LE DIRECT
"N'être personne", "Si rude soit le début", "Bottins proustiens"

Littérature:"Si rude soit le début", "N'être personne" et "Bottins proustiens"

59 min
À retrouver dans l'émission

Elisabeth Franck-Dumas, Etienne de Montéty, Lucile Commeaux et Arnaud Laporte se disputent ce soir autour de "Si rude soit le début" de Javier Marias, "N'être personne", le nouveau roman de Gaëlle Obiégly, et "Bottins proustiens" de Michel Erman.

"N'être personne", "Si rude soit le début", "Bottins proustiens"
"N'être personne", "Si rude soit le début", "Bottins proustiens"

"Si rude soit le début" de Javier Marias

Trad. de l'espagnol par Marie-Odile Fortier-Masek (Collection Du monde entier, Gallimard)

"Si rude soit le début" de Javier Marias
"Si rude soit le début" de Javier Marias

Madrid, 1980 : après quarante années de dictature, le vent du changement souffle sur la société espagnole. Le jeune Juan de Vere vient de trouver son premier emploi en tant que secrétaire privé du célèbre réalisateur et scénariste Eduardo Muriel. Celui-ci lui présente sa femme, la belle et inquiétante Beatriz Noguera, lui fait connaître son cercle d’amis et lui ouvre sans le savoir une porte dérobée sur son intimité et ses souvenirs.

D’abord fasciné par la vie de son patron, Juan découvre pourtant progressivement que le brillant décor a un envers bien plus obscur : pourquoi Eduardo Muriel déteste-t-il sa femme? Où se rend cette dernière lors de ses longues promenades en ville sans but apparent? Qui est en réalité le docteur Van Vechten, ce vieil ami de la famille, et faut-il croire ce qu’on raconte à son sujet?

Le jeune secrétaire va essayer d’éclaircir ces mystères, et bien d’autres, au cours d’une enquête captivante qui servira de cadre à son éducation sentimentale, dans ces années où Madrid s’est transformé en une interminable fête.

Après le succès mondial de Comme les amours (Gallimard, 2013), Javier Marías signe à nouveau une éblouissante fable moderne sur les frontières souvent incertaines entre la passion et la haine, entre la justice et le désir de vengeance, entre l’oubli et l’impossibilité du pardon.

"N'être personne" de Gaëlle Obiégly

Collection Verticales, Gallimard

"N'être personne" de Gaëlle Obiégly
"N'être personne" de Gaëlle Obiégly

«Je m'utilise comme si j'étais un instrument. De toute façon, je suis une toute petite partie d'un être immense et souvent je dis des conneries. C'est pour ça que je cherche à n'être personne. Ça me permet d'en dire moins. Ou plus, mais sans craindre pour ma réputation.»

Hôtesse d'accueil accidentellement enfermée un week-end entier dans les wc de son entreprise, la narratrice de N'être personne va endurer cette épreuve avec les moyens du bord (de la sagesse, du papier hygiénique, un stylo bic) en improvisant un cabinet d'écriture. Au gré de remémorations, apparemment chaotiques, elle se trouve peu à peu traversée par tous les âges de la vie.

"Bottins proustiens" Personnages et lieux dans «À la recherche du temps perdu» de Michel Erman

Collection La petite vermillon (n° 418), La Table Ronde

"Bottins proustiens" de Michel Erman
"Bottins proustiens" de Michel Erman

Du héros omniprésent aux silhouettes fugaces d’une mondaine ou d’un valet, combien de personnages peuplent les sept volumes d’À la recherche du temps perdu? Dans combien de décors, réels ou inventés, évoluent-ils?
C’est ce que Michel Erman a cherché à savoir, et qu’il recense ici sous la forme de deux Bottins.

Le Petit salon de Lucile Commeaux

Tous les jours aux alentours de 21h20 les critiques de la Dispute passent au Petit Salon pour discuter d’un sujet de l’actualité culturelle – nouvelles têtes, polémiques, querelles esthétiques. À retrouver ici.

Programmation musicale

♫"Hijo de la luna" Mecano

♫"Question without answer" Claire Michael

♫"L'heure exquise" Reynaldo Hahn

Chroniques

21H25
12 min

Le Petit Salon

Littérature et télévision
Intervenants
À venir dans ... secondes ...par......