LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
A gauche : affiche de Singin' in the Rain ; en haut à droite : Denis Lavant ; en bas : Actrice

Théâtre : "Je suis rentrée en méditation"

57 min
À retrouver dans l'émission

Sur scène ce soir : "Cap au pire" de Samuel Beckett avec Denis Lavant, "Actrice" de Pascal Rambert et "Singin' in the Rain" au Grand Palais.

A gauche : affiche de Singin' in the Rain ; en haut à droite : Denis Lavant ; en bas : Actrice
A gauche : affiche de Singin' in the Rain ; en haut à droite : Denis Lavant ; en bas : Actrice Crédits : Grand Palais, Athénée, Jean-Louis Fernandez

Cap au pire, du 2 décembre au 14 janvier au théâtre de l'Athénée

Un texte de Samuel Beckett. Dans une mise en scène de Jacques Osinski. Avec Denis Lavant.

Présentation officielle : Quand un acteur sans limite s’empare d’un texte illimité, cela ne peut donner qu'une rencontre au sommet.

C’est donc au faîte de l’Athénée, salle Christian-Bérard, que Jacques Osinski met en scène Denis Lavant dans Cap au pire, crépuscule de Beckett où les mots flamboient comme des braises pour "dire désormais pour soit mal dit". 

Transformant le texte en matériau de théâtre, Denis Lavant, comédien lecteur, arpenteur de textes et dévoreur de mots, saura, à coup sûr, dire aussi mal que c’est écrit.

Il s’agit de dépeupler le monde par le langage. C’est une énorme performance et un spectacle exigeant. Lucile Commeaux

Je suis rentrée en méditation.

Il y a une émotion commune. On vient pour se laisser embrigader : c’est une expérience de ravissement. Fabienne Pascaud

Il joue de cette frontière avec le néant d’une manière remarquable. Jean-Christophe Brianchon

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Singin' in the Rain, du 28 novembre au 11 janvier au Grand Palais (théâtre du Châtelet)

D'après le film de Gene Kelly et Stanley Donen. Mise en scène de Robert Carsen, dirigé par Gareth Valentine. Avec Charlie Allen, Gabby Antrobus, Lottie Ball, Jessica Buckby, Hannah-Faith Marram, Molly-May Gardiner, Camille Mesnard, Alice Mogg, Annabel O’Rourke, Jo Morris, Emma Scherer, Tom Bales, Matthew Cheney, Roger Dipper, Ewan Gillies, Jacob Maynard, Gary Murphy, Tom Partridge, Cris Penfold, Alastair Postlethwaite, Edouard Thiébaut.

Présentation officielle : L’histoire se déroule à Hollywood, à la fin de l’ère du cinéma muet.

D’origine modeste, Don Lockwood ancien danseur, musicien et cascadeur est devenu une star du cinéma muet. A son grand dam, Lina Lamont, son insipide et antipathique partenaire, est persuadée qu’ils forment un couple à la ville comme à l’écran. Alors que Le Chanteur de Jazz, le tout premier film parlant, connaît un succès fulgurant, le directeur du studio R.F Simpson n’a d’autre choix que de convertir le nouveau film du duo Lockwood / Lamont. L’équipe de production est confrontée à de nombreuses difficultés, notamment l’insupportable voix de crécelle de Lina Lamont.

Le meilleur ami de Don Lockwood, Cosmo Brown, a l’idée d’engager Kathy Seldenpour doubler la voix de Lina et de transformer The Dueling Cavalier en comédie musicale intitulée The Dancing Cavalier. Entretemps, Don tombe amoureux de Kathy. Lina découvre leur idylle naissante et, furieuse, exige qu’à l’avenir Kathy continue de jouer les doublures et demeure pour toujours dans l’anonymat. Cette idée révolte Simpson, mais il n’a d’autre choix que d’accepter, tout comme Kathy, liée au studio par contrat.

La première de The Dancing Cavalier est un triomphe. Le public conquis réclame une chanson de Lina. Don et Cosmo décident d’improviser : ils proposent à Lina de chanter en playback pendant que Kathy, dissimulée derrière le rideau, créé l’illusion enchantant en simultané dans un second micro. Lina commence à « chanter », Don, Cosmo et Simpson remontent le rideau derrière elle…

Il y a un flottement qui empêche l’ambiance de prendre. Jean-Christophe Brianchon

On croirait que les danseurs sortent de l’écran. C’est jouissif ! Lucile Commeaux

C’est une mise en scène sans faute. Éminemment sophistiquée et populaire.  Fabienne Pascaud

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Actrice, aux Bouffes du Nord du 19 au 30 décembre

Texte, mise en scène et scénographie de Pascal Rambert. Avec Marina Hands, Audrey Bonnet et Ruth Nüesch, Jakob Öhrman, Elmer Bäck, Yuming Hey, Emmanuel Cuchet, Luc Bataïni, Jean Guizerix, Rasmus Slätis, Sifan Shao, Laetitia Somé,  Hayat Amiri, Lyna Khoudri et Anas Abidar en alternance avec Nathan Aznar et Samuel Kircher.

Présentation officielle : On a toujours envie de dire à un jeune acteur ou à une jeune actrice : « Prends une chaise et parle ». Et puis il y en a un qui prend une chaise et qui parle, et la vie est là. Ca, c'est l'art du théâtre. Ainsi, maintenant je suis revenu à quelque chose de très classique et de très modeste : écrire du théâtre. Je me confronte à l'écriture dramatique. C'est difficile d'écrire du théâtre aujourd'hui parce qu'on pourrait presque dire que tout a été fait. Et pourtant tout est à recommencer.
J'aime écrire pour les actrices. C'est peut-être ça mon travail : donner du travail aux actrices. Leur donner de grands rôles. Je fais ça très consciemment. J'essaie de proposer à des actrices des rôles où elles puissent vraiment y aller et ne pas simplement apparaître dans une scène pour faire joli. Actrice a été écrit pour les acteurs du Théâtre d’Art de Moscou en 2015. La pièce raconte les derniers jours d’une immense actrice. En quelques semaines, elle dit adieu à ceux qu'elle a aimés. Toute sa famille est là, ainsi que ses collègues du théâtre. Jusqu'à la fin. Entourée de centaines de bouquets de ses admirateurs. Comme dans un reposoir.

- Pascal Rambert

Le texte est un salmigondis prétentieux et complaisant. Fabienne Pascaud

C’est une succession de leçons pseudo-philosophiques. Ce n’est pas seulement naïf, c’est bête. Lucile Commeaux

Le comédien est coincé entre sa mission artistique et son image d’idole. Jean-Christophe Brianchon

Photos des répétitions du spectacle "Actrice", écrit et mis en scène par Pascal Rambert.
Photos des répétitions du spectacle "Actrice", écrit et mis en scène par Pascal Rambert. Crédits : Jean-Louis Fernandez

Vos commentaires

Avant et pendant l'émission, réagissez et donnez votre avis sur le compte Twitter et la page Facebook de La Dispute.

Intervenants
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......