LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
"Macbeth Underworld", "Scarlatti : 52 Sonates", "Domenico Scarlatti"

Musique : "Macbeth Underworld", "Scarlatti : 52 Sonates", "Domenico Scarlatti"

54 min
À retrouver dans l'émission

Au sommaire de cette Dispute musique : "Macbeth Underworld", mise en scène de Thomas Jolly, direction musicale d’Alain Altinoglu, "Scarlatti : 52 Sonates", Lucas Debargue (Sony classical), "Domenico Scarlatti", Martin Mirabel (Actes sud)

"Macbeth Underworld", "Scarlatti : 52 Sonates", "Domenico Scarlatti"
"Macbeth Underworld", "Scarlatti : 52 Sonates", "Domenico Scarlatti"

"Macbeth Underworld"

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Présentation : Quatre ans à peine après Penthesilea, sa précédente création, Pascal Dusapin livre un nouvel opéra, en réponse à une commande de la Monnaie. Avec son librettiste Frédéric Boyer, il plonge dans les régions les plus sombres de l’âme humaine à l’aide de deux personnages parmi les plus emblématiques du mal chez l’Homme : le couple Macbeth. Thomas Jolly, le jeune prodige français du répertoire shakespearien, signe la mise en scène tandis qu’Alain Altinoglu déploie l’intensité dramatique ainsi que la richesse vocale et orchestrale de la partition. Un opéra gothique où les personnages sont confrontés à leur réalité spectrale qui revient hanter leur mémoire et la notre.

L'avis des critiques : 

« La narration fonctionne par des moments clés chronologiques. Il y a des meurtres, des trahisons puis le couple s’installe dans un château, un enfer, dans des limbes où ils revivent leurs crimes dans un ensemble qui fonctionne très bien avec une atmosphère forte. Une esthétique gothique et imposante, sombre avec un noir profond et des lumières précises. Une partition riche, puissante et dramatique.» Anna Sigalevitch

« L’amour du couple Macbeth et la figure de l’enfant mort sont au cœur de cette réécriture parfaitement menée tant au niveau de la dramaturgie, du chant, du jeu ou des musiciens. La partition est très organique tant dans l’écriture vocale qu’orchestrale, elle nous berce et nous surprend, c’est un bonheur. » Sophie Bourdais

« Si on a une connaissance préalable de Macbeth, on suit la pièce sans difficulté, mais la prise en main pour des spectateurs vierges peut s’avérer dur à suivre. Les chanteurs sont remarquables et la partition est convaincante. » Laurent Bury

  • Plus d'informations : "Macbeth Underworld", sur un livret de Frédéric Boyer d’après Macbeth de William Shakespeare, mise en scène de Thomas Jolly, direction musicale d’Alain Altinoglu // disponible en streaming jusqu’au 27 novembre sur le site de La Monnaie de Bruxelles // du 25 au 31 mars 2020 à L’Opéra Comique et le 12 et 14 mai 2020 à l'Opéra de Rouen Normandie

"Scarlatti : 52 Sonates", de Lucas Debargue (Sony classical)

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Présentation : Le pianiste français Lucas Debargue donne une nouvelle vie aux Sonates pour clavecin de Domenico Scarlatti et propose un véritable tour de force artistique. Avec un choix de 52 sonates hors des sentiers battus, le virtuose nous offre une rencontre exceptionnelle avec le compositeur italien et une prise de son d’une clarté rayonnante.

L'avis des critiques :

« J’ai un réel goût pour cet album. L’interprétation est radicale, on sent le côté expérimental de Scarlatti. Une richesse de timbre et de ton phénoménal. » Anna Sigalevitch

« Les pièces de Scarlatti, ni vraiment baroques, ni classiques, sont extrêmement modernes. Lucas Debargue fait apparaître le petit théâtre que Scarlatti met dans ses sonates, j’ai été totalement convaincue. » Sophie Bourdais

« On ne fera pas d’un piano un clavecin et l’interprétation de Lucas Debargue a beau être bonne, cela sonne bizarre. Néanmoins le disque est un très bel objet. » Laurent Bury

"Domenico Scarlatti", de Martin Mirabel (Actes sud)

"Domenico Scarlatti", de Martin Mirabel (Actes sud)
"Domenico Scarlatti", de Martin Mirabel (Actes sud)

Présentation : Ce livre, préfacé par André Tubeuf, raconte l'histoire d'un fils qui respectait tellement son père qu'il fallut que ce demies meure pour qu'il le dépassât. C'est aussi l'histoire d'un homme qui finit par être adopté par une autre famille que la sienne : la famille royale de Bragance, celle de Jean V et de sa fille Maria Barbara, infante du Portugal et future reine d'Espagne. Domenico Scarlatti (1685-1757) passera l'essentiel de sa vie à son service, dans la péninsule Ibérique où, sous son inspiration et son égide, il composera les 555 sonates qui lui assureront la postérité. Mais qu'est-ce qu'une sonate de Scarlatti ? Un monde miniature. L'infiniment grand dans l'infiniment petit. Un télescope dans lequel on voit se mouvoir les planètes dans un univers en expansion. De la vie condensée et de la fantaisie cadenassée par les mathématiques. Et beaucoup d'autres choses que l'on découvrira dans cet ouvrage.

L'avis des critiques : 

« Une suite d’interprétations, de projections, de fantasmes qui se tiennent et qui donnent un cœur qui bat, de la chair au livre. » Arnaud Laporte

« Le livre parle d’un amour pour les sonates, on voit toute l’Italie et l’Espagne de cette époque, le mythe Scarlatti est entouré de chair et d’érotisme. » Anna Sigalevitch

«Un vrai plaisir de lecture. J’ai apprécié en plus de la stricte biographie, le développement narratif des différents interprètes de Scarlatti. La forme est extrêmement colorée et imagée comme ses sonates. » Sophie Bourdais

« Une belle évocation de l’époque et des lieux de la vie de Scarlatti. Quelques préciosités d’écritures toutefois.» Laurent Bury

Coup de cœur d’Anna Sigalevitch pour "Mozart : Sonates pour piano, K 331, 332 & 333", Anne Queffélec (Mirare)

Mozart : Sonates pour piano, K 331, 332 & 333", Anne Queffélec (Mirare)
Mozart : Sonates pour piano, K 331, 332 & 333", Anne Queffélec (Mirare)
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......