LE DIRECT
"Hunters", "The Twelve", "Skam France"

Série : "Hunters", "The Twelve", "Skam France"

54 min
À retrouver dans l'émission

Au sommaire de La Dispute Série : "Hunters", de David Weil, "The Twelve", de Bert Van Dael et Sanne Nuyens, la saison 5 de "Skam france", réalisée par David Hourregue et le coup de ♥ de Olivier Joyard pour "Our Boys", de Hagai Levi, Joseph Cedar, Tawfik Abu Wael

"Hunters", "The Twelve", "Skam France"
"Hunters", "The Twelve", "Skam France" Crédits : Christophe Saunders, Thibault Grabherr

"Hunters", de David Weil

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Présentation : En 1977 à New York, une bande de chasseurs de nazis découvrent que des centaines de hauts dignitaires du régime déchu vivent incognito parmi eux et complotent pour instaurer un IVe Reich aux États-Unis. L’équipe hétéroclite de Hunters se lance alors dans une sanglante quête visant à faire traduire ces criminels en justice et à contrecarrer leur projet de génocide.

Avec : Al Pacino, Logan Lerman, Tiffany Boone, Jerika Hinton

Plus d'informations : diffusé sur Amazon Prime Video à partir du 21 février

L'avis des critiques

« Un gros navet mais cela en est presque attachant, de voir cette attitude et cette posture d'assumer complètement le nanar. Mon problème avec "Hunters" n'est pas du tout théorique ou moral, rien de ce type là, mais c'est surtout l'ennui. On a ici une vraie grosse série B, complètement incohérente, qui part dans tous les sens, avec de multiples codes, références. C'est finalement une série très moche et complètement ratée. » Lucile Commeaux

« Affligeant mais il vaut mieux en rire. On a pas envie d'attaquer Hunters sur la question de la représentation de la Shoah, parce que pour moi ce serait faire trop d'honneur à cette série. Cette ambition de la série comique façon "Inglorious Bastards" est immédiatement anéantie par ces flash-back et ces reconstitutions, qui sont pour moi pénibles à regarder. Au delà de l'ignorance crasse en termes de cohérence historique, on est sur un niveau de sentimentalité complètement idiot et stupide. » Mathilde Wagman  

« Pourquoi pas avoir le droit de la transgression, mais il faut le faire d'un façon élevée sur le plan moral. Évidemment que l'on peut faire des chefs d’œuvres en étant un très jeune scénariste, ici c'est pas le cas, "Hunters" est une aberration industrielle. On a quand même l'impression que ce sont des gens qui ne savent pas faire leur métier qui ont mis à l'antenne cette série. » Olivier Joyard  

"The Twelve", de Bert Van Dael et Sanne Nuyens

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Présentation : Douze citoyens ordinaires sont appelés à former un jury d'assises dans une affaire de meurtre aussi traumatisante que controversée : Fri Palmers, une directrice d'école respectée, est accusée de deux assassinats, dont celui de son propre enfant. Mais le sort de Fri n'est pas le seul à être dans la balance. Au fur et à mesure que le procès prend de l'ampleur, les vies des jurés sont ébranlées à leur tour. Chacun d'entre eux est en proie à ses propres démons. C'est à eux de décider de la culpabilité ou de l'innocence d'une femme brisée.

Avec : Maaike Cafmeyer, Maaike Neuville, Tom Vermeir

L'avis de nos critiques :

« Les personnages sont très bien esquissés, c'est jamais forcé et pourtant ils existent, ils sont bien encadrés socio-culturellement, dans un passé et un présent extrêmement complexes. Il y a peu d'épisodes et beaucoup de personnages ; toutefois, ils ne sont pas les mêmes au début et à la fin de la série, sans qu'il y ait pour autant de retournement spectaculaire ou de gros coups de force narratifs. » Lucile Commeaux

« Structurellement laborieux. La vérité ne se révèle pas dans le procès, ce n'est pa slà où les choses nous sont révélées, donc le déroulement du procès est inintéressant. Je me suis totalement désintéressée de cette question à tel point que la révélation finale m'a parue tomber complètement à plat. » Mathilde Wagman

« J'ai été impressionné par la maestria narrative, qui réussit à faire exister autant de personnages en aussi peu de temps. C'est très maîtrisé dans la façon de nous dire qu'on n'arrive pas à vivre ensemble, de raconter l'impossibilité de faire groupe. Le regard porté est contemporain et je pense assez juste sur l'état de nos sociétés occidentales. » Olivier Joyard

« Les comédiens jouent tous très bien, ils sont très puissants parce qu'ils ont très peu de place pour faire exister leur personnage, et que l'on passe d'une vie à l'autre très rapidement. Sans compter le fait qu'il y a une double affaire ; l'ambition narrative est immense, peut-être trop. » Arnaud Laporte  

Plus d'informations : diffusé à partir du 3 février sur Polar et sur MyCANAL

La saison 5 de "Skam France", réalisée par David Hourregue d'après la série originale "Skam" créée par Julie Andem 

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Avec : Robin Migné, Arthur et Coline Preher, Alexia et Winona Guyon, Noée et Axel Auriant, Lucas et Lula-Cotton Frapier, Daphné et Léo Daudin... 

L'avis des critiques

« Le problème de Skam, c'est d'isoler une discrimination, un problème de société précis et d'en faire à chaque fois une saison. On a donc une mise en équivalence de plein de choses qui n'ont absolument rien à voir : la question de la religion à l'école, le cyberharcèlement, l'homosexualité, le handicap. Cette équivalence ne nous permet en rien de réfléchir à ce qu'est la discrimination aujourd'hui. Aussi, ce qui est très problématique, c'est de ne pas représenter de milieux. Les personnages vivent dans des intérieurs et des extérieurs qui n'indiquent jamais la classe à laquelle ils appartiennent. » Lucile Commeaux  

« Skam évite plusieurs écueils du genre de la série qui est faite pour les adolescents par des adultes qui sont loin de leur adolescence. Par exemple, on pourrait avoir dans la manière de parler ou de se vêtir des choses qui sonnent complètement faux et ici ça sonne juste. Les personnages adolescents sont complexes, ambigus, riches de contradictions, autant que peuvent l'être des personnages adultes. » Mathilde Wagman

« C'est un vent de fraîcheur inclusif dans la fiction française. Ce qui est réjouissant, c'est qu'à chaque saison on voit la singularité d'un personnage et d'un point de vue. Dans la saison 5, on découvre ce que le jeune ressent, ce qu'il n'entend pas, ce n'est quand même pas rien. Il y a des acteurs sourds et mal-entendants, c'est toute une communauté que l'on découvre et la série prend en charge ce discours là. » Olivier Joyard

Plus d'informations : diffusé jusqu'au 13 mars sur France TV Slash 

♥ Le coup de cœur ♥ de Olivier Joyard pour "Our Boys", de Hagai Levi, Joseph Cedar, Tawfik Abu Wael

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Intervenants

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......