LE DIRECT
En haut à gauche : Laurence Tardieu (© Hermance Triay), en bas et à droite (© Electre)

Pas dupe : "Un grand roman de la médiocrité humaine"

56 min
À retrouver dans l'émission

Au sommaire de cette Dispute littéraire : "Pas dupe" d'Yves Ravey (Editions de Minuit), "Nous aurons été vivants" de Laurence Tardieu (Stock), ainsi que "Deux sœurs" de David Foenkinos (Gallimard),. Et un hommage de Florent Georgesco.

En haut à gauche : Laurence Tardieu (© Hermance Triay), en bas et à droite (© Electre)
En haut à gauche : Laurence Tardieu (© Hermance Triay), en bas et à droite (© Electre)

"Pas dupe" d'Yves Ravey (Editions de Minuit)

"Pas dupe" d'Yves Ravey - Electre
"Pas dupe" d'Yves Ravey - Electre

Présentation de la maison d'édition : On retrouve le corps de Tippi, la femme de monsieur Meyer parmi les débris de sa voiture au fond d'un ravin.
L'inspecteur Costa enquête sur ce drame : accident ou piste criminelle ?
Monsieur Meyer se plie aux interrogatoires de l'inspecteur, ce qui n'est pas de tout repos, d'autant qu'il n'est pas dupe.

L'avis des critiques : 

J’admire beaucoup cette manière d’être à la lisière entre le polar et la parodie. Et de réussir cependant, dans cet entre-deux, à installer une tension qui ne pâtisse pas de cette drôlerie sous-tendue en permanence par le texte. C’est encore le cas dans texte qui, comme son titre l’indique, n’est « pas dupe », des codes avec lesquels il joue. Raphaëlle Leyris 

Au milieu d’une écriture qui nous parle de quelque chose de très banal - une carcasse de voiture - il arrive à nous montrer toute l’ambiguïté du sentiment et toute la beauté de l’amour que portait cet homme à sa femme. C’est très beau et assez nouveau dans l’écriture d’Yves Ravey.  Jean-Christophe Brianchon 

Yves Ravey a une manière de mettre en scène un jugement, une vision de la différence sociale, une lutte des classes, avec une légèreté de touche et une tension continue qui est vraiment épatante. Florent Georgesco

"Deux sœurs" de David Foenkinos (Gallimard)

"Deux sœurs" de David Foenkinos - Electre
"Deux sœurs" de David Foenkinos - Electre

Présentation de la maison d'édition : Du jour au lendemain, Étienne décide de quitter Mathilde, et l’univers de la jeune femme s’effondre. Comment ne pas sombrer devant ce vide aussi soudain qu’inacceptable? Quel avenir composer avec le fantôme d’un amour disparu? Dévastée, Mathilde est recueillie par sa sœur Agathe dans le petit appartement qu’elle occupe avec son mari Frédéric et leur fille Lili. De nouveaux liens se tissent progressivement au sein de ce huis clos familial, où chacun peine de plus en plus à trouver un équilibre. Il suffira d’un rien pour que tout bascule…
David Foenkinos dresse le portrait d’une femme aux prises avec les tourments de l’abandon. Mathilde révèle peu à peu une nouvelle personnalité, glaçante, inattendue. Deux sœurs, ou la restitution précise d’une passion amoureuse et de ses dérives.

L'avis des critiques :

Il est intéressant de voir la petite fabrique d’un produit consensuel et de voir comment David Foenkinos amène peu à peu à cette écriture totalement moyenne semblant être construite sur un désir statistique. Ce qui construit son succès, et c’est cela qui est à dénoncer, est sa manière d’abaisser son lectorat en lui renvoyant un miroir flatteur, apaisant et doucereux du monde dans lequel il vit. Florent Georgesco

Il n’y aucune espèce de sens du rythme. David Foenkinos essaie de faire des thrillers mais a l’air de s’en fiche complètement. Raphaëlle Leyris

Je prête assez peu d’intentions à David Foenkinos si ce n’est d’écrire ce qu’il a envie d’écrire. La question de l’éditeur se pose et notamment ce que ce livre vient faire en collection Blanche chez Gallimard. Jean-Christophe Brianchon 

"Nous aurons été vivants" de Laurence Tardieu (Stock)

"Nous aurons été vivants" de Laurence Tardieu - Electre
"Nous aurons été vivants" de Laurence Tardieu - Electre

Présentation de la maison d'édition : Est-ce Lorette, partie il y a sept ans sans laisser la moindre trace ni mot d’explication, qui se tient, en ce matin d’avril 2017, de l’autre côté du boulevard ? Hannah, sa mère, croit un instant l’apercevoir. Peut-être a-t-elle rêvé. Mais, dès
lors, plus rien ne peut se passer comme avant : violent séisme intérieur, la vision a fait rejaillir tout ce qu’elle avait tenté d’oublier. Ce même jour, plusieurs destins, chacun lié à Hannah, voient leur existence basculer.
Une journée particulière, donc, mais aussi trente ans de la vie intime d’Hannah Bauer, femme, artiste, mère, prise dans les soubresauts de son histoire familiale et de celle de l’Europe, Nous aurons été vivants est un hymne à la vie.

L'avis des critiques :

Le livre peut faire preuve d’une certaine emphase et lourdeur dans les formes. Mais elles seront toujours là pour nous faire éprouver et nous démontrer l’empathie que l’auteur a pour ses personnages. Je trouve ça particulièrement beau et remarquable que manifestement cette histoire la touche. Cela ne bouscule pas l’histoire du langage et de la pensée mais c’est d’une finesse assez remarquable et très agréable à lire. Jean-Christophe Brianchon 

Je suis imperméable à son exaltation qui confine un petit peu à l’agitation. Raphaëlle Leyris

Les truismes sont quand même assez fréquents et dits sur des tons pénétrés en permanence. Les personnages sont balayés dans cette langue qui n’est pas d’une beauté formelle exceptionnelle. Florent Georgesco

>> L'HOMMAGE DE FLORENT GEORGESCO A DOMINIQUE NOGUEZ

♪ Générique de l'émission : Sylvie Fleury & Sidney Stucki, "She devils on wheels", extrait de l'album "Sound Collaborations 1996-2008" (label Villa Magica Records).

Extraits sonores : 

  • “Ransom for a Dead Man” (1971), Billy Goldenberg (Columbo)
  • "A perfect day", Louis Reed (DNC)
  • BOF «Domicile conjugal » de François Truffaut : « Le torchon brûle » par Antoine Duhame
Intervenants

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......