LE DIRECT

Spectacle vivant : Vortex, 1980 - Une pièce de Pina Bausch et La fille à marins

58 min
À retrouver dans l'émission

Ce soir dans La Dipsute, présentée cette semaine par Antoine Guillot, nous parlerons de Spectacle vivant avec les critiques :

  • Gwenola David

  • Joëlle Gayot

  • Vincent Huguet

  • Vortex, de Phia Ménard, du 11 au 22 avril au Parc de la Villette (Festival Hautes Tensions), du 24 avril au 5 mai à Nantes, et du 9 au 11 mai à Amiens

Vortex
Vortex

Antoine Guillot : "Le spectacle est assez spectaculaire. Phia Ménard créé des images impressionantes, voire troublantes et même parfois violentes pour raconter métaphoriquement sa propre mue. Je reste assez circonspect sur ce spectacle qui pêche à mon avis par un excès de sérieux et de pesanteur, paradoxalement."

Gwenola David : "Vortex est une oeuvre saisissante, déroutante. Elle est troublante dans son fond comme dans sa forme. On a toute la force de projection de la marionnette et toute sa magie car il n'y a pas de fils, on ne voit pas la manipulation."

Joëlle Gayot : "Je suis très admirative de ce qu'elle fait sur le plateau : techniquement, c'est magnifique, mais malgré tout je trouve ça trop littéral. On a le spectacle, son mode d'emploi et ce qu'on doit en penser à la sortie. Ca m'a paru convenu et facile."

Vincent Huguet : "Je n'ai aucune réserve sur ce spectacle : j'ai eu l'impression d'assister à un rituel très étrange qui convoquait différents mythes et qui les remodelait à sa façon."

1980 - Pina Bausch
1980 - Pina Bausch

Antoine Guillot : "Une mosaïque de sketchs imbriqués les uns dans les autres sur la grande solitude, la grande dinguerie, l'incommunicabilité, les peurs adultes et les terreurs enfantines. Il y a de véritables moments d'émotion."

Vincent Huguet : "J'ai eu l'impression de ressentir le choc des spectateurs lorsqu'ils ont découvert le spectacle au début des années 80. C'est une pièce historique."

Joëlle Gayot : "Il y a une inventivité permanente, il n'y a pas d'attendu, on ne voit rien arriver : tout est libre, cette fantaisie qui date de 1980 n'a rien a perdre de sa pertinence."

Gwenola David : "Il y a un deuil car c'est l'enfance nichée au coeur de l'adulte que ce spectacle va chercher. C'est très mélancolique."

  • La fille à marins, de & mis en scène Jérôme Savary, du 13 avril au 31 mai au Théâtre Rive Gauche
La fille à marins
La fille à marins

Antoine Guillot : "Un spectacle à mon goût embarassant."

Joëlle Gayot : "Evidemment, ce n'est pas un grand spectacle. C'est du Savary minimal. C'est un cadeau empoisonné qu'il fait à sa fille : du divertissement et pas plus."

Vincent Huguet : "Je n'ai rien à en dire : je savais ce que j'allais voir, et j'ai vu ce que j'imaginais."

Gwenola David : "Le spectacle s'ouvre sur cette phrase : "Les belles histoire commencent toujours sur des naufrages". J'ai eu l'impression de patauger dans un lavabo, et ce naufrage n'a pas cessé pendant une heure."

Et bien sûr la revue de presse Spectacle vivant par Seham Boutata

Et le coup de fil à Dominique Burucoa, directeur de la scène nationale à Bayonne, à l'occasion du spectacle de Tirso Duarte & La mecanica loca le vendredi 27 avril

Les coups de coeur :

Gwenola David : De nos jours (notes on the circus) , Ivan Mosjoukine.

10 et 11 mai au Théâtre de Lorient, Centre Dramatique National.

15 et 16 au Théâtre Le Phénix, scène nationale de Valenciennes.

Joëlle Gayot : Festival Seul en scène, au Théâtre de l'Ouest Parisien, du 2 mai au 2 juin.

Pastille sonore : Fernando Arrabal.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......