LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Légende : en haut à gauche : Mitski (© Savanna Ruedy), en haut à droite : l'album de Spiritualized et en bas : The Lemon Twigs (© Autumn de Wilde)

Musique : "chaque début de morceau semble joli avant de tomber dans le pastiche"

55 min
À retrouver dans l'émission

Pour cette deuxième émission musique de la saison, seront au sommaire de La Dispute : "And Nothing Hurt" de Spiritualized, "Be the cowboy" de Mitski et "Go to school" de The Lemon Twigs.

Légende : en haut à gauche : Mitski (© Savanna Ruedy), en haut à droite : l'album de Spiritualized et en bas : The Lemon Twigs (© Autumn de Wilde)
Légende : en haut à gauche : Mitski (© Savanna Ruedy), en haut à droite : l'album de Spiritualized et en bas : The Lemon Twigs (© Autumn de Wilde)

"And Nothing Hurt" de Spiritualized dont la sortie est prévue le 7 septembre

Label : Fat Possum Records

Le dernier album de Spiritualized était particulièrement attendu. "De la berceuse d'ouverture "A Perfect Miracle" au fondu en Morse qui achève “Sail on Through,” Spiritualized empile des couches sonores à la glorieuse transcendance. Assemblées, elle créent une collection de sons envoûtante et cinématographique."

L'album a été conçu et enregistré presque entièrement par un seul homme : Jason Pierce (connu sous le pseudonyme de J. Spaceman), dans une chambre à l'étage de sa maison située à l'est de Londres. L'auteur s'est d'ailleurs confié sur le processus de création frustrant et fastidieux de "And Nothing Hurt".

“Réaliser cet album seul m'a rendu fou, bien davantage que tout ce que j'ai pu faire auparavant. Nous avions joué de grands shows et je voulais capturer l'atmosphère sonore que nous parvenions à créer, mais sans avoir les fonds nécessaires. Il a fallu que je puisse travailler avec le peu de moyens que j'avais. J'ai donc acheté un ordinateur et fabriqué tout ça dans une petite pièce de ma maison.”

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

L'avis des critiques :

Il y a quelque chose d’un peu plus cruel qui se manifeste, d’un peu plus intime aussi. Cela tient peut-être au fait qu’il a réalisé le disque seul. Je trouve que c’est l’un de ses plus beaux disques. Joseph Ghosn

C’est un très bel album, j’avais déjà beaucoup aimé le précédent dont la pochette est l’une de mes préférées. Mélodiquement je trouve que c’est un album d’une qualité rare. Sophie Rosemont

On est dans un registre de musique populaire assez cynique, c’est quelque chose d’assez fascinant. Entre intimité extrême et arrangements très Walt Disney pour ce qui est de la démesure. Olivier Lamm

"Be the cowboy" de Mitski

Label : Dead Oceans

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Mitski Miyawaki a toujours redouté le fait d'être érigée en symbole. Sachant combien les femmes peuvent être placées rapidement sur des piédestaux, avant d'en être tout aussi rapidement renversées. Pourtant, après le succès de "Puberty 2" en 2016, elle a été désignée comme la nouvelle figure avant-garde du rock indie. Elle est devenue celle qui devait sauver le genre.

Sa musique s'illustre par des chansons "soigneusement créées, offrant une émotion crue". "Be the Cowboy" est son cinquième album. Elle dit avoir expérimenté avec la narration et la fiction pour mettre au point cette oeuvre, allant presque jusqu'à créer de véritables personnages et en se positionnant comme une femme véritablement en contrôle.

L'avis des critiques :

Tout en étant très séduite par cet album, court, intense et très efficace, je crois qu’il me faudrait encore du temps pour m’adapter à certains titres. Elle a une voix très belle avec beaucoup de possibilités. Parfois on s’y perd. Sophie Rosemont

C’est une espèce de survivance d’un certain rock alternatif de la fin des années 90. Elle a un « songwritting » personnel, mais aussi très influencé. J’ai été assez fasciné par les premiers morceaux à la pop synthétique. Olivier Lamm

J’avoue que j'ai trouvé les trois premiers morceaux un peu éculés dans le son et dans les paroles. L’album commence à m’intéresser avec le quatrième morceau et « Lonesome Love ». Ce que j’aime dans son écriture, c’est son sens du détail. Joseph Ghosn

"Go to school" de The Lemon Twigs

Label : 4AD

Présentation officielle :

Les frères de The Lemon Twigs, révélés en 2016 avec leur premier album Do Hollywood, lèvent le voile sur leur projet le plus ambitieux à ce jour : Go To School, leur second album, à paraître le 24 août via 4AD. Les 15 titres de cet album concept aux allures de comédie musicale ont été écrits, enregistrés et mixés au domicile du duo formé par Brian et Michael D’Addario, à Long Island.

Go To School raconte la déchirante histoire de Shane, un chimpanzé élevé comme un petit garçon et rencontrant les obstacles de la vie parmi les êtres humains. Todd Rundgren et la vraie mère des frères d’Addario apparaissent sur cet album comme les parents de Shane. On notera que ce nouvel opus accueille les participations de Jody Stephens (le batteur de Big Star) et de leur père Ronnie D’Addario.

Le premier extrait de ce projet, intitulé ‘If You Give Enough’, est le morceau clôturant l’album. On peut y lire, dans des lignes comme “Your life’s only good as love, if you give enough”, la morale de cette fable : donne beaucoup d’amour sans en attendre en retour, et tu ne seras pas corrompu par la haine autour de toi.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

L'avis des critiques :

Moi je trouve ça atroce. Le problème que j’ai est que je n’entends que des références à Bowie et au Nirvana des années 60. Ce qui est étonnant c’est que chaque début de morceau semble joli avant de tomber dans le pastiche. Joseph Ghosn

J’aime cet album que je trouve d’une dextérité musicale assez dingue. L’histoire est très bien racontée et m’a touchée. Je suis pour ce genre d’histoire, espèce de récit d’apprentissage très bien orchestré. Sophie Rosemont

C’est un disque très « polyfacétique » dont le mouvement m’intéresse. Je pense que c’est un disque qui déborde. Ils sont sur un régime d’enthousiasme. Il y a des morceaux qui sont à la limite du rock progressif. Olivier Lamm

C’est épouvantable. Ici toutes les ficelles sont des câbles, c’est référencé à l’extrême. Si un auteur littéraire venait avec des pages de romans copiées sur des œuvres des années 80, trouverait-on cela d'une créativité folle ? Arnaud Laporte

>> LE COUP DE CŒUR D'OLIVIER LAMM : Haruomi Hosono

Il a eu une carrière allant de disques très rock à des disques d'ambiante, une carrière impossible à résumer. C'est un vrai pionnier dont la musique présente un intérêt supérieur au seul exotisme.

Vos commentaires :

Avant et pendant l'émission, réagissez et donnez votre avis sur le compte Twitter et la page Facebook de la Dispute.

Générique de l'émission : Sylvie Fleury & Sidney Stucki, "She devils on wheels", extrait de l'album "Sound Collaborations 1996-2008" (label Villa Magica Records).

Intervenants
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......