LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Leïla Slimani, lauréate du prix Goncourt 2016

Spéciale Prix littéraires : "C'est un écrivain de gauche qui écrit comme un écrivain de droite"

56 min
À retrouver dans l'émission

Une Dispute consacrée aux romans des quatre lauréats du prix Goncourt, Médicis, Renaudot et Femina.

Leïla Slimani, lauréate du prix Goncourt 2016
Leïla Slimani, lauréate du prix Goncourt 2016 Crédits : - Reuters

Prix Goncourt : L'ordre du jour, Eric Vuillard (Actes Sud)

Présentation de l'éditeur : L’Allemagne nazie a sa légende. On y voit une armée rapide, moderne, dont le triomphe parait inexorable. Mais si au fondement de ses premiers exploits se découvraient plutôt des marchandages, de vulgaires combinaisons d’intérêts ? Et si les glorieuses images de la Wehrmacht entrant triomphalement en Autriche dissimulaient un immense embouteillage de panzers ? Une simple panne ! Une démonstration magistrale et grinçante des coulisses de l’Anschluss par l’auteur de Tristesse de la terre et de 14 juillet.

Grégoire Leménager :

L'ironie corrosive côtoie des envolées lyriques : c'est un écrivain de gauche qui écrit comme un écrivain de droite.

Laurent Nunez :

Il y a une économie de moyens pour dire des choses terrifiantes.

Raphaëlle Leyris :

L'auteur fait une place à la contingence et à la bêtise qui mènent à  la grande histoire.

Le lauréat 2017
Le lauréat 2017 Crédits : Creative Commons

Prix Renaudot : La disparition de Josef Mengele, Olivier Guez (Grasset)

Présentation de l'éditeur

1949  : Josef Mengele arrive en Argentine.
Caché derrière divers pseudonymes, l’ancien médecin tortionnaire à Auschwitz croit pouvoir s’inventer une nouvelle vie à Buenos Aires. L’Argentine de Peron est bienveillante, le monde entier veut oublier les crimes nazis. Mais la traque reprend et le médecin SS doit s’enfuir au Paraguay puis au Brésil. Son errance de planque en planque, déguisé et rongé par l’angoisse, ne connaîtra plus de répit… jusqu’à sa mort mystérieuse sur une plage en 1979.

Comment le médecin SS a-t-il pu passer entre les mailles du filet, trente ans durant  ?
La Disparition de Josef Mengele est une plongée inouïe au cœur des ténèbres. Anciens nazis, agents du Mossad, femmes cupides et dictateurs d’opérette évoluent dans un monde corrompu par le fanatisme, la realpolitik, l’argent et l’ambition. Voici l’odyssée dantesque de Josef Mengele en Amérique du Sud. Le roman-vrai de sa cavale après-guerre.

Grégoire Leménager :

Le livre est bien mené, le sujet intéressant. Mais j'aurais préféré qu'il exploite davantage la veine romanesque.

Laurent Nunez :

C'est le livre honnête d'un écrivain qui se bat contre son personnage.

Olivier Guez
Olivier Guez Crédits : Joël Saget - AFP

Prix Femina : La Serpe, Philippe Jaenada (Julliard)

Présentation de l’éditeur : Un matin d'octobre 1941, dans un château sinistre au fin fond du Périgord, Henri Girard appelle au secours : dans la nuit, son père, sa tante et la bonne ont été massacrés à coups de serpe. Il est le seul survivant. Toutes les portes étaient fermées, aucune effraction n'est constatée. Dépensier, arrogant, violent, le jeune homme est l'unique héritier des victimes. Deux jours plus tôt, il a emprunté l'arme du crime aux voisins. Pourtant, au terme d'un procès retentissant (et trouble par certains aspects), il est acquitté et l'enquête abandonnée. Alors que l'opinion publique reste convaincue de sa culpabilité, Henri s'exile au Venezuela. Il rentre en France en 1950 avec le manuscrit du Salaire de la peur, écrit sous le pseudonyme de Georges Arnaud.
Jamais le mystère du triple assassinat du château d'Escoire ne sera élucidé, laissant planer autour d'Henri Girard, jusqu'à la fin de sa vie (qui fut complexe, bouillonnante, exemplaire à bien des égards), un halo noir et sulfureux. Jamais, jusqu'à ce qu'un écrivain têtu et minutieux s'en mêle...

Un fait divers aussi diabolique, un personnage aussi ambigu qu'Henri Girard ne pouvaient laisser Philippe Jaenada indifférent. Enfilant le costume de l'inspecteur amateur (complètement loufoque, mais plus sagace qu'il n'y paraît), il s'est plongé dans les archives, a reconstitué l'enquête et déniché les indices les plus ténus pour nous livrer ce récit haletant dont l'issue pourrait bien résoudre une énigme vieille de soixante-quinze ans.

Laurent Nunez :

Il injecte de l'humanité dans le judiciaire, le ragot. Les livres sordides qui rendent joyeux sont rares !

Raphaëlle Leyris :

C'est un grand écrivain en douce !

Grégoire Leménager :

C'est un excellent baratineur qui sait mêler les registres.

Le lauréat du prix Femina 2017
Le lauréat du prix Femina 2017 Crédits : Creative Commons

Prix Médicis : Tiens ferme ta couronne, Yannick Haenel (Gallimard)

Présentation de l'éditeur : Un homme a écrit un énorme scénario sur la vie de Herman Melville : The Great Melville, dont aucun producteur ne veut. Un jour, on lui procure le numéro de téléphone du grand cinéaste américain Michael Cimino, le réalisateur mythique de Voyage au bout de l'enfer et de La Porte du paradis. Une rencontre a lieu à New York : Cimino lit le manuscrit. S’ensuivent une série d’aventures rocambolesques entre le musée de la Chasse à Paris, l’île d’Ellis Island au large de New York, et un lac en Italie. 

On y croise Isabelle Huppert, la déesse Diane, un dalmatien nommé Sabbat, un voisin démoniaque et deux moustachus louches ; il y a aussi une jolie thésarde, une concierge retorse et un très agressif maître d’hôtel sosie d’Emmanuel Macron. 

Quelle vérité scintille entre cinéma et littérature ?
La comédie de notre vie cache une histoire sacrée : ce roman part à sa recherche.

Grégoire Leménager :

Ce choix du Médicis est le refuge de l'imagination.

Yannick Haenel
Yannick Haenel

Vos commentaires

Avant et pendant l'émission, réagissez et donnez votre avis sur le compte Twitter et la page Facebook de la Dispute.

Intervenants
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......