LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
"Mouche" © Canal +, "Jeux d'influence" © Arte, "Fleabag" © Amazone Prime Video

Séries : Fleabag, "un renversement de tous les carcans" imposés aux femmes

56 min
À retrouver dans l'émission

Au sommaire de cette Dispute consacrée aux séries : "Jeux d’Influence", "Fleabag" et son adaptation française "Mouche". Enfin, un Petit Salon consacré à Game of Thrones et un coup de cœur de Joseph Ghosn pour "ABC contre Poirot".

"Mouche" © Canal +, "Jeux d'influence" © Arte, "Fleabag" © Amazone Prime Video
"Mouche" © Canal +, "Jeux d'influence" © Arte, "Fleabag" © Amazone Prime Video

"Fleabag" (saison 2 sur Amazon Prime Video) versus "Mouche" (saison 1 sur Canal )

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Synopsis : Le quotidien à la fois drôle et touchant de Fleabag, une femme à la répartie cinglante, portée sur le sexe, en colère et assaillie par le deuil, qui fait ce qu’elle peut pour survivre à la vie moderne londonienne.

Il y avait une sorte de filtre dans les séries dites féministes, des archétypes féminins qui nous enfermaient. Il fallait soit être totalement dévergondée soit trouver l’homme de sa vie. Avec "Fleabag", tout est possible. C’est un renversement de tous les carcans.  Mathilde Serrell 

Fleabag prend le corps féminin pour dire quelque chose d'extrêmement féministe. Il y a tout un discours sur la ménopause et les règles que l’on n'entend jamais et qui est dit de manière drôle et avec beaucoup de sens. (....) Par ailleurs, Phoebe Waller Bridge est révolutionnaire car elle nous dit que nous, spectateurs, ne sommes pas là pour nous identifier à elle mais pour participer à son histoire. Il se crée un lien sériel absolument fabuleux. Iris Brey 

La manière dont le personnage de Fleabag est traversé par plusieurs situations banales dans lesquelles nous pouvons tous nous projeter est très intéressante. Joseph Ghosn 

Synopsis : Mouche, trentenaire parisienne effrontée et sans filtre, nous entraîne dans son quotidien foutraque entre son bar à thé qui périclite, son cochon d’Inde dépressif, son ex ex ex excessivement romantique, sa sexualité agitée et sa famille dysfonctionnelle. Dans sa fuite en avant pour se distraire du chaos de sa vie, Mouche nous transporte du rire aux larmes et nous offre le portrait original, engagé et subtil d’une femme moderne.

L'avis des critiques :

Ce n’est pas une adaptation mais une reproduction. Il n’y a jamais le rythme de "Fleabag", et deux corps d’actrices très différents. Tandis que Phoebe Waller-Bridge a quelque chose de Chaplin, Camille Cottin a quelque chose de plus dramatique et froid, qui nous entraîne vers la tristesse. L'effet comique se perd. Iris Brey 

La seule chose que je trouve intéressante est cette volonté d’amener un petit peu de l’atmosphère française dans cette adaptation. Lorsque l’on ressent la société dans laquelle on vit, il y a une valeur ajoutée. Mathilde Serrell 

J’aime l’idée que la différence ne se situe que dans l’actrice. J’aime ce que Camille Cottin fait de son personnage même si, au fond, la série originale est supérieure. Joseph Ghosn 

"Jeux d’Influence" sur Arte 

"Jeux d'influence" © What's up Films
"Jeux d'influence" © What's up Films

Synopsis : Dans le centre de la France, un agriculteur, Michel Villeneuve, est retrouvé inanimé au pied de son tracteur. On lui diagnostique une leucémie, liée à l’utilisation d’un désherbant produit par la multinationale Saskia. Le député Guillaume Delpierre, ami d’enfance de Villeneuve, s’engage à déposer un amendement pour faire interdire ce produit. Mais le PDG de Saskia mandate un redoutable lobbyiste, Mathieu Bowman, pour contrer son projet. Bowman, quant à lui, engage Claire Lansel, une ex-journaliste politique au riche carnet d’adresses, pour l’aider à manœuvrer en coulisses. C’est alors que le directeur marketing de Saskia, Didier Forrest, est retrouvé noyé dans la Seine.

L'avis des critiques :

J'ai été surpris mais aussi intéressé par cette série Arte où il n’y a aucune idéologie en jeu, aucune appartenance politique mise en valeur. Cela renvoie à l’état de la télévision et des séries aujourd’hui. On est dans un flou extrêmement caricatural. Joseph Ghosn 

« Jeux d’influence » appartient à ces séries à thèse qui ne racontent rien car les personnages ne sont pas travaillés. Ce n’est pas incarné et on passe à côté d’un grand sujet qui aurait pu avoir une dramaturgie. Iris Brey 

Il est difficile de faire plus de clichés et de faussetés dans les mécanismes de la politique, les rapports aux médias et les rapports humains. C’est une série qu’on a l’impression d’avoir vu créée par un générateur et une intelligence artificielle. Mathilde Serrell 

LE COUP DE COEUR DE JOSEPH GHOSN : "ABC contre Poirot" sur MyCanal

© Ben Blackall
© Ben Blackall

Synopsis : Hercule Poirot est confronté à un mystérieux tueur en série qui laisse pour seul indice un guide des chemins de fer "A.B.C." sur les scènes de crime.

Ce qui m’a touché est qu’on essaye de montrer un Hercule Poirot vieillissant et qui a passé son heure de gloire. C’est aussi une série qui essaye de parler de ce que deviennent ces vieux héros de la télévision, aujourd’hui négligés et à la masculinité dépassée. Joseph Ghosn 

LE PETIT SALON DE BORIS PINEAU : "Qu'attendre de la conclusion d'une série ?"

"Game of Thrones" © HBO
"Game of Thrones" © HBO

L'avis des critiques :

Je me demande si une bonne fin de série ne serait pas celle qui donnerait envie de revoir la série. C'est notamment le cas pour "Twin Peaks", "Six Feet Under" ou "Breaking Bad". Cette idée de boucle serait peut-être un moyen de remédier au deuil. Boris Pineau

La fin d'une série est toujours une expérience douloureuse que l'on essaye d'éviter un maximum. Une belle fin de série est quelque chose qui nous accompagne vers le deuil. Iris Brey   

Nous n'attendons pas la même chose de la fin d'une série selon le temps et l'époque dans laquelle nous nous trouvons. Lorsque "Lost" s'est arrêté, on a parlé de "lostalgie", c'était un deuil individuel et collectif. "Game of Thrones" appartient également à ce type de fin, qui clôture un cycle.  On rentre aujourd'hui davantage dans des séries délinéarisées, sur des plateformes. Je ne sais pas si ce cérémonial du rendez-vous de la diffusion va continuer. Mathilde Serrell 

Une des plus belles fins de série que j'ai vu est celle des "Soprano" parce qu'elle reste ouverte. Je pense que la poursuite du fantasme, le fait de ne pas arriver à faire le deuil et l'ouverture vers autre chose ont leur importance dans la conclusion d'une série. Joseph Ghosn

Générique de l'émission : Sylvie Fleury & Sidney Stucki, "She devils on wheels", extrait de l'album "Sound Collaborations 1996-2008" (label Villa Magica Records).

Intervenants
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......