LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
"Figaro divorce", "Notre crâne comme accessoire"

Spectacles vivants : "Figaro divorce" et "Notre crâne comme accessoire"

59 min
À retrouver dans l'émission

Ce soir, Dispute nordique : "Figaro divorce" se joue à Lille, "Nôtre crâne comme accessoire" au Théâtre des Bouffes du Nord, et notre coup de fil est passé à Anne Conti, pour son spectacle intitulé "Tout reste à faire", à Dunkerque. Qu'en ont pensé Marie-José Sirach, Joëlle Gayot ? Réponse ce soir.

"Figaro divorce", "Notre crâne comme accessoire"
"Figaro divorce", "Notre crâne comme accessoire"

"Figaro divorce" est une pièce créée par Ödön von Horváth en 1937, en réponse au "Mariage de Figaro" de Beaumarchais. Le texte a été traduit par Henri Christophe et Louis Le Goeffic, et la mise en scène est signée Christophe Rauck.

Figaro et Suzanne, le Comte et la Comtesse Almaviva. Nous retrouvons les protagonistes de la pièce de Beaumarchais "Le Mariage de Figaro", qui annonçait la Révolution. Les voici, la fuyant tous ensemble, leurs rapports à jamais bouleversés. Le maître croit fuir vers un exil temporaire, Figaro découvre qu’il peut s’installer et monter sa propre affaire : il ouvre avec Suzanne un salon de coiffure dans une petite ville de Bavière. Ödön von Horváth, qui a toujours dénoncé les frustrations et les dérives de la petite-bourgeoisie, s’amuse avec le héros de Beaumarchais aux idées révolutionnaires : il en fait un émigré qui devient un petit bourgeois conservateur, soucieux de garder sa clientèle, mais incapable de répondre au désir d’enfant de Suzanne, qui divorce…

"Figaro divorce", de Ödön von Horváth, mis en scène Christophe Rauck, jusqu'au 20 mars au Théâtre du Nord à Lille.

"Figaro divorce" mis en scène par Christophe Rauck
"Figaro divorce" mis en scène par Christophe Rauck

"Librement inspiré du Théâtre ambulant Chopalovitch, notre spectacle est l’histoire d’une troupe de théâtre qui, dans une ville sous l’occupation, débarque pour jouer un cabaret. Mais les habitants de cette ville sont dépassés par une réalité qui les maintient dans un état de terreur. Entre crimes et humiliations, dans ce contexte, quelle place pour le théâtre ? Nous tentons de donner à voir comment, l’espace d’une représentation, l’imaginaire et la création peuvent, potentiellement, nous donner les armes pour affronter le « déluge », même avec une épée en bois. Nous essayons de plonger le spectateur dans notre fiction afin que celle-ci devienne sa réalité le temps d’un soir. Ainsi notre cabaret sera un espace de résistance et de vie furieuse, un endroit iconoclaste, où tout est possible pour raconter notre théâtre et notre temps ; pour être provocateurs, poétiques, assoiffés, impertinents, guerriers, délicats, méchants et purs ; pour faire remuer nos corps dans tous les sens et sans complexe ; pour chanter, danser, faire des acrobaties, produire mille grimaces excessives et nous vêtir de misérables et royales parures, pour poser les questions qui nous agitent, qui nous mettent en mouvement dans un dialogue permanent avec le public."

C'est ce que dit Igor Mendjisky, le metteur en scène, de la pièce. Un rendez-vous intense avec le public, donc, sur les libertés du théâtre.

"Notre crâne comme accessoire", une création des Sans Cou, mis en scène d'Igor Mendjisky, jusqu'au 26 mars au Théâtre de Bouffes du Nord.

"Notre crâne comme accessoire"
"Notre crâne comme accessoire" Crédits : Ghislain Dorglandes

La revue de presse culturelle d'Antoine Guillot :

Pour écouter la revue de presse culturelle et quotidienne d'Antoine Guillot, cliquez ici

Grotesque et terrible

Alors que le gouvernement italien continue à développer la culture, en tant que moyen de lutter contre l'intolérance, ses homologues israéliens et polonais en font au contraire une arme dans la bataille interne pour l'hégémonie culturelle, et pratiquent coupes de budgets et actes de censure.

L'Invité de la Dispute, Raphaël Pichon :

Spectacles vivants : retrouvez les choix de Raphaël Pichon , ici

Joëlle Gayot nous exprime son coup de cœur du moment ! C'est "Berliner Mauer : Vestiges", de Julie Bertin et Jade Herbulot, jusqu'au 20 mars au Théâtre des Quartiers d'Ivry.

Le coup de fil : 

On téléphone Anne Conti, auteure et comédienne dans "Tout reste à faire", monté à la Scène Nationale Le Bateau feu à Dunkerque, le 25 mars, dans le cadre d'un temps fort intitulé "Paroles de femme".

Anne Conti dans "Tout reste à faire"
Anne Conti dans "Tout reste à faire"
Chroniques
21H18
6 min
Revue de presse culturelle d'Antoine Guillot
Grotesque et terrible
21H25
6 min
L'Invité(e) de la Dispute
Les choix Spectacles vivants de Raphaël Pichon
Intervenants
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......