LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Spectacle Vivant : L'apprentissage et Atelier Volant

58 min
À retrouver dans l'émission

Ce soir La Dispute portera sur la rentrée théâtrale avec les critiques suivants:

  • Joëlle Gayot (France Culture)
  • Anna Sigalevitch (France Culture)

  • Fabienne Pascaud (Télérama)

pour parler des spectacles suivants:

  • L'Apprentissage , de Jean-Luc Lagarce au Guichet Montparnasse du 5 septembre au 3 novembre.
L'Apprentissage
L'Apprentissage

Fabienne Pascaud : Ce n’est pas le meilleur texte de Jean-Luc Lagarce car c’est une commande. Il n’avance pas. La langue est d’une pauvreté assumée. Mais il y a trop de « rien » dans la mise en scène. La dimension humoristique de Lagarce n’est pas présente.

Anna Sigalevitch : Je trouve que le texte est beau, fragile, hésitante presque funambulesque. Il y a vrai parcours dans l’écriture et dans la mise en corps. L’acteur se met complètement en jeu, il fait un vrai parcours mental. Il y a une vraie cohérence avec quelque chose de très précis dans ces gestes et sa diction.

Cependant, il y a un côté trop littéral. Il n’y a pas la distance, l’ironie et la férocité qu’il y a dans le texte.

Joëlle Gayot :

L’écriture de Lagarce n’est pas , selon moi, une écriture allongée, alitée et malade . Or, c’est ce que le metteur en scène et l’acteur en font. Sa langue me parait plutôt marquée au sceau du rythme, du tempo. Lagarce, c’est la vitalité et cette mise en scène , près de 20 ans après sa mort, ouvre la porte au biographique plus qu'au rythme .

  • C'est sans doute le cours normal des choses et je respecte l’engagement de l’acteur.*

Arnaud Laporte :

C’est un texte incarné, d’une façon bouleversante. Ce spectacle travaille sur le corps qui renaît. Il y a un parti-pris minimal et tenu.

  • Atelier Volant , de Valère Novarina, au Théâtre du Rond-Point du 6 septembre au 6 octobre.
Affiche de Atelier Volant de Valère Novarina
Affiche de Atelier Volant de Valère Novarina

Anna Sigalevitch :

Je partage l’avis des autres critiques. Pour moi, cette pièce est dépassée formellement et sur le fond. Le sujet est traité de façon assez manichéenne avec une esthétique des années 1970. J’ai ressenti comme une vitre épaisse entre la salle et la scène.

La réalité a déjà dépassé tout ce qui est dit dans le texte. Ce n’est ni corrosif, ni insolent.

Cependant, c’est toujours intéressant de voir le travail d’acteur sur des textes de Novarina. Il y a un rapport fondamental entre le corps et le texte.

Fabienne Pascaud :

Avec cette pièce, on voit que la lutte des classes est toujours bien considérée dans le texte. Il y a toujours un langage du corps formidable avec Novarina.

Mais quel orgueil de mettre en scène son propre texte 40 ans plus tard !

Arnaud Laporte :

Chacune de ses pièces me plaisent, me parlent depuis une dizaine d’année, depuis L’Origine rouge. Mais L’Atelier Volant est un texte très ancien qui donne le sentiment que l'auteur fait machine arrière au niveau stylistique, et nous invite à une excursion dans le passé, pour la façon d’aborder le monde du travail. Je reste perplexe sur le choix de Novarina d’aller exhumer ce texte.

Joëlle Gayot :

C’est un choix étrange que d’aller reprendre une pièce des années 1970 même si le propos rencontre forcément toujours une actualité. En allant puiser dans ses tiroirs, avec des acteurs qui lui sont très familiers, il se fait vieillir tout seul. Du coup les acteurs sont des ferraris que l'on fait avancer à la vitesse de 2 chevaux.

Les coups de coeur :

Arnaud Laporte:

... du printemps ! une proposition de Thierry Thieû NIANG et Jean-Pierre MOULERES, au Théâtre de la Ville, du 10 au 20 septembre.

Avec la participation de Patrice Chéreau.

C’est un spectacle simple à décrire et en même temps impossible à transmettre tant les émotions sont fortes. Chaque instant du spectacle est intense. J’ai eu une très forte émotion à la fin du spectacle. Et c’est un sentiment partagé au sein du public. Ce spectacle est simple et agit profondément.

Anna Sigalevitch:

-André , Marie Rémond au Théâtre du Rond Point, du 5 septembre au 3 octobre

Ce n’est pas un spectacle de Marie Rémond. C’est un spectacle sur une idée de Marie Rémond écrit collectivement. C’est un spectacle qui témoigne merveilleusement de tout ce que peut le théâtre et de son pouvoir de suggestion. Les problématiques sont très riches. C’est un spectacle très drôle et touchant .

Bien sûr la revue de presse spectacles vivants d'Antoine Guillot: L'amie des intermittents.

Et le coup de fil par Seham Boutata avec Frédéric Maragnani , directeur et metteur de la Manufacture Atlantique à Bordeaux.

Pastille introductive: Luc BONDY.

affiche
affiche Crédits : Radio France
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......