LE DIRECT

Musiques: Lang Lang et Le Tour d'Ecrou

58 min
À retrouver dans l'émission

Ce soir, la Dispute portera sur la musique classique avec les critiques suivants:

  • Marie-Aude Roux (Le Monde)- Vincent Huguet (Marianne)- Emmanuel Dupuy (Diapason)sur les albums et DVD suivants:- The Chopin Album , Lang Lang (Sony Classical)
Lang Lang
Lang Lang

Morceaux diffusés : - Waltz in d-flat major opus 64- L'étude n°11

Marie-Aude Roux:

Je suis « ballotée » par Lang Lang. Il suscite en permanence la controverse. Il est éblouissant en concert. Avec Chopin, ça ne fonctionne pas. Ce n’est pas satisfaisant sur le plan digital. Il y a un grand manque de profondeur.

Emmanuel Dupuy:

C’est assez plat et ennuyeux. Il est moins "cabotin" que d’habitude, il est dans la retenue. C’est un peu asséché au niveau de la sonorité. Le piano n’est pas assez chanté. Globalement, je ne suis pas convaincu.

Vincent Huguet: L’étude n°11 m’a paru emblématique de l’ensemble de l’album, auquel j'ai été étonné de rester si indifférent à la première écoute. J’ai fait des efforts mais je n’ai pu trouver autre chose qu’une démonstration de virtuosité technique. L’album ne me parle pas. Il m’a laissé sans images.

  • Le Tour d'Ecrou , (DVD Fra Musica)

auteur et compositeur: Benjamin Britten

Metteur en scène: Jonathan Kent

DVD Le Tour d'Ecrou
DVD Le Tour d'Ecrou

Morceau diffusé : - The Welcome , tiré du DVD The Turn of the Screw (Fra Musica)

Marie-Aude Roux:

La mise en scène très équilibrée avec un reproche : j’eusse aimé voir moins de présence charnelle des esprits. Elle aurait du être plus insinuatrice, plus étrange.

Cette œuvre est un joyau. La musique de Britten à tous les chatoiements avec une formation de chambre. Tout fonctionne très bien.

Emmanuel Dupuy:

Jonathan Kent nous propose une approche encore différente et par conséquent devient référent pour Le Tour d’Ecrou sans effacer les précédentes mises en scène.

Vincent Huguet: C’est une très belle production, parfaitement mise en scène, où Jonathan Kent est particulièrement inspiré. Il signe une mise en scène forte et élégante avec une grande économie de moyen et une très belle direction d'acteurs.

Les coups de cœurs: Antoine Guillot: - Guitar reflection , Maxime Fougères (Gaya Music production/Abeille)

Guitar Reflection
Guitar Reflection

Projet a priori absurde que celui du jeune Maxime Fougères pour son premier album, en solo : rejouer, à la guitare, les parties piano du disque mythique, autant qu'un peu oublié, qu'un Duke Ellington alors au creux de la vague avait enregistré il y a presque 60 ans pour s'affirmer enfin comme l'excellent pianiste que sa modestie dissimulait. À l'écoute, ce remake de "Piano Reflections" par un guitariste qui rappelle Wes Montgomery s'avère totalement réjouissant, souvent mélancolique, mais toujours baigné par la grâce.

Marie-Aude Roux et Emmanuel Dupuy :- The Tempest , de Thomas Adès au metropolitan Opera NY City

10 novembre à 18h55: diffusion dans une centaine de salle de cinéma en HD.

The Tempest
The Tempest

C’est le premier chef-d’œuvre lyrique du XXIème siècle. Elle a été créée en 2004.

Cette nouvelle production à New-York est une collaboration de l’Opéra de Vienne et de Québec.

Cette œuvre requiert toute les qualités qu’une production lyrique doit posséder depuis les origines du genre.

L’écriture vocale est généreuse, l’orchestre est foisonnant et la distribution est merveilleuse : on succombe.

Bien sûr, la revue de presse d'Antoine Guillot: Pas de prescription pour Wagner en Israël.

Et le coup de fil de Seham Boutata au chorégraphe et directeur du Ballet du Capitole à Toulouse, Kader Belarbi, à l'occasion de sa première saison consacrée à Stravinsky.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......