LE DIRECT
Cover de "Father of the Bride" © Columbia, cover de "Chocolat" © Barclay, "Electro - De Kraftwerk à Daft Punk" © Conception graphique : Agnès Dahan Studio – Photo : Jacob Khrist

Musique : Father of the Bride, "une leçon de musique, un tableau de maître"

55 min
À retrouver dans l'émission

Au sommaire de cette Dispute musique, deux albums et une exposition : “Electro - De Kraftwerk à Daft Punk” à Philharmonie de Paris, “Father of the Bride” de Vampire Weekend et “Chocolat” de Roméo Elvis. Enfin, un coup de coeur d'Olivier Lamm pour “Style and Fashion” (Soul Jazz Records).

Cover de "Father of the Bride" © Columbia, cover de "Chocolat" © Barclay, "Electro - De Kraftwerk à Daft Punk" © Conception graphique : Agnès Dahan Studio – Photo : Jacob Khrist
Cover de "Father of the Bride" © Columbia, cover de "Chocolat" © Barclay, "Electro - De Kraftwerk à Daft Punk" © Conception graphique : Agnès Dahan Studio – Photo : Jacob Khrist

“Electro - De Kraftwerk à Daft Punk” à la Philharmonie de Paris jusqu’au 11 août

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Présentation officielle : La Philharmonie de Paris présente une exposition d’envergure sur la musique électronique à travers l’exploration de son imaginaire, ses innovations, ses mythologies ainsi que ses correspondances avec les arts plastiques.

Comme si ses utopies, son énergie et ses BPM parvenaient à donner le pouls et le tempo de notre époque. De Kraftwerk à Daft Punk, de Jean-Michel Jarre à Jacques ou à Molécule, de Laurent Garnier à 1024 architecture, les artistes et musiciens se sont emparés de l’exposition pour imaginer une nouvelle expérience, créant ainsi un nouveau rapport à cette musique. Explorant son imaginaire, ses innovations, ses mythologies ainsi que ses relations avec les autres arts, l’exposition Electro fait écho à la vitalité et à la modernité de cette scène musicale.

L'avis des critiques : 

L'exposition est très belle mais elle manque un peu de didactisme. (...) On voit des choses qui sont magnifiques, on sent des impressions mais qu'on nous fasse entendre et voir plus de choses. Pascaline Potdevin

Je trouve que c’est la première fois que l’on dépasse ce problème de légitimation de la musique électronique, qui a été le grand combat de Laurent Garnier. On refaçonne cette histoire de l’électro à partir d’un angle très simple. Mathilde Serrell 

Cette exposition révèle une sorte de roman officiel de la musique électronique qui comprendrait les pionniers et ensuite la house et la techno. Ce roman là est complètement faux. Olivier Lamm 

“Father of the Bride” de Vampire Weekend (Columbia)

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Présentation officielle : Après avoir sorti "Modern Vampires of the City" sacré par un Grammy Award de la musique alternative en 2013, Vampire Weekend revient avec un nouvel album intitulé "Father of the Bride". Il signe la première création artistique du groupe sans son multi-instrumentiste Rostam Batmanglij. 

L'avis des critiques : 

C’est une leçon de musique, c'est même un tableau de maître. C’est époustouflant dans les moindres détails. (…) C'est un travail d'orfèvre et d'intégration extrêmement intelligente de musiques d'Afrique, d'Extrême-Orient. C'est virtuose et singulier. Mathilde Serrell 

Il y a un côté presque mainstream quand on l’écoute au début. Mais Vampire Weekend sait jouer des silences et des vides, ils savent faire une pop dans laquelle il y a des interstices. Dans cette ligne claire, il y a pas mal d’ombres qui s’insinuent. Tous ces effets de production intéressants sont assez subtils. Pascaline Potdevin

C’est un disque très intéressant car il rappelle qu’un choix artistique est politique (…) Il y a quelque chose d’extrêmement subtil dans les références fifties et dans l’invitation de Daniel Haim. Olivier Lamm

“Chocolat” de Roméo Elvis (Universal)

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Présentation officielle : Après avoir réalisé plusieurs EP, Roméo Elvis sort son premier album intitulé “Chocolat”. Sorti en avril dernier, le disque du rappeur belge est sorti chez Barclay. 

L'avis des critiques : 

Cette angoisse existentielle et sincère me touche quelque part même s'il ne la dit pas toujours bien. Elle a contaminé le disque. (…) Tout le disque est plein d’exhortes faites aux auditeurs comme un appel à l’indulgence. Là où je le trouve un peu plus intéressant est quand il parle d’autre chose que de lui-même. Pascaline Potdevin 

Il y a vraiment un projet esthétique auquel on peut adhérer, ou pas, selon les morceaux. Mais il y a une intensité un peu permanente alors que ça raconte des choses assez puériles. (...) On s’attend à un truc très drôle, très enlevé et on a quelque chose d’assez triste. Olivier Lamm

Ce n’est ni un bon disque de variété non un bon disque de rap (…) malgré des idées innovantes dans la production. Mathilde Serrell 

LE COUP DE COEUR D'OLIVIER LAMM : “Style and Fashion”, une anthologie du label Fashion Records (Soul Jazz Records)

"Style & Fashion" © Soul Jazz Records
"Style & Fashion" © Soul Jazz Records

C’est une compilation qui couvre tous les sous-genres du reggae anglais. C’est une compilation que je conseillerai en priorité à des gens qui pensent détester le reggae, le dancehall, le digital et la jungle. Olivier Lamm 

Générique de l'émission : Sylvie Fleury & Sidney Stucki, "She devils on wheels", extrait de l'album "Sound Collaborations 1996-2008" (label Villa Magica Records).

Intervenants

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......