LE DIRECT
A gauche : affiche d'Intra Muros ; en haut à droite : Les Trois Sœurs ; en bas : Désobéir

Théâtre : "Il nous montre des gens blasés, aux rêves rétrécis par la nostalgie"

55 min
À retrouver dans l'émission

Théâtre ce soir. Levée de rideaux sur : Les Trois Sœurs, Intra Muros et Désobéir.

A gauche : affiche d'Intra Muros ; en haut à droite : Les Trois Sœurs ; en bas : Désobéir
A gauche : affiche d'Intra Muros ; en haut à droite : Les Trois Sœurs ; en bas : Désobéir Crédits : La Pépinière, Thierry Depagne, Willy Vainqueur

Les Trois Sœurs, théâtre de l'Europe - Odéon (du 10 novembre au 22 décembre)

D’après Anton Tchekhov, un spectacle de Simon Stone. Avec Jean-Baptiste Anoumon, Assaad Bouab, Éric Caravaca, Amira Casar, Servane Ducorps, Eloïse Mignon, Laurent Papot, Frédéric Pierrot, Céline Sallette, Assane Timbo et Thibault Vinçon.

Présentation officielle : Trois sœurs, trois destins entrelacés. Au fil du temps, les existences se précisent, les choix se figent, les rêves de la jeunesse se dissipent dans la médiocrité ambiante. Pourtant elles restent sœurs, jamais elles ne l’oublient... Après Medea, Simon Stone revient à l’Odéon, où il est artiste associé, pour y recréer sa propre interprétation du chef-d’œuvre par lequel Tchekhov ouvre le XXe siècle. L’air de famille, chez Stone, a tout d’un air du temps. L’œuvre du Russe est ici comme une sœur aînée, celle de l’Australien est sa cadette. Il est beaucoup question d’amour chez la première, de sexe chez la seconde, et de frustration chez les deux. La maison des Prozorov envahit le plateau, qu’elle occupe de sa masse impressionnante. Électrique, efficace, drôlement désespérée, la langue de Stone épouse les rythmes de notre modernité. Mais sous les éclairs aveuglants de l’actualité, quelque chose du monde n’a peut-être pas tant changé que cela depuis 1900. À travers la vitesse des échanges, nous entendons percer, et nous reconnaissons, la même difficulté à communiquer, la même “illusion de la connexion”. Ces êtres assis sous nos yeux “dans l’antichambre du drame”, ces frères (et sœurs) humains qui nous sont si proches, s’inventent des histoires en attendant comme autrefois que le rideau se lève sur la vraie vie.

Les tchekoviens intégristes vont être déçus. Mais Simon Stone réussit à retrouver la verve de l'auteur, son écriture chorale. Fabienne Pascaud

Il y a un manque de chair, de rythme ou de temps qui laisse le spectateur en dehors de la pièce. Lucile Commeaux

Les personnages sont très bien croqués. Le regard de Simon Stone est d'une acuité impressionnante. Il nous montre des gens blasés, aux rêves rétrécis par la nostalgie. Anna Sigalevitch

Intra Muros, au théâtre La Pépinière à partir du 14 septembre 

Texte et mise en scène Alexis Michalik. Avec Jeanne Arènes, Bernard Blancan, Alice de Lencquesaing, Paul Jeanson, Fayçal Safi et le musicien Raphäel Charpentier.

Présentation officielle : Tandis que l'orage menace, Richard, un metteur en scène sur le retour, vient dispenser son premier cours de théâtre en centrale. Il espère une forte affluence, qui entraînerait d'autres cours - et d'autres cachets - mais seuls deux détenus se présentent : Kevin, un jeune chien fou, et Ange, la cinquantaine mutique, qui n'est là que pour accompagner son ami. Richard, secondé par une de ses anciennes actrices - accessoirement son ex-femme - et par une assistante sociale inexpérimentée, choisit de donner quand même son cours ? 

C'est un théâtre efficace, un bon spectacle mais trop bétonné pour attiser ma curiosité. Anna Sigalevitch

Il y a peu d’imagination, d'entre les mots. Les personnages sont "ras-la-casquette", pas suffisamment fouillés. Fabienne Pascaud

C'est un théâtre populaire, un théâtre du récit dans une veine romanesque. Lucile Commeaux

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Désobéir (pièce d'actualité n°9), au théâtre de La Commune du 14 au 25 novembre 

Dans une mise en scène de Julie Berès. Avec Lou-Adriana Bouziouane, Charmine Fariborzi,  Hatice Ozer et Séphora Pondi.

Présentation officielle : La metteure en scène Julie Berès cherche davantage à sonder les rêves et les révoltes de jeunes femmes du 93. Entre fidélité et refus du poids de l’héritage, entre désirs immenses et sentiments d’impasse de l’époque, s’interroge le rapport à l’idéal, à l’amour, à la croyance, à la justice et à la violence tel qu’il se construit pour chacune d’elle.

L'écriture se situe à la lisière du cliché avec audace. C'est un spectacle qui aborde crûment et de manière distanciée des sujets graves. Lucile Commeaux

Les comédiennes refusent le monde tel qu'il est avec le sourire. Elles ne sont pas dans une posture victimaire. Anna Sigalevitch

Désobéir (répétition)
Désobéir (répétition) Crédits : Willy Vainqueur

Vos commentaires

Avant et pendant l'émission, réagissez et donnez votre avis sur le compte Twitter et la page Facebook de La Dispute.

Intervenants

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......