LE DIRECT
En haut à gauche : pochette de l'anthologie ; à droite : N.E.R.D ; en bas : Zombie Zombie

Musique : "C'est un chef d’œuvre"

56 min
À retrouver dans l'émission

Musique ce soir, avec : une anthologie des sorties entre 2015 et 2017 du label de "variété underground" la Souterraine, le nouvel album de Zombie Zombie et de N.E.R.D, "No_One Ever Really Dies".

En haut à gauche : pochette de l'anthologie ; à droite : N.E.R.D ; en bas : Zombie Zombie
En haut à gauche : pochette de l'anthologie ; à droite : N.E.R.D ; en bas : Zombie Zombie Crédits : La Souterraine / Driely S / Red Bull Studios Paris, Philippe Levy

Livity, Zombie Zombie (Versatile Records)

Présentation officielle : Cela fait déjà  5 ans que le dernier album de Zombie Zombie « Rituels d’un Nouveau Monde » est sorti,  depuis ils ont exploré d’autres territoires en  signant 2 musiques de films « Loubia Hamra » de Narimane Mari et « Irréprochable » de Sébastien Marnier ainsi que la musique d’un spectacle de cirque contemporain « Slow Futur » de Martin Palisse et Elsa Guérin.

Ce nouvel opus  « Livity »,   semble nous plonger dans la science fiction,  avec une pochette signée par le mythique dessinateur de bande dessinée Philippe Druillet, aussi fondateur de la revue Métal Hurlant. Mais le titre est trompeur, on pourrait penser à un disque de dub réalisé en jamaïque ou au célèbre Compass Point studio aux Bahamas, car si vous ne le saviez pas, « livity » ou « force de vie », est en fait un concept de la religion rastafari. Une fois les pistes brouillées, ce disque a été finalement enregistré l’hiver dernier, en très peu de temps à Paris,  7 titres joués live en 7 jours par Etienne Jaumet (Synthétiseurs/boite à rythme/métalophone/Sax), Cosmic Neman (batterie/vox & sound effects),  et le dernier venu Dr Schonberg (percussions, electronics, trompette) au studio Red Bull, par Thibaut Javoy et Jerome Caron, les 2 très compétents ingénieurs du studio. 

Pour rester en famille, l’album a ensuite été mixé par un autre membre de l’écurie Versatile,  le mystérieux et légendaire dj/producteur I:Cube au studio du label, Victor studio. 

Sur cet album les principes chers au groupe sont respectés,  toujours aussi loin des normes  du « radio play », une musique vivante composée de longues plages instrumentales enregistrées avec des synthétiseurs et boites à rythmes analogiques accompagnées de batterie et percussions.  Mais la touche d’I:Cube au mixage apporte peut-être l’énergie unique que l’on retrouve chez le groupe en concert : sur certains titres comme Livity avec son côté club du pied de 808 bien en avant et envoutant avec ces sons de jungle enregistré au Laos, et surtout sur Hippocampe, où l’on a presque l’impression d’entendre une rythmique old school hip hop avec la puissance d’un groupe de métal qui aurait remplacé les guitares par des synthétiseurs : à écouter en décapotable tunée sur le périphérique uniquement. 

La connotation cinématique est toujours très forte sur des titres comme, « Ils existent.. » ou  « Acera », originellement composés pour des ciné-concerts sur des films de Jean Painlevé et Maurice Pialat. On y retrouve encore l’énergie des débuts du groupe et l’inspiration kraut toujours présente bien évidemment qui peut prendre aussi des tournures « space disco ». Mais, c’est aussi un album  qui prend de nouvelles directions comme sur Looose, on penserait plutôt au groove de James Chance à New York au début des années 80, avec les solos free de sax d’Etienne Jaumet du Dr Schonberg à la trompette, très « Art Ensemble of Chicago ». Le groupe a su aussi composer des titres plus lents et plus calmes comme « Heavy Meditation », et d’explorer de nouvelles voies, plus expérimentales, dans la lignée française des groupes 70s, comme chez Lard Free ou Richard Pinhas, sur le bonus track « Lune Noire » par exemple. 

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

On retrouve quelque chose qui fait la musique électronique française d'avant-garde : une certaine joie savante. Matthieu Conquet

Cette musique parle des voyages dont on ne revient pas : c'est un voyage spatial et dans la jungle. Sophie Rosemont

Nous vivons un revival de la musique électronique française des années 70. Joseph Ghosn

J'ai entendu une succession de morceaux qui ne produisent pas d'effets. Arnaud Laporte

OUF, l'anthologie souterraine, 2015-2017 (La Souterraine)

Présentation officielle : OUF, les 22 enregistrements de cette anthologie sont extraits des volumes Ô CANADA, SEMI-VOL.1 et 2, VOUS-ET-NOUS, VALLÉE DU DON, COMMENT ATTEND UN FOU ?, LES JOURS HEUREUX, TÉLÉVISÉE, PAYS VAINCUS, SUPER TERROIRS ET RUINES NOUVELLES, TELLE QUELLE, et VOUS ÊTES ICI publiés à prix libre sur www.souterraine.biz

À une exception près, c’est ici l’occasion de leur premier pressage en vinyle. Ils ont été cherchés et collectés par Laurent Bajon et Benjamin Caschera. Tous les volontaires musiciens et non-musiciens participants avec patience et urgence à l’histoire de ce ruisseau sont ici remerciés. 

Au-delà de ses activités d’archivage de l’underground de France en temps réel - une grande oreille de passage sur la production autonome francophone de l’époque - la Souterraine est un mouvement musical et artistique qui puise son sens dans deux sources : la poésie et le marché. Voilà l’époque du gigantisme, de l’homogénéisation culturelle et de l’écroulement de la communauté. Nous pensons tous, tout le temps, en termes de vente et d’achat ; à remplir son grand récipient vide en attente d’un monde de vie plus large. 

La Souterraine joue le jeu de l’acteur-réseau, inventer le pragmatisme dans la poésie, titiller les bords de ligne et apprendre l’autonomie – la bohême organisée. Par habi- tude, nous avons une image unidimensionnelle de la réa- lité, omettant sa remarquable diversité. 

Alors, nous nous efforçons d’observer ailleurs le mouvement des gens de tous les jours qui ont un talent ; ceux qui pratiquent la poésie - ici la musique -, comme un art de vivre, un îlot de résistance intime, un espace de survie pour donner un sens à la vie quotidienne et la désaliéner de la routine. Écrire, composer, chanter et s’enregistrer simplement pour la beauté du geste. À côté de la plaque du courant principal et pourtant en plein dans le mille. L’objet n’est ni de se débarrasser du marché bétonné, ni de le reconduire, mais de l’ouvrir. 

Ce patrimoine pop biscornu collecté à la main révèle le foisonnement des directions artistiques des musiques chantées en français de notre temps. Petit à petit, il est la construction d’une mémoire collective parallèle, un ex- citant panorama des musiques d’amateur pour amateurs de musique. OUF.  

- Benjamin Caschera, Toulouse, Septembre 2017

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Vous pouvez vous procurer ici l'anthologie.

Ces chansons traduisent une mélancolie innée qu'on traine tous. Ces artistes se dérobent à cette mélancolie grâce à la musique. Sophie Rosemont

C'est un chef d’œuvre. Joseph Ghosn

No One Ever Really Dies, N.E.R.D

On est à mi-chemin entre le divertissement et l'engagement politique mais les "featuring" laissent à désirer. Sophie Rosemont

Ce n'est plus vraiment de la musique : cet album balance seulement des sons percutants, festifs. Joseph Ghosn

Ce sont des producteurs qui ont fait le son des années 2000 : l'auditeur est forcément déçu. Matthieu Conquet

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Interludes musicaux

  • Don’t don’t do it ! N.E.R.D
  • Ils existent, Zombie Zombie
  • Poésies, Chaton

Vos commentaires

Avant et pendant l'émission, réagissez et donnez votre avis sur le compte Twitter et la page Facebook de la Dispute.

Intervenants

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......