LE DIRECT

Musique classique: Carmen et Variations Goldberg et la partita N°2

58 min
À retrouver dans l'émission

Ce soir, la Dispute se penchera sur l'actualité musicale en compagnie des critiques suivants:

  • Anna Sigalevitch (France Culture)- Marie-Aude Roux (Le Monde)- Vincent Huguet (Marianne)sur les œuvres suivantes:- Carmen , (1875), à l'Opéra de Paris du 4 au 29 décembreDirection musicale: Philippe Jordan

Extrait diffusé: "L'amour est un oiseau rebelle"

Anna Caterina Antonacci (Carmen)
Anna Caterina Antonacci (Carmen)

Arnaud Laporte:

Quand on voit un metteur en scène disposer de moyens colossaux sans amener une seule idée en 2h45 de représentation, cela provoque de la colère.

Marie-Aude Roux:

On a vu une production affligeante et accablante. C’est d’un ennui total et c’est triste. Il n’y a pas une once de sensualité et de sexualité chez Carmen. La chair manque incroyablement dans son incarnation. Ce qui est dramatique, c’est qu’il n’y a rien à sauver.

Anna Sigalevitch:

J’ai senti une inconsistance générale alors que Carmen représente l’opéra attractif type. Il n’y a aucun point de vue osé et aucune ambition artistique. J’ai eu vraiment l’impression d’être dans un mauvais téléfilm. C’est d’une mollesse et platitude insensée.

Vincent Huguet: C'était une première très dure, et j’ai souffert pour les chanteurs hués par le public, car ils subissent cette mise en scène, perdant souvent leurs moyens dans un spectacle où la plupart d'entre eux semblent ne pas trouver leur place.Pourquoi aller chercher un metteur en scène de théâtre s'il n'y a à l'arrivée aucune direction d'acteurs?

  • Variations Goldberg et la partita n°2 , de Jean-Sébastien Bach par Grigory Sokolov (Melodiya)

Morceau diffusé: Aria (Plage 1)

Pochette de l'album
Pochette de l'album

Arnaud Laporte: À l’écoute de l’album de Sokolov, les émotions sont très physiques. Il me fait monter les larmes aux yeux .

Marie-Aude Roux:

Cet homme est comme un ogre, un prédateur. Il y a des mondes extraordinaires qui se mettent en jeu dans ces variations. Il nous donne des sentiments extrêmement forts et variés.

Ses concerts sont une expérience physique.

Anna Sigalevitch:

Sokolov est très à part. Ces concerts sont une expérience quasi-mystique avec un public qui a une écoute presque religieuse.

Il a une technique et une aisance illimitée. C’est un architecte incroyable des sonorités sans être maniéré, ni systémique. Son répertoire est riche, varié et donne une autre dimension.

Vincent Huguet: Quand on ne connaît pas Sokolov, ce n’est pas un disque facile, qui se donne dès la première écoute: il demande beaucoup d’attention, d'autant plus que c'est un live, ce qui peut gêner un peu l'écoute. Au début, je ne comprenais pas vraiment et puis soudain, j'ai compris, et c'est à la seconde écoute que j'ai apprécié la très grande beauté de cet enregistrement.

Les coups de cœurs:Marie-Aude Roux: - Le Chapeau de paille d'Italie, de Nino Rota au Grand Théâtre d'Angers les 16, 18 et 20 décembre. Mise en scène: Patrice Caurier et Moshe Leiser

Visuel: Le Chapeau de paille d'Italie
Visuel: Le Chapeau de paille d'Italie

C'est une mise en scène de style boulevard. Elle est bien faite. Elle se laisse regarder avec un grand plaisir en plus d'une distribution très talentueuse.

La musique de Rota est intéressante car elle est à la fois populaire, décalée et parodique.

Vincent Huguet: - La voix humaine , de Francis Poulenc, d'après la pièce de Cocteau au Théâtre de l'Athéné Louis Jouvet du 5 au 15 décembreMise en scène: Vincent Vittoz

La voix humaine
La voix humaine

"La Voix humaine" est un opéra très court dont la réussite dépend de la capacité de la chanteuse à incarner ce personnage fou d'amour au téléphone. Stéphanie d'Oustrac réussit avec talent à nous faire entendre toutes les nuances de la pièce, avec une grande force d’incarnation. Elle prouve une fois encore qu'elle est une grande chanteuse qui sait se renouveler et réunit une grande sensibilité ainsi qu’un vrai magnétisme.

Bien sûr, la revue de presse culturelle d'Antoine Guillot Et le coup de fil de Seham Boutata passé au directeur du Grand Théâtre de Genève, Daniel Dollé , au sujet de l'opérette Les Aventures du Roi Pausole , d'Arthur Honneger du 12 au 31 décembre.

Pastille introductive: Juliette DESCHAMPS.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......