LE DIRECT

Spectacle vivant : La mort de Tintagiles et Le Chagrin

58 min
À retrouver dans l'émission

Ce soir, le spectacle vivant est au programme avec nos critiques Joëlle Gayot et René Solis de France Culture
La Dispute invite cette semaine le musicologue Alexandre Dratwicki Sur les planches de la Dispute ce soir:

  • La mort de Tintagiles , écrit par Maurice Maeterlinck et mis en scène par Denis Podalydès , du 12 au 28 mai au Théâtre des Bouffes du Nord
La mort de Tintagiles par Denis Podalydès
La mort de Tintagiles par Denis Podalydès

Précédé de fragments de Pour un tombeau d’Anatole de Stéphane MallarméLa Reine veut Tintagiles et finira par l’arracher à Ygraine, dont la résistance, le courage et la force ne suffiront pas pour sauver l’enfant. Sitôt qu’on cesse d’imaginer ce qu’on lit, qu’on cherche à voir au lieu d’entrevoir, qu’on tâche de l’édifier - ne serait-ce que mentalement - sur une scène, d’en dresser la représentation concrète, on sait bien que cela même auquel on veut donner corps, se dérobe et disparaît. C’est le mystère Maeterlinck. Et pourtant tout est simple, tout est court, n’avance pas plus loin qu’au bord d’un abîme tout proche, que l’on se refuse à qualifier, la mort, le néant, ou la vie. Comment habiter ce parage sans couleur ni contour, mettre sur le théâtre ce qui le fuit tout en l’appelant ? - Denis Podalydès

  • Le Chagrin de et par Caroline Guiela Nguyen avec la compagnie Les Hommes Approximatifs , du 6 mai au 6 juin au Théâtre de la Colline
Le Chagrin de et par Caroline Guiela Nguyen
Le Chagrin de et par Caroline Guiela Nguyen

Un frère et une soeur se retrouvent quelques jours après le décès de leur père. Elle a fait sa vie à Paris ; il est resté dans leur village natal. Au rendez-vous du deuil, ils rencontrent les kilomètres de différence qu’ils ont mis entre eux, et les non-dits que rouvre cette mort. Pour les combler, la parole est pauvre, difficile ; reste le terrain de jeu de l’enfance... Et si la régression était parfois un chemin pour accéder aux secrets qui fondent nos vies ?

Il y aura un « coup de fil » passé à Kai Leclerc, auteur et interprète avec Katrina Asfardi du spectacle Domus proposé par le Théâtre de Narbonne du 19 au 22 mai

Vous avez rendez-vous avec Emilie Chaudet pour la revue de presse culturelle Elle reviendra sur l'éternelle question de la démocratisation du théâtre , des Antigones syriennes , des sans-papiers perdus chez Kafka, d'acteurs amateurs qui investissent la scène, de scènes qui investissent d'autres lieux, plus proches du public ...

À venir dans ... secondes ...par......