LE DIRECT
"Vera", "L'état de siège", et "1789"

Spectacle vivant: "Vera", "L'état de siège", "1789"

58 min
À retrouver dans l'émission

Au menu de cette dispute: "Vera" au théâtre des Abbesses, "L'état de siège" à l'espace Pierre Cardin, et le DVD 1789 d'Ariane Mnouchkine. Avec la participation de Marie-José Sirach, Anna Sigalevitch, Lucile Commeaux et Arnaud Laporte.

"Vera", "L'état de siège", et "1789"
"Vera", "L'état de siège", et "1789"

"Vera" de Petr Zelenka,

Mis en scène par Élise Vigier et Marcial Di Fonzo Bo au Théâtre de la Ville – Théâtre des Abbesses jusqu’au 8 avril.

Affiche "Vera" théâtre de la ville 2017
Affiche "Vera" théâtre de la ville 2017

Karin Viard joue Vera, une directrice de casting flamboyante grisée par le succès… Une comédie d’une féroce actualité qui mêle méchanceté et burlesque.

Petr Zelenka, talentueux auteur venu du pays de Kafka, manie brillamment le comique et le tragique, l’humour noir et le burlesque, pour raconter la descente aux enfers d’une femme que rien ne semblait pouvoir arrêter sur la route du succès. Argent, pouvoir, médiatisation, statut social, tout peut s’acquérir si l’on joue le jeu. Mais Vera, la redoutée directrice de casting jouée par Karin Viard, aveuglée par sa réussite, devient une marionnette dans les mains de ceux à qui elle s’est vendue et perd tout ce qu’elle croyait avoir gagné. Une danse macabre, impitoyable et drôle, qui raconte l’air du temps, la violence de l’ultralibéralisme, la perte des repères, la folie de l’aveuglement. Une satire efficace et bienvenue, racontée par six acteurs jouant plus de vingt rôles. Un auteur peu connu en France à découvrir d’urgence.

[Jean-François Perrier]

"L’état de siège" d’Albert Camus,

Mis en scène par Emmanuel Demarcy-Mota, au Théâtre de la Ville - Espace Pierre Cardin (jusqu’au 1er avril puis en tournée).

Affiche 'L'état de siège" Théâtre de la ville 2017
Affiche 'L'état de siège" Théâtre de la ville 2017

La ville au bord de la mer est étrangement paisible. Il ne s’y passe rien et le Gouverneur s’en réjouit. Le marché bat son plein, des comédiens répètent… Tout à coup, l’un d’eux s’effondre. Deux médecins diagnostiquent la peste. Un homme arrive, accompagné de sa secrétaire, il exige la place du Gouverneur : « Je suis la Peste », déclare-t-il.

L’état de siège est proclamé… La Terreur s’installe.

Aux « songeries du “vieux monde” », la Peste apporte l’ordre, la logique fonctionnelle de l’organisation, de l’administration, des listes, des fiches, des statistiques, de l’inquisition, de la persécution. Tout ce dont la Peste est le symptôme ou le nom !

Jusqu’à ce que la révolte s’organise, menée par un jeune homme : Diego.

Jusqu’à ce que le vent de la mer se lève…

Cette pièce rare, créée en 1948 par Jean-Louis Barrault, développe une allégorie multiple, teintée de fantastique, sur les régimes corrompus, autoritaires, fascisants. Albert Camus, dont les références furent souvent le théâtre espagnol de l’Âge d’or (Calderón, dont il a adapté certaines pièces) déclarait à son propos : « Mon but avoué était d’arracher le théâtre aux spéculations psychologiques et de faire retentir sur nos scènes murmurantes les grands cris qui courbent ou libèrent aujourd’hui des foules d’hommes. »

[François Regnault, théâtre de la ville]

Tournée : du 25 avril au 6 mai 2017 au TNB de Rennes ; Oct.-nov. 2017 : BAM, New-York ; Cal Performances, Berkeley ; UCLA, Los Angeles ; Centre national des art, Ottawa-Canada; Février 2018 : Luxembourg

"1789" d’Ariane Mnouchkine et la troupe du Théâtre du Soleil (dvd et bluray disponibles chez BelAir Classiques - filmé en 1973 à la Cartoucherie de Vincennes)

DVD "1789" Ariane Mnouchkine Théâtre du Soleil (Bel Air classiques)
DVD "1789" Ariane Mnouchkine Théâtre du Soleil (Bel Air classiques)

Au lendemain de la fusillade du Champ-de-Mars du 17 juillet 1791, des bateleurs entreprennent de jouer les principaux évènements des deux années qui viennent de s’écouler : de la réunion des Etats généraux à la proclamation de la loi martiale, en passant par la prise de la Bastille, la Grande Peur, et la nuit du 4 août. Dans une grande liesse populaire, ils tentent de montrer le détournement des espoirs, l’explosion de la joie puis l’effondrement du rêve d’égalité des droits. Pour ce faire, les bateleurs utilisent toutes les formes théâtrales, de la pantomime à la tragédie, des marionnettes à l’opéra-bouffe. Ils représentent ainsi les personnages importants ou humbles de cette année décisive et prennent à leur compte la phrase de Saint-Just : «La Révolution doit s’arrêter à la perfection du bonheur.» [BelAir classiques]

Coup de fil à une scène nationale:

- Laurent Cogez, metteur en scène du collectif Colette, pour le spectacle Pauline à la plage d’après Eric Rohmer à la Scène nationale 61 à Alençon, les 5 et 6 avril prochains

Le Petit salon de Lucile Commeaux

Tous les jours aux alentours de 21h20 les critiques de la Dispute passent au Petit Salon pour discuter d’un sujet de l’actualité culturelle – nouvelles têtes, polémiques, querelles esthétiques. À retrouver ici.

Chroniques

21H20
11 min

Le Petit Salon

Des Mouettes partout
Intervenants
À venir dans ... secondes ...par......