LE DIRECT

Spectacle vivant: "Princesse Vieille Reine" de Pascal Quignard et "Les Géants de la montagne" de Luigi Pirandello

58 min
À retrouver dans l'émission

Ce soir nos critiques René Solis et Marie-José Sirach de L'Humanité se disputent à propos de spectacle vivant.
Au programme

  • "Princesse Vieille reine" de Pascal Quignart, mise en scène et interprétation Marie Vialle du 3 au 27 septembre au Théatre du rond-Point à Paris.
"Princesse Vieille Reine" de Pascal Quignart
"Princesse Vieille Reine" de Pascal Quignart

Oui, parfaitement. L’amour est le nom qu’il faut. Une femme et ses silhouettes, ses spectres, ses désirs, ses deuils, ses âges et ses histoires. Elle naît princesse, devient vieille reine. Le temps qui passe la décuple en cent portraits. Pascal Quignard écrit Princesse Vieille Reine pour Marie Vialle, une série de contes, une suite de sonates. L’écrivain et l’actrice composent ensemble une parole poétique, avec mouvements musicaux, autonomes mais cohérents. Evocations, rêveries, suspensions du temps. Portraits et paysages, allegros, lentos, sarabandes et rondos. C’est un ensemble peuplé de fantômes, d’animaux, de visages, de voix et de chants.

Avec Pascal Quignard, Marie Vialle a mis en scène et interprété Le Nom sur le bout de la langue et Triomphe du temps . Ils poursuivent avec Princesse Vieille Reine une collaboration poétique entamée il y a dix ans. L’auteur de Tous les matins du monde , Les Ombres errantes (prix Goncourt 2002) écrit cette fois-ci pour la comédienne une suite baroque de légendes, théâtre d’incantations. Dirigée sur scène par Luc Bondy, André Engel ou Alain Françon, Marie Vialle prend ici seule en charge la parole et met en scène les violences comme les douceurs des contes de Pascal Quignard, chants de réconciliation des morts et des choses avec les vivants. Pierre Notte

  • "Les Géants de la montagne" de Luigi Pirandello , mise en scène et scénographie Stéphane Braunschweig au Théatre national La Colline du 2 septembre au 16 octobre.
"Les Géants de la montagne" de Luigi Pirandello
"Les Géants de la montagne" de Luigi Pirandello

Rejetée de tous, la petite troupe de la Comtesse Ilse erre dans le monde pour jouer l’œuvre d’un jeune poète mort tragiquement. À bout de forces, ils arrivent dans une villa abandonnée : le magicien Cotrone y fait régner “la vérité des rêves, plus vraie que nous-mêmes”. Il tente de les convaincre d’y achever leur quête. Mais Ilse veut à tout prix apporter la poésie au public, fût-il celui des Géants de la montagne, voisins inquiétants dont la violence évoque celle du pouvoir fasciste... La pièce a clairement trait aux rapports ambivalents de l’auteur avec Mussolini, que Pirandello rallia d’abord, avant d’être déçu par lui. C’est peut-être pourquoi il ne put conclure ce “mythe” : à sa mort en 1936, il laissa la pièce inachevée. Mais il publia La Fable de l’enfant échangé , la pièce qu’Ilse veut jouer et dont des bribes surgissent dans Les Géants : une mère, convaincue que des sorcières ont substitué un monstre à son fils, se bat pour récupérer son vrai enfant, beau et princier... Dans le langage du conte, inspiré par sa Sicile natale, Pirandello y fait entendre le thème même des Géants : “la tragédie de la poésie dans la brutalité du monde moderne”. Le spectacle de Stéphane Braunschweig fera résonner les harmoniques théâtrales de ces œuvres entrelacées.

Vous avez bien entendu rendez-vous avec Antoine Guillot pour la revue de presse culturelle:

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......