LE DIRECT

Spectacle vivant: Sainte dans l'incendie et Yukonstyle

58 min
À retrouver dans l'émission

Ce soir, La Dispute s’intéresse au spectacle vivant en présence des critiques suivants :

  • Joëlle Gayot (France Culture)

  • Patrick Sourd (Les Inrocks)

  • Gwenola David (La Terrasse)

Seront abordés les spectacles suivants :

-Sainte dans l'incendie , texte et mise en scène de Laurent Fréchuret du 21 mars au 28 avril au Théâtre du Rond Point.

Sainte dans l'incendie
Sainte dans l'incendie
  • Sainte dans l’incendie » est un texte écrit et mis en scène par Laurent Fréchuret, et interprété par Laurence Vielle, créé le 5 mai 2010 à la Maison de la Poésie, à Paris, et qui a été depuis joué notamment lors du dernier festival d’Avignon, dans le Off.C’est un texte que Laurent Fréchuret, qui fut longtemps directeur du Théâtre de Sartrouville, a écrit, explique-t-il, pendant une quinzaine d’années, autour de la figure de Jeanne d’Arc.En découvrant sur scène, en 2005, la comédienne Laurence Vielle, il a eu la certitude qu’elle serait « sa » Jeanne.Le résultat est un monologue halluciné d’un peu plus d’une heure, durant lequel Jeanne se raconte, de Domrémy au bucher… *

Le texte est publié par les Solitaires Intempestifs.

Arnaud Laporte

-Yukonstyle , de Sarah Berthiaume, mis en scène par Célie Pauthe au Théâtre de la Colline du 28 mars au 27 avril.

Yukonstyle
Yukonstyle Crédits : Les Trois Coups

La metteur en scène Célie Pauthe a eu un coup de cœur pour la pièce "Yukonstyle", de Sarah Berthiaume, en la découvrant en tant que membre du comité de lecture du Théâtre de la Colline.

C’est dans ce même théâtre, dont elle est artiste associée, que Célie Pauthe avait notamment remarquablement mis en scène la saison passée « Des arbres à abattre », de Thomas Bernhard.C’est encore une fois dans la petite salle de la Colline que la metteur en scène propose ce nouveau spectacle, dans une scénographie à la fois sobre et riche de Guillaume Delaveau, pour raconter l’histoire de quatre individus que la vie a réuni dans le Yukon, grand comme 2/3 de la France, mais comptant seulement 32.000 habitants. Les hivers y sont très longs, très froids, le Yukon détenant le record de température négative d’Amérique du Nord avec -63°. Mais un hiver normal, c’est tout de même -50°.Yuko, japonaise en exil, partage un petit appartement avec Garin, métis amérindien, qui travaille à la plonge dans le restaurant où elle fait la cuisine.Dad’s, le père de Garin, est en train de mourir à petit feu, rongé par l’alcool.Lorsque la pièce débute, Yuko ramène chez elle Kate, une ado de 16 ans en fugue, qu’elle a trouvé sur la route, et ramassée avant qu’elle ne meurt de froid.

La pièce va voir alterner scènes de dialogues naturalistes et moments de soliloques, où chacun des personnages va prendre autrement la parole, entre examen de conscience et moment de pré-science…

Arnaud Laporte

Ainsi que les coups de cœurs :

Gwenola David:

Hamlet & suite de Carmelo Bene et Jules Laforgue (éd. Vagabonde)

Hamlet & suite
Hamlet & suite Crédits : Jules Laforgue et Carmelo Bene - Radio France

Il y a ici deux textes, un de Jules Laforgue, Hamlet ou les suites de la pitié filiale, et un de Carmelo Bene, Hamlet et suite, et c’est très intéressant de les lire ensemble. Ils s’emparent tous deux de la figure d’Hamlet pour la déconstruire. Laforgue, symboliste, prend cette figure symbolique de la quête d’un idéal qui se confronte à la tragédie, à la finitude humaine, et jette Hamlet dans le quotidien pour voir comment cela se passe. Tout est écrit avec beaucoup d’humour et de fantaisie, c’est un vrai régal. Carmelo Bene, lui, est un metteur en scène italien qui s’est souvent attaqué à la figure d’Hamlet (au théâtre comme au cinéma) et qui tire d’Hamlet ce qu’il en reste après sa combustion. J’espère que cela donnera envie à des metteurs en scène de se saisir de ces textes pour les porter au plateau.

Gwenola David

Patrick Sourd :

Bodies in the cellar
Bodies in the cellar Crédits : Théâtre de Vanves - Radio France

Cette pièce est une adaptation du film de Frank Capra « Arsenic et vieilles dentelles », qui est lui-même une adaptation de la pièce « Bodies in our cellar ». Cette pièce a battu le record à Broadway du nombre de représentations, elle a été jouée 1444 fois! Vincent Thomasset, lui, déconstruit totalement l’objet filmique et scénographique, il explose les choses. Il demande à Jonathan Capdevielle de faire toutes les voix en off, il demande aussi au danseur Lorenzo De Angelis d’être Cary Grant, et quand ses lèvres bougent c’est Jonathan Capdevielle qui parle. Il y a des micros, des pupitres, le metteur en scène est sur scène lui aussi. C’est une scène pratiquement vide mais, dans notre tête, le film marche et il est perturbé par toutes les histoires qu’il se passe entre eux qui tiennent autant du travail de répétition que de la pièce ou du film, et c’est très drôle.

Patrick Sourd

Sans oublier l’irremplaçable revue de presse culturelle d’Antoine Guillot.

Et le coup de fil passé à Patrick Gyger, directeur du Lieu Unique, scène nationale de Nantes à l'occasion du festival "Un week-end singulier" du 16 au 21 avril.

Pastille introductive : Thomas OSTERMEIER

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......