LE DIRECT
Photo captation du spectacle "Le froid augmente avec la clarté" et affiche de "Médée-Matériau"

Spectacle vivant: "Médée-Matériau" et "Le froid augmente avec la clarté"

58 min
À retrouver dans l'émission

Avec Anna Sigalevitch et Fabienne Pascaud se feront face avec Arnaud Laporte pour parler des spectacles: "Le froid augmente avec la clarté" un projet de Claude Duparfait d'après Thomas Bernhard et "Médée-Matériau" de Heiner Müller mis en scène par Anatoli Vassiliev.

Photo captation du spectacle "Le froid augmente avec la clarté" et affiche de "Médée-Matériau"
Photo captation du spectacle "Le froid augmente avec la clarté" et affiche de "Médée-Matériau"

"Le froid augmente avec la clarté"

D’après Thomas Bernhard, mise en scène Claude Duparfait au théâtre de La Colline jusqu’au 18 juin.

captation du spectacle "Le froid augmente avec la clarté"
captation du spectacle "Le froid augmente avec la clarté" Crédits : Jean-Louis Fernandez

Après Des arbres à abattre, créé en collaboration avec Célie Pauthe à La Colline en 2012, Claude Duparfait revient à Thomas Bernhard, en mettant en scène les deux premiers volets de son autobiographie – romans d’initiation dans une Autriche défigurée par le nazisme. Les déflagrations intimes de ces récits à vif seront interprétées par cinq acteurs et actrices – tous traversés par la pulsation de l’écriture et par la musique, dont la présence dans le spectacle fera écho à celle, salvatrice, qu’elle a eue dans la vie de Bernhard. [extrait de présentation du théâtre de la Colline]

"Médée-Matériau"

de Heiner Müller mis en scène par Anatoli Vassiliev actuellement à l’affiche du Théâtre des Bouffes du Nord .

Valérie Dréville dans "Médée-Matériau"Vassiliev
Valérie Dréville dans "Médée-Matériau"Vassiliev Crédits : Jean-Louis Fernandez

Anatoli Vassiliev m’a fait voir Médée sous un jour absolument nouveau. Elle a tout quitté pour Jason, elle a tué son frère, trahi ses parents, son pays, et elle revient vers son origine, vers la magie, vers les dieux. Elle accomplit un rituel. Pour oublier Jason, il faut aussi qu’elle efface une part d’elle-même, et leurs enfants. Vassiliev ne voit pas ce geste comme un meurtre. Il ne s’agit pas d’une vengeance, mais d’un sacrifice. Alors tout change. L’acte s’apparente à de la magie blanche.

Le sacrifice, ce n’est pas une fin en soi, c’est un passage, c’est un chemin de vie. C’est un retour vers son innocence, sa propre enfance. Un soin de l’âme. Médée traverse son mythe pour renaître. Elle n’est plus l’exilée, l’étrangère, la femme abandonnée. Elle devient un être hybride, « Ni femme ni homme ». Elle transgresse les genres, les origines, les âges. Elle va au-delà de la limite, brûle ses idoles, fait table rase de tout.

Valérie Dréville

Coups de cœur/griffe :

  • "Ma folle otarie" de Pierre Notte, au Lucernaire jusqu’au 24 juin (Coup de cœur de Fabienne Pascaud)
  • "Ceux qui avaient choisi" de Charlotte Delbo , mis en scène par Boris Herszbojn, jusqu’au 6 juin au théâtre de la Contrescarpe(Coup de cœur d’Anna Sigalevitch)

Coup de fil à une scène nationale:

Louise Vanneste à Charleroi-danses
Louise Vanneste à Charleroi-danses

A Louise Vanneste, chorégraphe, pour sa pièce "Thérians" qui sera créée le 3 juin aux Rencontres chorégraphiques internationales de Seine-Saint-Denis.

Le Petit salon par Xavier Martinet :

Tous les jours aux alentours de 21h20 les critiques de la Dispute passent au Petit Salon pour discuter d’un sujet de l’actualité culturelle – nouvelles têtes, polémiques, querelles esthétiques. À retrouver ici.

Chroniques

21H20
12 min

Le Petit Salon

Molière : le pari des réécritures
Intervenants

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......