LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Spectacle vivant : "La tête des autres" par Lilo Baur et Tragédies de Shakespeare

59 min
À retrouver dans l'émission

Au programme de la Dispute, le spectacle vivant en présence des critiques suivants :

- Joëlle Gayot (France Culture)

  • Fabienne Pascau d (Télérama)

  • Patrick Sourd (Les Inrocks)

Seront abordés les spectacles suivants :

La tête des autres
La tête des autres

Nous nous intéressons ce soir à un auteur bien peu joué, Marcel Aymé, qui n’avait jusqu’alors eu les honneurs de la Comédie Française qu’en 2009, au Studio-Théâtre, pour un seul des "Contes du chat perché", mise en scène par Véronique Vella.On retrouve l’actrice à l’affiche de cette production de la première pièce jouée par la troupe du Français, non pas pour une entrée au répertoire, puisqu’elle est donnée au Vieux Colombier, et non salle Richelieu.La pièce s’intitule « La tête des autres ». Elle date de 1952, soit deux ans après « Clérambard ». L'action débute dans le salon du Procureur Maillard, que sa femme attend avec impatience, bientôt rejoint par un couple d’amis, tout aussi fébriles.De quoi s’agit-il ? De savoir si Maillard a réussi à faire condamner le prévenu du procès pour lequel le jugement est attendu d’un moment à l’autre. Les jeunes enfants du couple, eux-mêmes, n’arrivent pas à trouver le sommeil, tout excités qu’ils sont de savoir si leur papa a encore gagné.Quand celui-ci rentre, les cris de joie fusent : « Une tête de plus ! ». Car non seulement l’accusé, Valorin, a été condamné, mais le procureur Maillard a même été si éloquent qu’il l’a fait condamné à mort, alors qu’aucune preuve n’avait pu être reconnue contre lui. Et pour cause, puisque l’on apprendra bien vite que Valorin, qui s’est échappé et s’est introduit dans le domicile de Maillard, est innocent, puisque au moment du crime, il était dans une chambre d’hôtel avec Roberte Bertolier, magistrat lui aussi, et ami de Maillard…Très bonne surprise que ce texte qui, au-delà de l’aspect vaudevillesque, traite de questions qui, en 1952, étaient tout à fait brûlantes, à commencer par celle de l’absence d’épuration dans la magistrature française, ce qui n’est pas rien.La corruption généralisée est elle aussi centrale, et si Marcel Aymé a pris soin de situer sa pièce dans un pays imaginaire appelé « Poldavie », la pièce faillit être interdite , l’auteur fut poursuivi pour outrage au corps judiciaire, et il signa en 1956 une deuxième version, changeant le 3ème acte, en supprimant le personnage d’Alessandrovici, homme d’affaires et mafieux, qui tient tous les puissants du pays sous sa coupe, faisant et défaisant les gouvernements.

Arnaud Laporte

Shakespeare, Tragédies vol. 2
Shakespeare, Tragédies vol. 2

Ce coffret est la suite d’une aventure éditoriale menée par les excellentes éditions Montparnasse, qui publient d’ailleurs également de formidables coffrets "Comédie Française", dont nous avons parlé dans notre émission.J’ai déjà évoqué, en coup de cœur, le premier coffret réunissant des tragédies de Shakespeare, parmi les 37 pièces du dramaturge adaptées et filmées en studio par la BBC entre 1978 et 1985.J’avais alors raconté à nos auditeurs ce temps béni où FR3 diffusait le dimanche après-midi, dans les années 80, ces pièces en version originale sous-titrée.Quelle joie fut donc la mienne de retrouver, sur DVD, ces productions vraiment très inspirées, très bien réalisées, et avec des interprètes prestigieux, comme John Gielgud, Derek Jacobi, Anthony Hopkins, Bob Hoskins.Un coffret « Comédies » a suivi, avec à notamment à l’affiche John Cleese, Helen Mirren, et même Roger Daltrey, le chanteur des Who.Ce soir, nous nous concentrons autour d’un nouveau coffret, « Tragédies volume 2 », qui regroupe « Le roi Lear », « Antoine et Cléopâtre », « Macbeth », « Coriolan » et « Timon d’Athènes ».

Ce qu’il faut bien redire à nos auditeurs, c’est qu’il ne s’agit pas ici de captations de pièces sur des plateaux de théâtre. La BBC a en effet mis les moyens pour des tournages en studio, et même s’il y a sans doute des raisons économiques à cela, le parti-pris de décors parfois quasi abstraits, notamment pour ce qui concerne les extérieurs, fonctionne pour moi à plein.De la grotte de Timon aux champs de batailles de Macbeth, en passant par la tempête du Roi Lear, ces espaces dénudés, ces landes désertes, résonnent pour moi très bien avec l’imaginaire shakespearien.Et cela est valable aussi pour les intérieurs, très stylisés, très dépouillés, de la plupart de ces productions.Il faut y voir aussi la patte de Jonathan Miller, qui signe trois des cinq réalisations dans ce coffret, et sera le producteur de la série, de 1980 à 1982.Ce comédien, écrivain, metteur en scène, réalisateur, a un grand sens de la fluidité, et joue merveilleusement des plans séquences pour permettre à la dynamique de la langue shakespearienne de se déployer.Pour moi, il a tout bon dans ses choix filmiques.

Arnaud Laporte

Ainsi que les coups de cœur :

de Fabienne Pascaud:

  • Une heure de tranquilité , de Florian Zelleravec une mise en scène de Ladislas Chollet au Théâtre Antoine du 14 mars au 4 mai.
Affiche du spectacle
Affiche du spectacle

Fabrice Luchini transcende l’histoire de ce personnage bobo pour arriver à de l’absurde.

Il est à la fois totalement drôle, complètement émouvant, bouleversant, d’une solitude poignante.

Fabienne Pascaud

de Patrick Sourd:

- Christine d'après Mademoiselle Julie, d'August Strindberg, mise en scène de Katie Mitchell et de Léo Warner

au Théâtre les Gémeaux (Scène nationale de Sceaux) du 20 au 24 mars.

Christine d'après Mademoiselle Julie
Christine d'après Mademoiselle Julie

On a découvert ce beau spectacle à Avignon en 2011.

On voit l’histoire à travers le personnage secondaire, Christine. Tout s’organise autour d’elle, le reste de l’action n’existe pas.

Le spectacle va plus vers le cinéma appuyé par un décor cinématographique.

C’est un hommage à la peinture flamande avec une lumière magnifique.

Ce spectacle est un vrai plaisir, où tous les arts se mélangent et transgressent l’interdit.

Patrick Sourd

Sans oublier, l’irremplaçable revue de presse culturelle d’Antoine Guillot

Et le coup de fil passé à Jean-Paul Angot , président de l'association des Scènes nationales à l'occasion du Festival "L'Effet Scènes" qui se déroule du 18 au 24 mars dans toute la France pour les 20 ans des Scènes Nationales.

Pastille introductive: Gildas BOURDET

ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......