LE DIRECT

Spectacle vivant: Tristan, de Eric Vigner et Six personnages en quête d'auteur, de Luigi Pirandello

57 min
À retrouver dans l'émission

Ce soir, le spectacle vivant est au programme avec nos critiques Joëlle Gayot de France Culture et René Solis de Libération L’Invité de la Dispute cette semaine Stefano Mazzoni, le directeur de l’Opéra Royal de Liège Wallonie
Au programme ce soir :

Tristan
Tristan

De Tristan et Iseult, on se souvient d’un philtre d’amour, de bateaux traversant les mers, d’une voile noire ou blanche, d’une épée séparant des corps endormis, de ronces éternelles entrelaçant les tombes des amants, d’une violente nature, forêt, lande, rocs, âpres et sauvages, du vent, des chiens et d’un cheveu d’or dans le bec d’une hirondelle. Il ne s’agit pas de raconter tous les épisodes connus de la fable mais de recomposer les fragments d’un discours amoureux entre Iseult et Tristan. De l’inachevé de ce mythe originel, en réécrire la part manquante, celle qui reste à inventer ici et maintenant. Et en rendre compte. Sensiblement. Musicalement.

De façon imprévue, les personnages arrivent, s’imposent à un metteur en scène et ses comédiens, imposent leurs intrigues et conflits qui se cognent aux problèmes de cette troupe censée leur donner une réalité. Situation absurde, quotidienne pour tout homme de théâtre. En particulier Emmanuel Demarcy-Mota, qui ne conçoit pas son métier sans une équipe, une famille d’acteurs avec lesquels il creuse les infinis mystères de la vie et de sa « représentation ». Il a abordé une première fois la pièce de Pirandello en 2001, avec bonheur puisqu’elle s’est jouée pendant deux ans. On y trouvait déjà sa connaissance, son intelligence passionnée du théâtre et de ses indicibles lois. L’expérience acquise au cours des ans lui a permis de creuser encore, d’affiner son travail, de sorte qu’il devenait nécessaire de retrouver les personnages et leurs interprètes, et avec eux, retrouver les méandres d’une situation à travers laquelle s’inscrivent toutes les questions imaginables et inimaginables posées par le fait de vivre ensemble.

Colette Godard

Il y aura un « coup de fil » passé au chorégraphe Sébastien Ramirez pour sa création Felahikum , présentée du 20 au 23 janvier au Théâtre de l’Archipel à la Scène Nationale de Perpignan
Bien évidemment, vous avez rendez-vous avec Antoine Guillot pour la revue de presse culturelle
Retrouvez également les choix culturels de l’invité de la semaine, Stefano Mazzoni

Intervenants

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......