LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
De gauche à droite : Antoine Albertini, Véronique Bizot (© Sacha Lenormand) et Alberto Barrera Tyszka

Littérature : "Les derniers jours du Commandant", "Futurs parfaits" et "Les invisibles".

56 min
À retrouver dans l'émission

Ce soir la Dispute littérature avec les nouvelles à l’humour noir et lumineux de Véronique Bizot,"Les derniers jours du Commandant" du romancier et scénariste Alberto Barrera Tyszka et Antoine Albertini révèle le sort de milliers d’hommes corses dont on ne parle jamais dans "Les invisibles".

De gauche à droite : Antoine Albertini, Véronique Bizot (© Sacha Lenormand) et Alberto Barrera Tyszka
De gauche à droite : Antoine Albertini, Véronique Bizot (© Sacha Lenormand) et Alberto Barrera Tyszka

"Les derniers jours du Commandant" d'Alberto Barrera Tyszka (Gallimard)

"Les derniers jours du Commandant" d'Alberto Barrera Tyszka (Gallimard)
"Les derniers jours du Commandant" d'Alberto Barrera Tyszka (Gallimard)

Traduction de : Robert Amutio

Présentation par la maison d'édition :
Que se passe-t-il quand le charismatique Commandant annonce qu'il est malade? Quand l'homme qui emportait les masses par ses discours-fleuves, le chef incontesté de la première révolution du XXIesiècle, soudain se tait et disparaît de la scène publique?
Construit comme un intelligent jeu de miroirs entre histoire et fiction, ce roman nous offre une réponse inattendue en nous racontant les péripéties d'une poignée de personnages aussi attachants que désorientés dans le Caracas des derniers jours d'Hugo Chávez. Un cancérologue à la retraite, deux enfants livrés à eux-mêmes, une journaliste américaine fascinée par le mystère du charisme, trois spécialistes de l'occupation illégale de logements et bien d'autres figures hautes en couleur voient ainsi leurs destins s'entrelacer et se confondre avec celui du mythique leader de la révolution bolivarienne. Elles composent ensemble, entre espoir et désespoir, la fresque animée d'une société à la dérive, une superbe radiographie littéraire de la longue crise du Venezuela.
Loin du pamphlet et de la caricature politique, Les derniers jours du Commandant vient confirmer tout le talent du romancier et scénariste Alberto Barrera Tyszka. Il nous propose ici un livre qui se laisse lire comme un récit à multiples rebondissements et dont le soigneux assemblage ne peut que nous rappeler celui des meilleures téléséries actuelles.

"Futurs parfaits" de Véronique Bizot (Actes Sud)

"Futurs parfaits" de Véronique Bizot (Actes Sud)
"Futurs parfaits" de Véronique Bizot (Actes Sud)

Présentation de la maison d'édition :
Tout est simple et tout se complique, rien ne se passe (en apparence) et pourtant tout arrive – tout peut arriver – dans les nouvelles à l’humour noir et lumineux de Véronique Bizot : un homme se fait construire une maison invivable, un assassin se produit dans un théâtre, un reporter de guerre meurt dans un déjeuner de famille, un frère et une sœur achètent une voiture. Des hommes et des femmes ordinaires ou presque affrontent avec une forme de grâce modeste et néanmoins récalcitrante l’impitoyable vertige d’exister, lequel surgit dans les infimes recoins du quotidien, de la mémoire, de l’espérance.
Voici donc onze histoires imprévisibles, souvent traversées du désir de vies nouvelles, d’envolées possibles, de futurs parfaits ; des histoires qui organisent, observent et exaltent la collision entre la vie et la fiction, accidents ou plaisanteries du destin, virages en apesanteur, échappées narratives, feintes de l’imagination qui font naître la surprise d’un rapport très concret aux choses de la vie.

"Les invisibles" d'Antoine Albertini (JC Lattès)

"Les invisibles" d'Antoine Albertini (JC Lattès)
"Les invisibles" d'Antoine Albertini (JC Lattès)

Présentation de l'éditeur :
«  Le 16 novembre 2009, un homme était abattu sur une route de campagne déserte dans la Plaine orientale de la Corse. Je l’avais rencontré une semaine auparavant à l’occasion d’un documentaire sur les filières d’immigration clandestine. Il s’appelait El Hassan M’Sarhati. Il m’avait raconté comment un passeur l’avait acheminé dans l’île, comment il avait travaillé pour des patrons inhumains, comment il se retrouvait à cette époque sans ressource, sans travail, les mains fracturées. Ce jour-là, j’ai fait mon métier, je l’ai convaincu de parler. Il a accepté en m’avertissant  : Si je parle, ils vont me mettre en balle dans la tête. C’est ce qui est arrivé.  »
La justice n’a jamais su qui étaient ces ils. Les assassins n’ont jamais été retrouvés.

Antoine Albertini a voulu reconstituer le parcours de cet homme exécuté dans le dos, d’une balle de fusil de chasse. Il a enquêté. Visité les mobils homes où vivent des milliers de déracinés, serfs des temps modernes, qui récoltent le raisin, les kiwis, les clémentines dans les champs corses. Il a rencontré des immigrés clandestins, des avocats, des gendarmes, des vignerons. A travers le destin tragique d’El Hassan, Antoine Albertini révèle le sort de milliers d’hommes dont on ne parle jamais, il décrit une économie, une société, un monde caché. Lorsque le rosé bu par les touristes sur une plage de Porto-Vecchio a un arrière-goût de sueur d’esclaves. 

Vos commentaires :

Avant et pendant l'émission, réagissez et donnez votre avis sur le compte Twitter et la page Facebook de la Dispute.

Programmation musicale :

♫ HASSAN HAKMOUN & RUDOLPH ADAM / Saba atu rijal

♫ GUY LUKOWSKI / Suite Venezuela Maripos

Générique de l'émission : Sylvie Fleury & Sidney Stucki, "She devils on wheels", extrait de l'album "Sound Collaborations 1996-2008" (label Villa Magica Records).

Intervenants
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......