LE DIRECT

Spectacle vivant: ... à la française et Modèles

57 min
À retrouver dans l'émission

Ce soir, la Dispute portera sur l'actualité du spectacle vivant avec les critiques suivants:

  • Joëlle Gayot (France Culture)- Anna Sigalévitch (France Culture)Sur les spectacles suivants:

  • Modèles , mis en scène par Pauline Bureau au Théâtre du Rond-Point, du 10 octobre au 10 novembre.

Il part en tournée jusqu'au mois d'avril de Villejuif à Amiens, en passant par Orly, Vénissieux, Bar-le-Duc, Maison-Alfort, Angers, Saint-Quentin, Châtenay-Malabry et Béthune .

Modèles
Modèles

Joëlle Gayot:

Il me semble que le combat féministe actuel ne passe par ce qui est avancé dans la représentation malgré ses très bonnes intentions de départ.

Ici, on est dans l’anecdote, le souvenir personnel et donc le singulier or je crois que la lutte féministe actuelle vise à sortir les femmes du singulier pour les faire entrer dans l'universel. On reste donc au ras du cliché.

Antoine Guillot:

Je suis très partagé sur cette pièce. Le drame, c’est sans doute qu’il y ait encore besoin de ce type de spectacle. La prise en charge de cette histoire et de ces combats pourrait être intéressante pour un public de lycéens.

Mais j'aurai eu envie de voir un combat féministe plus actuel, que soient pensés les formes d'aliénation contemporaines. J’aurai voulu, en tant qu’homme d'aujourd'hui, être remis en question.

Il y a de l’ingénuité chez ces femmes, qui produit paradoxalement de vieilles formes, celles du théâtre d'intervention des années 70, qui ici tournent à vide.

Reste une révélation : Marie Nicolle, qui arrive à incarner des textes a priori impossibles .

Arnaud Laporte:

Malgré une belle énergie, j’ai trouvé ces modèles plutôt clichés. J’ai eu l’impression de voir un spectacle écrit dans les années 1970. Les considérations sur les rapports hommes/femmes qui sont énoncées me paraissent terriblement datées.

je ne mets pas en doute un instant la sincérité de la démarche, le désir de ces femmes de parler des femmes, de parler pour les femmes , mais il me semble qu’elles ne le font pas toujours avec la distance nécessaire, ou la bonne focale.

... à la française
... à la française

Joëlle Gayot:

Ce spectacle est raté. Il met en scène une situation qui implique une fausse improvisation. Mais l’improvisation, c’est un art. C’est inoffensif et indolore, sans couleur et sans saveur.

Arnaud Laporte:

Je suis sensible au charme et à la prestance d’Edouard Baer , m ais cela ne m’empêche pas de formuler des réserves sur ce spectacle. Après Miam-Miam, il est redescendu d’un cran.

Tout le spectacle tourne autour d’Edouard Baer qui ne fait que répéter ce qu’il fait très bien depuis des années , alors que c'est un acteur prodigieux . C’est un spectacle paresseux , qui manque d'un regard extérieur.

Les coups de coeurs :

Arnaud Laporte:

  • DVD Coffret Comédie Française, 1964-1998, 52 heures (couleur et N&B), éditions Montparnasse (sortie le 6 novembre 2012)

C’est une affaire hors-du-commun.

Il y a un certain vertige à énumérer les personnes à l'oeuvre, mais il est équivalent au vertige de visionner ces dvds, qui ont comme traversé le temps pour venir jusqu’à nous, et qui témoignent d’esthétiques de jeu, de décors, de mises en scène évidemment différentes, et qui sont de ce fait des témoins précieux pour éclairer l’histoire de l’art théâtral.

Joëlle Gayot :

  • La dernière bande , de Samuel Beckett, mis en scène par Alain Françon au Théâtre de l'oeuvre à partir du 2 octobre.
La dernière bande
La dernière bande

Serge Merlin est dirigé par Alain. Françon sur un texte de Beckett. Le personnage écoute sa propre voix, la mise en scène de ce texte est souvent compliquée. L'acteur peut être réduit à l’état de marionnette. Mais là, Françon plus Merlin, ça fait miracle. C’est un spectacle d’une extrême humanité avec un acteur totalement investi, habité par son rôle. Il est d’une intensité exceptionnelle.

Il y a quelque chose de l’ordre de l’écriture, de la littérature qui sont révolus comme l'est la vie du héros.

  • Les serments indiscrets , texte de Marivaux, mis en scène par Christophe Rauck au Théâtre Gérard Philipe à Saint-Denis, du 15 octobre au 2 décembre 2012.

Au Théâtre Gérard Philippe, vont se jouer "Les serments indiscrets" de Marivaux, mis en scène par Christophe Rauck. C’est absolument sublime. Rauck a trouvé son auteur.

Anna Sigalévitch :

Bien sûr la revue de presse d'Antoine Guillot .

Et le coup de fil de Seham Boutata au duo Fuchs et Delgado pour leur création Let's get Physical avec la scène nationale Le Merlan à Marseille.

Pastille introductive: Michael LONSDALE .

À venir dans ... secondes ...par......