LE DIRECT
"La Carpe et le Lapin", "Angels in America", "Phèdre!" • Crédits : Christophe Raynaud de Lage, Loan Nguyen

Théâtre "La Carpe et le Lapin", "Angels in america", "Phèdre !" et "Motel"

55 min
À retrouver dans l'émission

L'avis de nos critiques sur les 3 spectacles de la semaine : "La Carpe et le Lapin", de C. Frot et V. Dedienne, "Angels in America", le texte de T. Kushner, mis en scène d'Arnaud Desplechin, la variation sur "Phèdre!", de François Gremaux, d'après Racine et le coup de ♥ de Arnaud Laporte.

"La Carpe et le Lapin", "Angels in America", "Phèdre!" • Crédits : Christophe Raynaud de Lage, Loan Nguyen
"La Carpe et le Lapin", "Angels in America", "Phèdre!" • Crédits : Christophe Raynaud de Lage, Loan Nguyen

"La Carpe et le Lapin", un cadavre exquis des plus délicieux

"La Carpe et le Lapin", de Catherine Frot et Vincent Dedienne
"La Carpe et le Lapin", de Catherine Frot et Vincent Dedienne Crédits : Christophe Raynaud de Lage

Présentation :  Carpe, nom féminin. Poisson des rivières et des étangs d’Europe et d’Asie, dont certaines variétés sont appréciées des Aquariophiles.

Lapin, nom masculin. Mammifère herbivore, originaire de la péninsule Ibérique et d’Afrique du Nord, largement répandu et très prolifique. 

Le Théâtre de la Porte Saint-Martin réunit Catherine Frot et Vincent Dedienne qui proposent un spectacle drôle, prolifique et très apprécié des aquariophiles.

L'avis des critiques : 

« C'est un grand mezze poético-burlesque, tout fonctionne comme des poupées russes qui s’emboîtent et se déboîtent et les saynètes se suivent sans se ressembler. Le  détournement du concept du cadavre exquis, fonctionne totalement et on est bien dans ce spectacle.J’ai été séduite par l'audace des comédiens, Vincent Dedienne se lâche et il gagne en maturité, en liberté, en force.  » Marie-José Sirach

« Il y a un fil rouge dans ce cadavre exquis, un questionnement à la fois souriant et mélancolique sur le temps qui passe. Cela donne au spectacle un ton particulier qui tient tout le long, cela pourrait paraître anecdotique, bête, et pourtant Catherine Frot et Vincent Dedienne ont une façon de jouer qui fait qu’on les suit, l’authenticité passe, ils sont dans une relation entière à ce qu’ils font, c’est du narcissisme généreux. » René Solis

« L’idée du spectacle est superbe et la scénographie magnifique. L’émotion passe souvent, et davantage à travers Vincent Dedienne. Je trouve qu’il a une générosité belle et émouvante dans sa manière de nous faire passer sa vie, son enfance, son rapport au temps, sa vie d’acteur, de comédien. » Jean-Christophe Brianchon

« Je trouve personnellement qu’il y a un peu trop de chansons, Catherine Frot sait très bien chanter mais elle le montre peut-être un peu trop. Le moment dansé est le plus beau, c’était casse-gueule de parler de Pina Baush, et pourtant l’émotion est là.» Arnaud Laporte 

  • Plus d'informations : "La Carpe et le Lapin" - Mise en scène : Catherine Frot, Vincent Dedienne et Julie-Anne Roth  // jusqu'au 12 avril au Théâtre de la Porte Saint-Martin 

"Angels in America", une plongée dans l'Amérique des années 80

Christophe Montenez et Jérémy Lopez dans "Angels in America" de Arnaud Desplechin
Christophe Montenez et Jérémy Lopez dans "Angels in America" de Arnaud Desplechin Crédits : Christophe Raynaud de Lage

Présentation : Arnaud Desplechin signe, après « Père » de Strindberg en 2015, sa deuxième mise en scène à la Comédie-Française et l’entrée au Répertoire d’« Angels in America », épopée contemporaine de Tony Kushner. Son écriture hybride met en scène la société américaine des années Reagan, mêlant politique et histoires intimes, réalisme et merveilleux avec, pour fil noir et narratif, l’épidémie de sida.

L'avis des critiques

« J’ai franchement trouvé que _cette pièce fonctionne. On est dans une dynamique, tout s’installe et on est plongé dans cette Amérique des années 1980_, qui finalement nous renvoie à celle d’aujourd’hui. La pièce n’est pas du tout datée et elle est complètement actuelle, tant sur le plan géopolitique que la question des droits des minorités et des droits humains. » Marie-José Sirach

« C’est un classique en version abrégée. Arnaud Desplechin a coupé la pièce et a gardé l’essentiel, la trame narrative, et c’est peut-être là qu’il y a un problème. On entend en effet bien les enjeux de la pièce – politique, parodique et poétique – mais on entend surtout les deux premiers, alors que l’enjeu poétique passe un peu à la trappe. Arnaud Desplechin prend ce texte comme un scénario, il en fait une histoire dynamique, qu’on suit très bien mais il manque de toute évidence la dimension poétique. » René Solis

« Pour moi le problème premier, c’est que l’on réduit la politique à des dates. Elle n’est donc plus réduite à ce qu’elle a produit,  à ce qu’elle a été concrètement dans la vie des gens et ce qu’elle est encore dans notre vie. Ce qui donne un spectacle qui finit par nous raconter une histoire violente et dure à travers un grand mouvement dont on ne sait finalement pas réellement ce dont il retourne et de quoi il était le fruit. » Jean-Christophe Brianchon

« Cette pièce manque de complexité, de tension dramaturgique, de moments de suspens. Je pense que l’intrication de ces destins et de ces personnages, est rendue, mais pas assez à mon goût. En ce qui concerne le jeu des acteurs, j’ai trouvé Michel Vuillermoz tout à fait formidable dans le rôle du salaud. » Arnaud Laporte

Plus d'informations : "Angels in America" - Mise en scène Arnaud Desplechin // jusqu'au 27 mars à la Comédie Française

"Phèdre!", un one man show intello et drôle

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Présentation : Ce Phèdre ! de Racine pourrait avoir en sous-titre : conférence espiègle et insolite. La salle de spectacle devient salle de cours, et nous, devant un Romain Daroles en jeune professeur exalté qui veut nous transmettre sa passion ardente pour Phèdre, nous rions. Seul sur scène, armé d'un livre, le comédien campe tous les personnages et fait revivre sous nos yeux la force des passions à l'oeuvre dans la pièce. Habité d'un enthousiasme communicatif pour la langue classique, il retrace d'une verve cocasse la descendance mythologique des personnages, démêle l'intrigue foisonnante, déchiffre la beauté merveilleuse des alexandrins... Ajouté au titre, le point d'exclamation – ou point d'« admiration » comme il était appelé à l'époque – vient marquer l'émerveillement du metteur en scène et de l'interprète et leur amour pour un théâtre toujours aussi vivant. Tout en humour, François Gremaud coupe le mal « à la Racine » et fait de cette grande tragédie classique une odyssée moderne et joyeuse. Le drame qui se noue est, « en vers » et contre toute attente, une ode à la vie, un hymne à la joie.

L'avis des critiques

« C’est au-delà d’un Phèdre pour les nuls, c’est une approche ludique et décomplexée de la tragédie racinienne. Romain Daroles raconte et explique tout avec une très grande simplicité, beaucoup d’humour et d’allant, totalement contagieux d’ailleurs parce que le public jeune et moins jeune réagit pleinement tout au long de la pièce. Tout est dit avec aisance, grâce, humour, c’est incroyable. » Marie-José Sirach 

« Rapidement, le dispositif m’a fatigué, au bout de vingt minutes j'en avais assez. Je préfère voir "Phèdre" dans une belle mise en scène que "Phèdre pour le nuls". Cependant, tous les professeurs de français doivent se précipiter avec leurs élèves pour voir ce spectacle car il peut les aider à l’étudier ensuite en classe, c’est une approche ludique de "Phèdre", et faite avec talent." René Solis

« Tout a fait jouissif ! C’est vraiment un acteur au service d’une pièce et d’un public, et peut-être avant tout d’un public, car a priori c’est un one man show qui peut faire peur, qui n’est pas forcément très accessible, mais qui relève finalement de la médiation culturelle. L’acteur décide à sa façon, avec plein d’atours et de petites astuces, de nous dire ce qu’était réellement "Phèdre", ce qu’était Racine, ce qu’était la langue de Racine, ce qu’était la mythologie grecque. » Jean-Christophe Brianchon 

« C’est un spectacle que je conseille aux jeunes et aux moins jeunes. J’adore les jeux de mots volontairement très énormes, et Romain Daroles joue avec une jovialité et une bonne humeur très communicative. Le metteur en scène François Grémaud a choisi l’interprète idoine pour transmettre ce Phèdre.» Arnaud Laporte 

Plus d'informations : "Phèdre!" de François Gremaud avec Romain Daroles // En tournée

  • du 2 au 4 mars au Théâtre de Fontblanche, Vitrolles
  • les 5 et 6 mars au Théâtre de l'Olivier, Istres
  • du 9 au 13 mars au Théâtre Universitaire, Nantes
  • du 16 au 18 mars au Manège, Maubeuge
  • le 24 mars au Théâtre de Chelles
  • les 26 et 27 mars à l'Espace 1789, Saint-Ouen
  • du 30 mars au 3 avril à Tandem, Scène Nationale Arras-Douai
  • du 6 au 9 avril à La Passerelle, Scène Nationale de Saint-Brieuc 
  • du 15 au 17 avril à L'imagiscène, centre culturel de Terrasson
  • du 4 au 7 mai, du 11 au 16 mai, du 18 au 20 mai, du 25 au 29 mai et du 2 au 6 juin au Théâtre de la Bastille, Paris

♥ Le coup de cœur ♥ de Arnaud Laporte pour "Motel" de Charly Fournier

Plus d'informations : "Motel" Texte et mise en scène Charly Fournier // jusqu'au 30 mars au Théâtre du Petit Saint Martin

Intervenants

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......