LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Littérature : Sniper : vie d'un soldat en Tchétchénie, Ma dernière création est un piège à taupes et Bohème

58 min
À retrouver dans l'émission

Ce soir La Dispute portera sur l'actualité littéraire avec les critiques suivants :

  • Emily Barnett (Les Inrockuptibles)

  • Sabine Audrerie (La Croix)

- Laurent Nunez (Magazine Littéraire)

A propos des livres :

-Sniper : vie d'un soldat en Tchétchénie , Nicolai Lilin, (Denoel)

Nicolai Lilin
Nicolai Lilin Crédits : Radio France

Arna ud Laporte : "Je dois avoir un problème avec les récits de guerre, qui je trouve n'ont pas leur place sur l'étagère littérature mais sur celle documents."

Sabine Audrerie : "Je trouve que ça fonctionne très bien, c'est assez captivant"

Laurent Nunez : "La narration d'évènements extraordinaire dans une narration banale, je n'y vois aucun intérêt. Ce texte dit la réalité mais ne la montre pas."

Emily Barnett : "Le texte donne à voir la réalité, sa voix est celle d'un témoin qui écrit avec le désir de s'en tenir à une neutralité absolue. Le tour de force de ce texte est de maintenir cette neutralité sans passer par l'illusion d'une mise en scène, d'une dramaturgie."

  • Ma dernière création est un piège à taupes, Oliver Rohe (Inculte)
Olivier Rohe
Olivier Rohe

Arnaud Laporte : "Il y a un goût de la réinvention chez Rohe. Je continue à penser qu'il est un écrivain talentueux, mais j'aimerais qu'il revienne vers une veine plus personnelle."

Emily Barnett : "Je trouve que c'est un texte fort passionnant, à deux titres au moins : Rohe érige un catalogue des idéologies de la seconde moitié du XXe siècle en faisant de la Kalachnikov un objet métonymique, et il interroge aussi le statut de cette machine à tuer, sur un plan moral et esthétique."

Laurent Nunez : "J'ai eu très peur d'être devant une biofiction, qui sont souvent des biographies paresseuses et mal sourcées. Le texte est éclaté selon trois façons qui produisent un effet de 3D."

Sabine Audrerie : "Je trouve qu'il décrit très bien ce cheminement vers la bêtise à la fois individuelle de l'inventeur, et collective de l'humanité - le nous est bien aveugle comme une taupe."

  • Bohème, Olivier Steiner (Gallimard)
Olivier Steiner
Olivier Steiner Crédits : Radio France

Arnaud Laporte : "Aimer Marguerite Duras ne suffit pas à faire un écrivain. Je suis resté assez extérieur à ce jeu de séduction entre Jérôme et Pierre, leur flamme me paraissant un peu terne, un peu mièvre, leurs états d'âme un peu surjoués, et la prose souvent bien pauvre."

Laurent Nunez : "J'ai beaucoup aimé. Je n'y ai pas vu de cliché mais un grand jeu narratif qui mélange sms, mails et courriers traditionnels. Cela créé une nouvele structure narrative qui ne cède pas du tout aux sirènes du réalisme."

Emily Barnett : "C'est un bon vieux couple de roman bourgeois sur l'amour. J'ai été embarassée par ce texte, par son impudeur et par sa vacuité. Je trouve que c'est une enfilade de clichés sur l'amour, la dépression, la honte sociale, etc. A la fin, l'auteur confond romantisme et sentimentalisme."

Sabine Audrerie : "Il y a beaucoup de ridicule dans ce parcours. Toute leur construction est une fiction, il y a quelque chose de très narcissique dans ce dialogue qui est en fait deux monologues."

Bien sûr la revue de presse littérature du jour, par Antoine Guillot.

Et le coup de fil à Serge Roué à l'occasion du Festival Passages de Témoin à Caen, du 9 au 13 mai.

Coups de coeur :

Emily Barnett : David Whitehouse, Couché . Traduit de l'américain par Olivier Deparis.

ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......