleury & Sidney Stucki, "She devils on wheels", extrait de l'album "Sound Collaborations 1996-2008" (label Villa Magica Records).

Intervenants

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......