LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
en haut à gauche : Ariana Grande, à droite : l'album de Low : "Double Negative", en bas : Agnès Gayraud

Musique : "Il y a effectivement beaucoup de sucre dans cet album, mais c’est un peu fade"

56 min
À retrouver dans l'émission

A l'occasion de cette Dispute consacrée à la musique, il sera question du livre "Dialectique de la pop" d'Agnès Gayraud, de "Sweetener" d'Ariana Grande, de "Double Negative" de Low, mais aussi de "Negro Swan" de Blood Orange.

en haut à gauche : Ariana Grande, à droite : l'album de Low : "Double Negative", en bas : Agnès Gayraud
en haut à gauche : Ariana Grande, à droite : l'album de Low : "Double Negative", en bas : Agnès Gayraud

"Dialectique de la pop" de Agnès Gayraud (Coédition La Découverte/Philharmonie de Paris)

"Dialectique de la pop" d'Agnès Gayraud (La Découverte)
"Dialectique de la pop" d'Agnès Gayraud (La Découverte)

Présentation officielle :

Tout le monde connaît la pop, la reconnaît, a un avis sur elle. Pourtant, sa singularité artistique et philosophique reste peu interrogée, comme si un tabou pesait sur cette forme musicale née au début du XXe siècle et dont le destin est lié à ses conditions techniques de production et de diffusion.

Son ancrage, essentiel, dans le monde de la phonographie, est généralement interprété comme le trait honteux d’une musique qui aurait cessé d’en être tout à fait une, jusqu’à s’identifier aux « sons du capitalisme » qui déguisent en sucreries auditives les grognements de la bête immonde.

L’enregistrement et ses conséquences auraient avant tout dégradé la musique, altéré ce qui la préservait — imagine-t-on — de la standardisation, jusqu’à produire à la chaîne une forme de musique consommable, accessible à tous, universellement médiocre. Des hits d’ABBA aux hymnes de Beyoncé, la pop serait structurellement inauthentique

Dans cet ouvrage, Agnès Gayraud se penche sur la profondeur de cette musique longtemps qualifiée de « légère » et cantonnée à un statut d’objet de consommation. Elle y déploie tous ses paradoxes, au cœur des œuvres musicales elles-mêmes, pour révéler les ramifications esthétiques d’une richesse insoupçonnée de ce qui a peut-être été l’art musical le plus important du XXe siècle.

L'avis des critiques :

C’est un vrai ouvrage de philosophie, d’esthétique, à la vocation heuristique. Je retrouve sa passion pour cette musique. La schizophrénie est résolue entre sa fascination pour la pop et celle pour un philosophe qu’elle admire énormément. Olivier Lamm

On s’attaque à une montagne dont on ne sait pas si on va gravir le sommet, mais c’est passionnant. Ce n’est pas forcément un livre qui s’adresse à tout le monde. Elle ferraille avec ses idées en donnant au livre beaucoup de passion. Pascaline Potdevin

J’aimerais enlever des passages pour garder tout ce qu’Agnès Gayraud dit de magnifique sur la musique. Cela restera un ouvrage référence sur la pop, puisque personne n'avait jeté jusque-là, avec un regard aussi précis et articulé sur la pop. Christophe Conte

Il y a un sommaire très bien fait, on peut aussi lire par entrées, aller piocher dans le livre. Lucile Commeaux

"Sweetener" de Ariana Grande

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Label : Republic Records

Présentation officielle :

Avec sa voix puissante, Ariana Grande est devenue l'une des artistes des plus magnétiques et célèbres de la musique pop aujourd'hui. À 24 ans, elle a déjà trois albums de platine à son actif et a dépassé les 18 milliards de streams, en plus d’avoir eu quatre nominations aux Grammy Awards et ainsi que huit titres dans le Top 10 du Billboard Hot 100. Son dernier album - Dangerous Woman – (sorti en 2016) a été acclamé par la critique – « Ariana défie audacieusement les attentes et révèle toute la force de sa voix (récemment qualifiée d’instrument extraordinaire, versatile et illimité) » article du Times sur les 100 personnalités les plus influentes.

Depuis ses débuts avec Yours Truly – (sorti en 2013) Elle se met sur le devant de la scène avec son titre triple platine The Way,), Ariana a apporté sa présence vocale frappante à une Pop qui se mélange avec d’autres styles :  R & B, soul, et de la musique électronique. En 2014, son deuxième album, My Everything, a été nominé aux Grammy Awards pour le meilleur album pop et a engendré les hits 6x-platine "Problem" et "Bang Bang" (nominé aux Grammy pour le meilleur duo pop / groupe). Au fil des ans, l'actrice de longue date et ancienne star de Broadway a prouvé l'étendue de son talent en apparaissant sur Scream Queens et Hairspray Live! et a également dévoilé son côté fun en animant Saturday Night Live. 

Avec ses plus de 200 millions d'abonnés sur ses réseaux sociaux, Ariana Grande a également reçu de nombreuses récompenses aux MTV Video Music Awards, des iHeartRadio Music Awards et des American Music Awards (dont le prix très convoité de l'artiste de l'année).

"No tears left to cry" de Ariana Grande
"No tears left to cry" de Ariana Grande

L'avis des critiques :

J’ai été forcé d’écouter ces titres d’une nullité extrême. Ce n’est même pas de la soupe parce qu’elle aurait un goût. On a du Pharell Williams en pilotage automatique. J'ai de l’empathie pour cette pauvre Ariana mais est-elle obligée de nous infliger ça ? Christophe Conte

Il y a un tiers de l’album à foutre à la poubelle. Mais je suis très touché par Ariana Grande qui est très bonne sur un RnB assez désuet. Elle parvient ici avec Pharell à une forme d’actualisation. Il y a un travail entre minimalisme/maximalisme. Olivier Lamm

On a l’impression qu’il y a beaucoup de passages obligés dans cet album, notamment « God is a woman » qui offre le quotient féministe. Lucile Commeaux

Il y a effectivement beaucoup de sucre dans cet album, mais c’est un peu fade. Tout y est : on l’entend minauder, on l’entend susurrer, on l’entend chanter, mais où est-elle, elle ? Pascaline Potdevin

"Double Negative" de Low dont la sortie est prévue pour le 14 septembre

"Double Negative" de Low (Sub pop)
"Double Negative" de Low (Sub pop)

Label : Sub Pop

Présentation officielle :

En 2018, le groupe Low fêtera ses 25 ans de carrière. Depuis 1993, Alan Sparhawk, et Mimi Parker – le couple dont l’harmonie a toujours tenu les rênes du groupe – ont inventé un sous-genre, enregistré un hit de Noël, sont devenus un des meilleurs groupes de scène de ce milieu, et sont apparus comme un des groupes les plus essentiels, mettant en musique nos émotions les plus sombres. Mais le groupe ne commémorera pas son premier quart de siècle avec nostalgie ou avec un best of regroupant leurs meilleures chansons. A la place, fidèles à leur attitude rebelle, et fort de leurs 25 ans d’existence, Low sortiront ‘’Double Negative’’, leurs disque le plus audacieux et le plus abrasif (et paradoxalement le plus stimulant). Cet album est une quête effrénée de onze chansons, composé de beats volant en éclats, et qui culminent dans un album pop, l’un des plus brillants de la carrière de Low.

’Double Negative’’ est un disque parfaitement et douloureusement adapté à notre époque. Bruyant, énervé et imposant. Low se bat pour le monde en se battant contre celui-ci. L’album commence par un pur vacarme, avec un beat construit à partir d’une boucle comme un cri de guerre lancé contre les voix de Sparhawk et Parker au moment où ils commencent à chanter durant la chanson ‘Quorum’. Pendant quarante minutes, ils se battent avec les mélodies et la musique, essayant d’être entendu à travers ce fond sonore bruyant, gagnant souvent, mais parfois leurs voix s’effacent pour laisser place à la musique.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

L'avis des critiques :

Pour beaucoup de gens, Low fait le même disque depuis 25 ans. Je crois que ces gens-là ne peuvent plus dire cela. Ce travail sonore est très audacieux et je trouve incroyable qu'un groupe puisse se remettre à ce point en question. Arnaud Laporte

On a un travail sur la pulsation qui rend la musique de Low encore plus incantatoire qu’elle ne l’a jamais été, servant le propos très sombre du disque. C’est peut-être leur disque le plus impressionniste. Un disque mutant et radioactif. Pascaline Potdevin

Low joue sur la dynamique sonore et sa capacité à accompagner la dynamique émotionnelle. Ils abîment le son jusqu’à un niveau qui atteindrait l’auto-sabotage et joue donc beaucoup sur l’émotion. Olivier Lamm

Cela peut rebuter, on est en terrain hostile d’emblée, mais cela se décante assez vite après deux morceaux assez bruitistes. C’est un disque qu’il faut écouter vraiment religieusement. Christophe Conte

>> LE COUP DE CŒUR DE CHRISTOPHE CONTE : "Negro Swan" de Blood Orange (Domino)

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

C’est quelqu’un qui est habité. Ses pochettes sont très étranges, on sent qu’il a beaucoup de questionnements relatifs à son identité. Christophe Conte

Vos commentaires :

Avant et pendant l'émission, réagissez et donnez votre avis sur le compte Twitter et la page Facebook de la Dispute.

Générique de l'émission : Sylvie Fleury & Sidney Stucki, "She devils on wheels", extrait de l'album "Sound Collaborations 1996-2008" (label Villa Magica Records).

Intervenants
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......