LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Musique classique : "La Dispute", "Falstaff" et "Opéra Arias"

59 min
À retrouver dans l'émission

Ce soir, l’actualité musicale est au cœur de la Dispute en présence des critiques suivants :

  • Anna Sigalévitch (France Culture)

  • Vincent Huguet (Marianne

  • Éric Loret (Libération)

A propos des albums et spectacles suivants :

Opera, Arias : Glück, Haydn, Mozart
Opera, Arias : Glück, Haydn, Mozart

Vient de sortir un nouvel album de la cantatrice, composé d'arias de Gluck, Haydn, Mozart et Graun, paru chez Naïve, tandis que la chanteuse est en ce moment à l'affiche de "Falstaff", de Giuseppe Verdi, à l'Opéra Bastille.

Il s'agit là de la reprise d'une production déjà ancienne, avec une mise en scène de Dominique Pitoiset.Daniel Oren assure la direction musicale, qui voit donc Marie-Nicole Lemieux tenir le rôle de Mrs Quickly dans cet opéra en 3 actes de Giuseppe Verdi, sur un livret d'Arrigo Boito, tiré en grande partie des "Joyeuses Commères de Windsor" de Shakespeare, créé au Teatro alla Scala de Milan le 9 février 1893 et, à Paris, à l'Opéra-Comique l'année suivante, le 18 avril 1894.

Petit rappel de l’intrigue qui voit Sir John Falstaff, en manque d’argent, décider de courtiser Dame Page et Dame Ford, deux joyeuses bourgeoises de Windsor, qui tiennent chez elles les cordons de la bourse.

Il envoie la même lettre d'amour aux deux femmes, mais comme celles-ci sont amies, elles se montrent leurs lettres respectives, et découvrent ainsi la manœuvre.Avec l’aide de Mrs Quickly, elles décident de s'amuser aux dépens du gros séducteur maladroit.

Arnaud Laporte

Direction musicale: Daniel Oren

Mise en scène : Dominique Pitoiset.

Direction musicale : Patrick Davin

Mise en scène : Karl-Ernst Hermann et Urseil Hermann, avec l'Orchestre Symphonique de La Monnaie.

Falstaff
Falstaff

Vous pensez bien que l'annonce de la création d'un opéra intitulé "La Dispute" ne pouvait que retenir notre attention.

Cela se passe à La Monnaie de Bruxelles.

Sur une musique de Benoit Mernier, et un livret de Hermmann et Joël Lauwers d'après l'oeuvre de Marivaux, le binôme signant également la mise en scène, et sous la direction musicale de Patrick Davin, cette comédie en un acte, en prose et en musique, a connu sa première mondiale le 5 mars dernier.

Il s'agit du second opéra du compositeur belge Benoit Mernier, qui avait déjà signé un opéra d'après "L'Eveil du Printemps",de Wedekind.

Ajoutons à cela qu'il a écrit entre ces deux opéras deux pièces vocales inspirées de textes de Friedrich Novalis et de William Blake, et l'on comprendra que l'artiste, né en 1964, a un goût très sûr en matière littéraire.

Les librettistes, s'ils ont gardé toute La Dispute, ont ajouté à cette pièce des éléments d'autres écrits de Marivaux, provenant notamment de deux pièces courtes : "La réunion des amours" et "L'amour et la vérité", mais aussi de "La Fausse Suivante" et des "Serments indiscrets".

Ainsi, le récit se fait-il sur trois niveaux, puisqu'aux jeunes amoureux de "La Dispute", et à Hermiane et au Prince, qui les observent, s'ajoutent les dieux Amour et Cupidon.

Dans la fosse, 30 musiciens seulement.

Sur le plateau, deux belles têtes d'affiche : Stéphanie d'Oustrac et Stéphane Degout.

Les jeunes gens de l'ouvrage le sont aussi dans la vie, et cette oeuvre permet à quatre jeunes français de faire leurs débuts à La Monnaie.

Arnaud Laporte

Sans oublier, l’irremplaçable revue de presse culturelle d’Antoine Guillot

Et le coup de fil passé à Tobias Richter directeur du Théâtre de Genève qui présente l'opéra de Wagner "L'or du Rhin" du 9 au 24 mars dans le cadre du bicentenaire de la naissance de Wagner.

Pastille introductive: MAN RAY.

ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......