LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
En haut : "Le coq d'or" © La Monnaie de Munt. En bas de gauche à droite : Celimène Daudet (Photo : Eric Boudet) /  Le Château de Barbe-Bleue © Vincent Pontet / OnP

Musique : "Elle inverse l’ordre chronologique pour préférer un ordre de la sensation"

55 min
À retrouver dans l'émission

La musique classique est ce soir dans La Dispute. Au sommaire : "Le coq d’or" un opéra de Rimski-Korsakov en DVD et Blu-ray, "Le Chateau de Barbe-bleue - La Voix humaine", sur les planches de l'Opéra de Paris jusqu'au 11 avril et le CD de Célimène Daudet interprétant Messiaen et Debussy.

En haut : "Le coq d'or" © La Monnaie de Munt. En bas de gauche à droite : Celimène Daudet (Photo : Eric Boudet) /  Le Château de Barbe-Bleue © Vincent Pontet / OnP
En haut : "Le coq d'or" © La Monnaie de Munt. En bas de gauche à droite : Celimène Daudet (Photo : Eric Boudet) / Le Château de Barbe-Bleue © Vincent Pontet / OnP

"Le coq d’or" en DVD et Blu-ray chez BelAir Classiques.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Musique : Nikolaï Rimski-Korsakov

Direction musicale : Alain Altinoglu

Mise en scène et costumes : Laurent Pelly

Présentation officielle :
Le vieux tsar Dodone, las de gouverner, manipulé par ses conseillers politiques – dont l’obscur Astrologue – et peu enclin à protéger son royaume des attaques extérieures, compte sur un Coq d’Or magique pour le prévenir en cas de menace imminente. Mais lorsque le Coq chante la défaite de ses armées, le tsar tombe rapidement amoureux de son ennemie, la belle Tsarine de Chemakhane, qui le convainc aisément de lui céder tout son empire en obtenant de sa part une demande en mariage…

Conte cruel et sardonique, Le Coq d’Or de Nikolaï Rimski-Korsakov est inspiré d’un poème d’Alexandre Pouchkine et figure sans doute parmi les œuvres les plus subversives de l’histoire de la musique. Il faut reconnaître que l’opéra, composé moins de dix ans avant la révolution qui devait pour toujours changer la Russie, ne peint pas du tsarisme un tableau des plus élogieux ! Charge contre l’autocratie, la bêtise et l’inertie politique, l’œuvre fut interdite par la censure et ne put voir le jour qu’en 1909, un an après la mort de son compositeur.

Cette nouvelle production du Théâtre de la Monnaie est signée par Laurent Pelly. Attentif aux modernités de l’écriture et de la dramaturgie de Rimski-Korsakov – probablement le plus wagnérien des compositeurs russes, mais aussi aux ambiguïtés de ses jeux spéculaires et enfin à sa réflexion sous-jacente sur le langage, la manipulation et l’absurde, le metteur en scène invente pour cette fable cruelle un univers d’une densité symbolique inouïe, et fait justice tant à son ancrage historique, qu’à sa portée philosophique universelle…
Le chef français Alain Altinoglu, récemment nommé directeur musical de la Monnaie, dirige l’Orchestre Symphonique en expert, confirmant des affinités avec le répertoire russe qu’il avait déjà rendues manifestes en 2016 avec le dyptique Tchaïkovski Iolanta / Casse-Noisette à l’Opéra de Paris.

Tout est très intelligent dans la mise en scène de Laurent Pelly car il ne joue pas simplement la carte du bouffon. Les choix de lumières et de décors sont très intéressants également. Le spectacle a plusieurs niveaux de lecture et cela décuple le plaisir. Lucile Commeaux

Comme toujours chez Laurent Pelly on s’amuse beaucoup ! La mise en scène est brillante, il joue avec le côté bouffon mais le côté sublime est vraiment assuré par la direction musicale. Matthieu Conquet

J’ai trouvé cela un peu chargé dans le côté bouffon au départ. Mais plus on avance plus on est dans le sombre. J’ai été séduit par cette mise en scène au fil du spectacle. Guillaume Tion

"Le Chateau de Barbe-bleue - La Voix humaine" jusqu'au 11 avril à l'Opéra de Paris et en DVD chez Arthaus Musik.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Musique : Béla Bartók
Livret : Béla Balazs 

Direction musicale : Ingo Metzmacher
Mise en scène : Krzysztof Warlikowski

Présentation officielle :
Entre le conte désenchanté de Bartók – dont la partition envoûtante fut d’abord jugée inexécutable – et le désespoir fait monologue de Poulenc, le metteur en scène Krzysztof Warlikowski a perçu un même fil dramaturgique, une même conscience féminine, une même sensation d’enfermement et d’étouffement. Car celle qui pénètre dans le château de Barbe‑Bleue n’est-elle pas promise à partager le sort d’Elle, cette femme que seule semble raccrocher à la vie une conversation téléphonique avec un homme ?
Et cet homme à qui elle parle, existe-t-il réellement ? À moins que le metteur en scène n’ait pris à la lettre les mots de Cocteau, et que le téléphone ne soit devenu cette « arme effrayante qui ne laisse pas de traces, qui ne fait pas de bruit ».

Disponible en DVD : distribué par Arthaus, filmé en direct du Palais Garnier en décembre 2015, sous la direction musicale d'Esa-Pekka Salonen.

La mise en parallèle de ces deux œuvres à travers Jean Cocteau, ainsi qu’à travers Barbara Hannigan est le geste fort de cette production. Matthieu Conquet

On ne peut pas s’empêcher de s’imaginer Warlikowski en chimiste qui tente de révéler les réseaux d’influences, de montrer l’invisible et c’est vraiment fort. Pelléas et Mélisande est un autre point de convergence entre Le château de Barbe Bleue et La voix humaine. Guillaume Tion

Tout est intelligent par rapport à la partition et au livret. Warlikowski fait des personnages féminins des sortes d’actrices hollywoodiennes et ça fonctionne très bien. La château de Barbe Bleue reste en tête pendant La voix humaine, c’est bouleversant. Lucile Commeaux

"Messiaen, Debussy : Préludes pour piano" par Célimène Daudet, en CD chez Nomadmusic.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Présentation officielle :
Composés à une dizaine d'années d'écart, les préludes du jeune Messiaen et de Debussy,  artiste alors déjà consacré, présentent de troublantes similitudes de style, qui se retrouvent jusque dans la poésie et la mystique de leurs titres.
Pour son premier album solo chez NoMadMusic, Célimène Daudet s'est plu à imaginer une filiation imaginaire entre les deux compositeurs, juxtaposant leurs oeuvres pour mieux en souligner la parenté.
Vingt préludes en forme de carte postale sonore, vingt miniatures aux frontières de l'impressionnisme, comme autant d'instantanés de vie et d'évocations oniriques, des feuilles mortes de l'automne à un voyage imaginaire en Espagne, des mille couleurs d'un feu d'artifice à la désolation d'un paysage triste...

Célimène Daudet est une pianiste brillante, qui depuis une dizaine d’années fait parler d’elle en bien ! C’est ici un disque très réussi ! Guillaume Dion

C’est intéressant qu’elle inverse l’ordre chronologique pour préférer un ordre de la sensation. On sent à l’écoute les images qu’elle a en tête. Comme un fonctionnement cinesthésique de cette musique. Lucile Commeaux

Il y a une tendresse et un sens du mystère, une poésie… C’est un disque très réussi et j’ai été ravi de découvrir cette belle personne. Matthieu Conquet

Vos commentaires :

Avant et pendant l'émission, réagissez et donnez votre avis sur le compte Twitter et la page Facebook de la Dispute.

Générique de l'émission : Sylvie Fleury & Sidney Stucki, "She devils on wheels", extrait de l'album "Sound Collaborations 1996-2008" (label Villa Magica Records).

Intervenants
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......