LE DIRECT
En haut : De la maison des morts ; en bas à gauche : Patrice Chéreau ; à droite : Pochette de l'album du concert de la Loge

Musique : "C'est un opéra tourné vers le XXe siècle et ses orages"

56 min
À retrouver dans l'émission

L'opéra et Patrice Chéreau sont à l'honneur : le premier avec "De la maison des morts" à l'opéra Bastille et le second, comme personnage principal de l'exposition "Mettre en scène l'opéra". Enfin, la symphonie parisienne de Haydn, "La poule", Mozart et Guénin interprétés par le concert de Loge.

En haut : De la maison des morts ; en bas à gauche : Patrice Chéreau ; à droite : Pochette de l'album du concert de la Loge
En haut : De la maison des morts ; en bas à gauche : Patrice Chéreau ; à droite : Pochette de l'album du concert de la Loge Crédits : Ros Ribas, Creative Commons, Aparté

De la maison des morts, du 15 novembre au 2 décembre à l'opéra Bastille

Opéra en trois actes de Leos Janacek, dirigé par Esa-Pekka Salonen, dans une mise en scène de Patrice Chéreau. Avec Willard White, Eric Stoklossa, Stefan Margita... L'opéra sera diffusé sur France Musique le 17 décembre.

Présentation officielle : Concentrant les récits de vie que Dostoïevski relate dans ses Carnets de la maison morte – souvenirs du bagne en Sibérie –, Janáček compose un opéra empli par la brûlure de l’envie et du désir. La contagion de la sauvagerie, la cruauté, la brutalité y sont exacerbées par les murs du pénitencier. Mais au cœur des parois de béton jaillissent la tendresse des hommes, leurs paroles devant un oiseau blessé, la multiplicité de leurs histoires, la singularité de leurs monologues. Débarrassée de tout artifice, la musique de Janáček offre avant tout, selon les mots de Kundera, de « s’approcher radicalement du réel ». Avec cette production, créée aux Wiener Festwochen en 2007, l’Opéra de Paris rend hommage à Patrice Chéreau.

Il sera également question de la version dirigée par Pierre Boulez, dans une mise en scène du même Patrice Chéreau (DVD sorti chez Deutsche Grammophon).

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

C'est un spectacle très prenant dont on sort sonné. Emmanuelle Giuliani 

C'est un opéra tourné vers le XXe siècle et ses orages. Lucile Commeaux

C'est toujours un choc visuel mais il faudra passer à autre chose, car comme disait Chéreau : les mises en scène sont périssables. Emmanuel Dupuy

Patrice Chéreau - Mettre en scène l'opéra, du 18 novembre au 3 mars 2018 à la bibliothèque-musée de l'Opéra Garnier

Présentation officielle : À l’occasion de la reprise de De la maison des morts de Janáček, en novembre 2017, la BnF et l’Opéra de Paris mettent à l’honneur l’œuvre de Patrice Chéreau pour la scène lyrique.

Metteur en scène, cinéaste et acteur, Patrice Chéreau (1944-2013) a profondément marqué le paysage artistique de ces dernières décennies. Parallèlement à son travail théâtral, il se lance très tôt dans la mise en scène d’opéra. Après des débuts remarqués au Festival de Spolète et à l’Opéra de Paris, il s’impose sur la scène internationale à l’occasion du centenaire du Festival de Bayreuth, avec une production historique de la Tétralogie de Wagner dirigée par Pierre Boulez. À travers une centaine de documents issus des collections de la BnF, de l’IMEC et de collections privées (manuscrits, correspondance, dessins, maquettes, photographies…), l’exposition invite à explorer les processus de création mis en oeuvre pour l’opéra et interroge la spécificité du travail de Chéreau pour la scène lyrique : direction des chanteurs, dialogue avec les chefs d’orchestre, concepteurs lumières et costumes. Elle confronte aussi les diverses influences artistiques qui sous-tendent le choix des décors, conçus avec le scénographe Richard Peduzzi comme de véritables agents du drame en train de se jouer.

Chéreau fait partie de ces metteurs en scène qui ont changé notre regard sur l'opéra. 

Le secret de la mise en scène de Chéreau réside dans sa mise en scène de la musique. Emmanuel Dupuy

Chéreau se demande constamment comment justifier que des personnages chantent sur scène : sa mise en scène de la démesure y répond. Lucile Commeaux

Visuel de l'exposition
Visuel de l'exposition Crédits : Christophe Pelé / OnP

Haydn - La Poule (Mozart et Guénin), Aparté

Présentation officielle : Julien Chauvin et son ensemble La Loge nous font revivre les programmes des soirées du Concert Spirituel du Paris des années 1780. Les symphonies dites parisiennes de Haydn sont le cœur de ce projet musical. À leur côté, on entend des partitions de compositeurs contemporains, pour certains méconnus aujourd’hui.

Après « La Reine », Julien Chauvin et ses musiciens enregistrent « La Poule » de Haydn, fameuse pour ses notes pointées pleines de facétie, ainsi que la Troisième Symphonie de Marie-Alexandre Guénin. Membre de l’orchestre du Concert Spirituel en sa qualité de violoniste, ce musicien rare était également pédagogue et compositeur. Cet opus, caractéristique de la veine Sturm und Drang par ses accès furieux et ses gestes dramatiques, n’a rien à envier aux œuvres des pairs plus renommés de son auteur.

Enfin, le disque se clôt sur le Concerto pour piano no 17, K. 453 de Mozart interprété par le jeune et talentueux Justin Taylor au pianoforte. Sa technique permet à son intelligence sensible des œuvres de s’épanouir librement pour offrir à l’auditeur un moment musical d’une rare délicatesse.

Il y a une belle osmose entre cette musique, cet ensemble et son chef. Emmanuelle Giuliani 

C'est une très bonne version, classique dans le bon sens et expressive, de cette symphonie de Haydn. Emmanuel Dupuy

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Interludes musicaux

  • extrait de l'émission Scènes imaginaires diffusées le 31 mars 2013
  • De la maison des morts : Acte 3, Leos Janacek
  • Premier mouvement de la symphonie n°83, Haydn

Vos commentaires

Avant et pendant l'émission, réagissez et donnez votre avis sur le compte Twitter et la page Facebook de la Dispute.

Intervenants

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......