LE DIRECT

Spectacle vivant: "Les Rustres" & "Singin'in the Rain"

57 min
À retrouver dans l'émission

Dans cette dispute spectacle vivant Arnaud Laporte reçoit les critiques Philippe Chevilley et Marie-José Sirach pour vous parler et peut être se disputer Les Rustres de Goldoni & Singin'in the Rain , Mes Robert Carsen.
- Les Rustres de Goldoni, Mes Jean-Louis Benoit, jusqu'au 10 janvier au Vieux Colombier.

Les Rustres
Les Rustres

« À la maison ! C’est moi qui commande », le ton est donné, on ne s’amuse pas chez Lunardo, l’un des rustres ; les femmes sont censées rester au foyer, pas question d’aller s’encanailler au Carnaval de Venise. Écrite en 1760, la comédie de Carlo Goldoni n’a jamais été jouée à la Comédie-Française, éclipsée peut-être par la célèbre Trilogie de la villégiature . Satire de la bourgeoisie commerçante vénitienne, incarnée par des hommes aussi bornés, râleurs qu’intolérants et dont la méfiance à l’égard de la gent féminine confine à l’absurde, Les Rustres illustrent parfaitement le théâtre de Goldoni, un « théâtre de la vie qui [a] un contenu vrai, des personnages observés de la réalité, une expression naturelle ». Ainsi celui que Voltaire qualifiait de « fils et peintre de la nature » scrute-t-il ses contemporains, leurs rapports et leurs comportements sociaux. Il fait alors oeuvre de divertissement tout en livrant à la postérité un témoignage aigu des moeurs de son temps. Et Jean-Louis Benoit met en garde qui voudrait réduire l’auteur à un simple « photographe du réel ». Il est bien plus que cela. « Passionné par l’homme social », ce « “poète comique” demande aux hommes de se voir et de se situer, de prendre conscience de la richesse inépuisable du quotidien, et de penser le monde au lieu de le subir. » Fidèle de la Maison et amoureux de la Troupe, le metteur en scène y a déjà monté sept productions depuis 1992 dont Les Fourberies de Scapin et Le Révizor qui lui valurent tous deux le Molière de la mise en scène. Il y revient après onze ans d’absence.

- Singin'in the Rain , Mes Robert Carsen au Théâtre du Châtelet jusqu'au 15 janvier.

Singin'in the Rain
Singin'in the Rain

A elle seule, la séquence où Gene Kelly danse sous la pluie incarne l’âge d’or de la comédie musicale hollywoodienne. La chanson, et sa mélodie immédiatement mémorisable, a été reprise et citée d’innombrables fois. D’Orange mécanique aux Simpsons, en passant par Glee et La mort aux trousses , la composition de Nacio Herbert Brown et Arthur Freed a fait le tour du monde depuis sa création en 1929.

En 1952 Freed, devenu un des grands producteurs d’Hollywood, met ses chansons bout à bout pour écrire le film (un peu à la manière d’Un Américain à Paris un an plus tôt). Cette satire légère du milieu du cinéma basculant dans le parlant est une histoire « résolument optimiste du début à la fin et où le professionnalisme, la ténacité, l’amitié et l’amour viennent à bout de toutes les difficultés ». Jacques Lourcelles, Dictionnaire du cinéma

L’équipe artistique est emmenée par le metteur en scène Robert Carsen , qui a monté au Châtelet Candide de Bernstein (2006, puis joué au Japon) et My Fair Lady de Lerner & Loewe (2010, 2013, également donné au Mariinsky de Saint-Pétersbourg).

Coup de fil: S'inspirant du procédé de Georges Perec, Jérôme Rouger metteur en scène et comédien nous livre ses propres Je me souviens , sur la Scène Nationale partenaire du Théâtre d'Angoulême, les 5 et 6 janvier.

Je me souviens relate comiquement ses souvenirs d'enfance / adolescence au village de Terves.

Pour plus d'informations, cliquez ici.

Concernant la revue de presse culturelle quotidienne d'Antoine Guillot, elle porte sur: Tumultes dans la danse - Makhar Vaziev nommé directeur du Ballet du Bolchoï

  • Valls annonce la création d'un diplôme national de danse hip-hop. Une décision qui ne fait pas l'unanimité...

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......