LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
"An Irish Story" © David Jungman, "Electre/ Oreste" © Jan Versweyveld, "Opening Night" © Simon Gosselin,

Spectacles vivants : Opening Night, "un labyrinthe mental"

55 min
À retrouver dans l'émission

Au sommaire de cette Dispute spectacles vivants : “Electre / Oreste” à la Comédie Française (Richelieu), “Opening night” au Théâtre des Bouffes du Nord et "An Irish Story (une histoire irlandaise)" au Théâtre de Belleville . Enfin, un coup de coeur de Marie Sorbier.

"An Irish Story" © David Jungman, "Electre/ Oreste" © Jan Versweyveld, "Opening Night" © Simon Gosselin,
"An Irish Story" © David Jungman, "Electre/ Oreste" © Jan Versweyveld, "Opening Night" © Simon Gosselin,

“Electre / Oreste” jusqu’au 3 juillet à la Comédie Française (Richelieu)

photographie de répétition © Jan Versweyveld
photographie de répétition © Jan Versweyveld

Texte : Euripide   Mise en scène : Ivo Van Hove

Présentation officielle : Ivo van Hove associe deux pièces d’Euripide qui racontent l’histoire d’Électre et d’Oreste ou comment un frère et une sœur se retrouvent et s’unissent dans la vengeance.

Après l’immense succès des Damnés, Ivo van Hove revient avec une nouvelle grande fresque, liée à la famille des Atrides. Précisant que tous ses projets naissent d’un « coup de foudre » pour un texte, il associe deux pièces d’Euripide qui racontent l’histoire d’Électre et d’Oreste dans sa continuité, ou comment un frère et une sœur se retrouvent et s’unissent dans la vengeance qu’ils fomentent contre leur mère Clytemnestre et son amant Égisthe. 

L'avis des critiques : 

Ivo van Hove joue beaucoup sur une surenchère permanente de violences, de crimes, de sangs, de folies. On est plus proche d’un théâtre baroque qui serait dans la filiation de Sénèque et de Shakespeare. (...) Nous n'avons pas du tout la raison, la philosophie qu’il y a dans le texte d’Eschyle. C’est une lecture critiquable. René Solis

Ivo van Hove trahit un peu les intentions premières d’Euripide. Il le démagogise à un tel point qu’on nous enlève un peu tout ce qui fait le mystère de la tragédie. L’erreur est que Bart Van den Eynde et Ivo van Hove vont tirer ce texte et cette mise en scène vers quelque chose qui attrait au contemporain. En faisant ça, ils l’ont vidé de son sens. Marie Sorbier 

J’ai senti une forme presque de cynisme dans la mise en scène d’Ivo van Hove. Je ne sens pas des personnages qui se battent au présent pour avancer dans l’histoire. (…) Les personnages n’ont pas assez de marge de manoeuvre et il y assez peu de vie en eux. Anna Sigalevitch

“Opening Night” jusqu’au 26 mai au Théâtre des Bouffes du Nord

"Opening night" © Simon Gosselin
"Opening night" © Simon Gosselin

D'après le scénario de John Cassavetes Mise en scène : Cyril Teste

Présentation officielle : Un soir après le spectacle, du côté de l'entrée des artistes, une toute jeune fille attend parmi la foule des chasseurs d'autographes. Elle a dix-sept ans à peine. Elle s'appelle Nancy. Lorsque la grande actrice Myrtle Gordon franchit enfin le seuil du théâtre, Nancy se précipite, tombe à ses genoux. Inlassablement, elle lui répète « Je vous aime, je vous aime ». Myrtle est touchée par sa passion, sa fraîcheur, sa beauté. Voit-elle en son admiratrice une image d’elle toute jeune ? L’instant d’après, Nancy est renversée par une voiture sous les yeux de son idole. Elle est tuée sur le coup...

Avec Isabelle Adjani, Morgan Lloyd Sicard, Frédéric Pierrot et la participation de Zoé Adjani

L'avis des critiques : 

J’ai été saisie d’un vertige sur la mise en abyme continue de tout ce qui se passe sur scène. (…) Cela donnait un labyrinthe mental dans lequel il était agréable de se perdre. Marie Sorbier

Les strates de mises en abyme m’ont laissé dans un abîme de perplexité sur ce que je voyais vraiment. Je n’ai vu qu’un empilement. (...) Il y a surtout dans le film de John Cassavetes le vertige, la mort mais aussi une extraordinaire vitalité, un sens de l’humour, du cabotinage et une façon de jouer. Ce plaisir, ce bonheur, cette vitalité et cet humour sont totalement absents aux Bouffes du Nord. René Solis

Je trouve le spectacle théorique. Je n’ai absolument pas ressenti le côté "work in progress" et ne me suis pas du tout sentie plus impliquée pour un autre spectacle, tout était complètement cadré. Anna Sigalevitch 

"An Irish Story (une histoire irlandaise)" jusqu'au 30 juin au Théâtre de Belleville

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

De et avec Kelly Rivière

Présentation officielle : Peter O’Farrel, né en Irlande, disparaît à Londres dans les années 70. Qu’est-il devenu ? Kelly Ruisseau part à sa recherche. En cherchant avec obstination cet éternel absent, Kelly fait revivre avec humour et émotion toute une famille marquée par l’exil et la disparition.

L'avis des critiques : 

C’est un seul en scène frais, entraînant, sans prétention et très agréable à regarder. (...) On retourne à l'essence même du théâtre. Marie Sorbier

Un spectacle très bien mené, très bien écrit (…) Sa capacité à passer d’une langue à l’autre et à entraîner les spectateurs dans ce passage m’a beaucoup intéressé. René Solis

Un spectacle sur la mémoire, bien construit, plein d’énergie et défendu avec beaucoup de ferveur. (...) Il y a toujours de la distance de l’ironie et en même temps quelque chose de touchant dans ce qu’elle raconte. C’est extrêmement  bien construit et c’est peut être la limite de ce spectacle. Anna Sigalevitch 

>> LE COUP DE COEUR DE MARIE SORBIER : « Girl from the fog machine factory » de Thom Luz

« Girl from the fog machine factory » de Thom Luz © Sandra Then
« Girl from the fog machine factory » de Thom Luz © Sandra Then

Texte et mise en scène : Thom Luz

Présentation officielle : C’est un conte simple et contemporain avec une fin étrange et magique : les affaires sont lentes dans la petite usine de machines à fumée à la périphérie de la ville. Le carnet de commandes est maigre – dans le climat économique actuel, personne ne veut acheter des machines qui ne produisent, finalement, que du vent.

La nouvelle création de l’artiste de théâtre suisse Thom Luz traite des aspects les plus intangibles du récit, comme de la vie humaine : peut-on saisir ce qui se transforme constamment ? Et doit-on même tenter de le faire ?

Dates :

  • Theatertreffen, Berlin : 6 et 7 mai
  • Le Printemps des Comédiens : 18 et 19  juin

C’est un spectacle extrêmement poétique (…) totalement accessible, extrêmement visuel et magnifique. Marie Sorbier

Générique de l'émission : Sylvie Fleury & Sidney Stucki, "She devils on wheels", extrait de l'album "Sound Collaborations 1996-2008" (label Villa Magica Records).

Intervenants
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......