LE DIRECT
En haut : les membres du groupe JC Satàn. En bas : pochette du single "Django Jane" de Janelle Monáe et Rival Consoles.

Musique : "Une chaleur incroyable se dégage de ce disque de musique électronique qui apparaît froide ordinairement"

56 min
À retrouver dans l'émission

Ce soir dans La Dispute consacrée à la musique : "Centaur Desire" cinquième album du groupe JC Satàn, "Dirty Computer" de Janelle Monaé et "Persona" de Rival Consoles.

En haut : les membres du groupe JC Satàn. En bas : pochette du single "Django Jane" de Janelle Monáe et Rival Consoles.
En haut : les membres du groupe JC Satàn. En bas : pochette du single "Django Jane" de Janelle Monáe et Rival Consoles.

"Centaur Desire" de JC Satàn (Born Bad Records)

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Présentation officielle :
La bande à Satàn n’a pas seulement fait un cinquième album pour la forme, histoire de justifier la prochaine tournée : elle s’est réunie pour chercher le carburant rare, le courant miraculeux capable de galvaniser nos sens endormis, l’électrochoc nous contraignant à renouer avec l’impression urgente d’être en vie. Centaur Desire est un disque comme une nouvelle première fois, enregistré collectivement (avant, Arthur et Dorian se chargeaient de tout les instruments), porté par un son d’une puissance inouïe (les dernières années ont servi à accumuler du matériel), et traversé par un nouveau groove (Romain enregistre enfin ses parties de batterie, et c’est merveilleux). La voix de Paula, jamais où on l’attend, ajoute au climat de fraîcheur ambiant.

C’est un groupe extrêmement sympathique, et JC Satàn a pour intérêt d’être meilleur sur scène que sur disque. Ce genre de groupe est une bouffée d’air frais. Hugo Cassavetti

C’est une musique grasse et lourde, avec des emprunts au rock psychédélique et à la pop, et j’aime beaucoup ! Pascaline Potdevin

J’ai bien aimé cet album sans prétention, du style du «  garage rock français provincial ». C’est sympathique mais c’est une musique assez limitée ! Christophe Conte

"Dirty Computer" de Janelle Monáe (Bad Boy Records)

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Présentation par la maison de disque : Chanteuse, songwriteuse, danseuse, performeuse, productrice, model, actrice et activiste, Janelle Monáe  est une artiste aux multiples talents. Son style unique, son univers rétro-futuriste, son engagement et son avant-gardisme ont très vite fait d’elle une nouvelle icône. Janelle Monáe a annoncé l’arrivée de son emotion picture (ou film narratif)  « Dirty Computer », incluant son très attendu nouvel album, le 27 avril. 

Elle va peut-être trouver le succès commercial avec cet album car il contient quelques tubes très légers et très "fun" avec des refrains qui restent en tête pour l’été, de plus il y a un casting très branché. Mais l’album est moins progressif, effervescent et moins innovant que ce que Janelle Monaé a pu faire par le passé. Ce qui la sauve est le discours féministe sous-jacent, le titre « Pink » par exemple, parle de chose féminine avec un regard féminin et c’est louable. Pascaline Potdevin

Cet album est varié car il contient des morceaux très beaux mais également de la pop mainstream. Ça n’a rien de singulier et c’est dommage que Janelle Monaé qui avait ça en elle au départ le perde ici. Christophe Conte

On a envie d’aimer Janelle Monaé et elle, qui aimerait être la Bowie du RnB, elle a ce look futuriste qui nous attire au départ mais nous déçoit à l’écoute de l’album. Tous ces featuring me gênent beaucoup, car cela donne les mêmes disques, les mêmes sons. C’est du branding ! Hugo Cassavetti

"Persona" de Rival Consoles (Erased Tapes)

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Ryan Lee West plus connu sous le nom de Rival Consoles, grand représentant de l'électro contemporaine, sort son nouvel album chez Erased Tapes : "Persona".
Titre tiré du film d'Ingmar Bergman éponyme qui a également inspiré l'artiste pour le thème de son album : une exploration de la "persona", de la différence entre la façon dont nous nous voyons et celle dont les autres nous voient; les espaces entre les états, les gens, la lumière et l'obscurité, notre intériorité et notre extériorité.

J’ai été saisi par la chaleur incroyable qui se dégage de ce disque de musique électronique qui apparaît froide ordinairement. C’est un album très singulier dans la musique électronique contemporaine. A la base c’est un guitariste et subsiste ici l’impression de jouer d’un instrument avec lequel on a plus de corps à corps qu’avec un ordinateur. Christophe Conte

Ce genre de disque est à écouter avec attention. Il tisse un nouveau langage musical, plus varié et plus riche. Il arrive à aller à l’intérieur et à nous toucher. Hugo Cassavetti

A la première écoute je l’ai trouvé trop bien rangé et un peu froid, cependant en écoutant avec attention c’est comme si les contours du disque devenaient plus flous, plus poreux et me donnaient des prises pour entrer dans cette musique. Pascaline Potdevin

Vos commentaires :

Avant et pendant l'émission, réagissez et donnez votre avis sur le compte Twitter et la page Facebook de la Dispute.

Générique de l'émission : Sylvie Fleury & Sidney Stucki, "She devils on wheels", extrait de l'album "Sound Collaborations 1996-2008" (label Villa Magica Records).

Intervenants

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......