LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
En haut : Lukas Bärfuss. En bas de gauche à droite : Christine Montalbetti et Jacqueline Woodson

Littérature : "C’est un livre très intelligent avec un côté Hitchcockien assez inquiétant…"

55 min
À retrouver dans l'émission

La littérature est à l'honneur dans La Dispute ce soir. Au sommaire : "Un autre Brooklyn" de Jacqueline Woodson, "Hagard" de Lukas Bärfuss et "Trouville Casino" de Christine Montalbetti.

En haut : Lukas Bärfuss. En bas de gauche à droite : Christine Montalbetti et Jacqueline Woodson
En haut : Lukas Bärfuss. En bas de gauche à droite : Christine Montalbetti et Jacqueline Woodson

"Un autre Brooklyn" de Jacqueline Woodson, aux éditions Stock

Un autre Brooklyn de Jacqueline Woodson, aux éditions Stock
Un autre Brooklyn de Jacqueline Woodson, aux éditions Stock

Présentation de l'éditeur :

Traduit de l’anglais (États-Unis) par Sylvie Schneiter

« La première fois que j’ai vu Sylvia, Angela et Gigi, ce fut au cours de cet été-là. Elles marchaient dans notre rue, en short et débardeur, bras dessus bras dessous, têtes rejetées en arrière, secouées de rire. Je les ai suivies du regard jusqu’à ce qu’elles disparaissent, me demandant qui elles étaient, comment elles s’y étaient prises pour… devenir. »  

Ce livre est un coup de cœur de la rentrée. Beaucoup de sujets sont abordés et distillés de façon subtile. Bien qu’on y parle beaucoup de la mort, c’est un livre solaire. Philippe Chevilley 

Il y a un intérêt documentaire évident à la lecture, et intéressant car certains sujets sont abordés d’une manière différente. Mais cependant le lecteur n’est pas épargner et la lecture est parfois assez dure. Lucile Commeaux

J’ai été très sensible à l’esthétique fragmentaire de ce livre. Ce n’est jamais pesant. Ce qui est très beau c’est la dimension documentaire mais également celle politique. Elisabeth Philippe

Pour un premier roman adulte c’est subtil mais très noir, la résilience n’est pas vraiment au rendez-vous de cet autre Brooklyn... Arnaud Laporte

"Hagard" de Lukas Bärfuss, aux éditions ZOE

Hagard de Lukas Bärfuss, aux éditions ZOE
Hagard de Lukas Bärfuss, aux éditions ZOE

Présentation de l'éditeur : 

Traduit par Lionel Felchlin.

Hagard raconte une perte de contrôle subite et totale. Philip, promoteur immobilier, la quarantaine, se met à suivre une femme inconnue qui porte des ballerines bleu prune. En trente-six heures, il sacrifie à sa poursuite ses rendez-vous, ses voyages, son assistante, sa voiture et son enfant. Philip emporte à sa suite le narrateur, omniscient mais incapable de percer l’intime motivation de son personnage : la curiosité ou le désir suffisent-ils pour couper un homme du monde réel ?
Cette fuite en avant donne l’occasion à Bärfuss de poser son regard acéré sur les travers de notre société contemporaine. Quant au lecteur, il est happé par le rythme insufflé à ce roman haletant.

C’est un livre vraiment incroyable. On est réellement embarqué avec les personnages. C’est un pur arc tendu, on a jamais l’explication de cette filature. Mais ce n'est ni froid ni abstrait, c’est au contraire très drôle ! Lucile Commeaux

C’est un roman qui aurait gagné à être une nouvelle… Il y a un gros problème de structure narrative, je ne me perds jamais, je m’embourbe dans des blocs compacts d’analyses sociologiques ! Elisabeth Philippe

C’est un roman qui m’a bien eu ! C’est un livre très intelligent avec un côté Hitchcockien assez inquiétant… C’est une sorte de Cluedo et sans arrêt de fausses pistes sont données au lecteur ! Philippe Chevilley

Trouville Casino de Christine Montalbetti, chez P.O.L

Trouville Casino de Christine Montalbetti, chez P.O.L
Trouville Casino de Christine Montalbetti, chez P.O.L

Présentation de l'éditeur :

Le 25 août 2011, un braquage a lieu au casino de Trouville. Mais rien n’est comme d’habitude. Le braquage a lieu en plein après-midi. Le braqueur est seul. Il a 75 ans. Trouville Casino retrace cette étrange journée. S’inspirant d’un fait-divers réel, l’écriture est sans cesse attentive à faire le partage entre les faits auxquels elle a eu accès, les différentes versions qui circulent, les hypothèses, et la part d’invention où s’imaginent les journées ordinaires qui ont conduit à ce geste. Le récit minuté du casse et de la course-poursuite procède par séquences presque cinématographiques, qui tendent le suspense du roman. S’y tressent des évocations de la petite ville de l’Orne dans laquelle habite celui que les flashes d’information finiront par appeler « le malfaiteur », de sa vie à la maison, des paysages qui l’entourent, de la pluie comme des traces d’Histoire, et des petits voyages que la narratrice fait pour nourrir ses descriptions des lieux, dans l’Orne comme à Trouville, avec laquelle elle entretient un lien privilégié. Mais les décors changent vite, et le roman parle aussi de ce tourbillon des modifications des lieux, qui emportent avec elles la fragile mémoire de ce qui s’y est déroulé, et que ces pages cherchent à retenir. Peu à peu, ce retraité que tout le monde disait sans histoires et qui a accompli ce geste surprenant, imprévisible et singulier, nous devient familier, et on se découvre un peu tous « des papys de la côte normande ».

Chaque livre de Christine Montalbetti est comme une superproduction américaine exécutée avec les moyens artisanaux de la littérature. Ici avec Trouville Casino on serait dans le registre du film de braquage. Elisabeth Philippe

Chaque fil tiré, chaque digression me réjouit et me comble, et c’est confortable. C’est un livre de la complétude. Arnaud Laporte

Le suspense est quand même assez dilué dans l’écriture de Christine Montalbetti... Le lecteur est trop pris en charge par les interpellations de l'auteure. On sent trop fortement toute l'histoire littéraire de Normandie. Lucile Commeaux

J’ai été très séduit par le livre. Christine Montalbetti choisit bien son sujet, bien que son style soit toujours badin, elle a une compréhension du réel pleine de compassion et d’humanité. Philippe Chevilley

Programmation musicale :

This is the message - After in Paris

Way over younder - Carole King

Les désespérés - Jacques Brel

Vos commentaires :

Avant et pendant l'émission, réagissez et donnez votre avis sur le compte Twitter et la page Facebook de la Dispute.

Intervenants
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......