LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
"Please, Please, Please", "Crystal Pite", "Isadora Duncan"

Spectacle Vivant : "Please, Please, Please", "Body and Soul", "Isadora Duncan"

56 min
À retrouver dans l'émission

Au sommaire de cette Dispute Spectacle Vivant : "Please, Please, Please", de La Ribot, Mathilde Monnier et Tiago Rodrigues, "Body and Soul", de Crystal Pite jusqu’au 23 novembre à l’Opéra Garnier, "Isadora Duncan", de Jérôme Bel du 28 au 30 novembre au Théâtre de La Commune

"Please, Please, Please", "Crystal Pite", "Isadora Duncan"
"Please, Please, Please", "Crystal Pite", "Isadora Duncan"

"Please, Please, Please"

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Présentation : Mobilisant le texte autant que la danse, La Ribot et ses deux complices passent un accord non contractuel qui, à coup sûr, ne tiendra aucune de ses promesses. Une manière pour eux de sonder l’indocilité première du corps et de l’opposer à la discipline des institutions.

Avec : Mathilde Monnier, La Ribot

Plus d'informations : "Please, Please, Please", de La Ribot, Mathilde Monnier et Tiago Rodrigues //au Théâtre populaire Romand, à La Chaux-de-Fond, Suisse du 6 et 7 mars 2020 // à la Comédie de Genève, Suisse du 26 au 28 mars 2020 //au Pôle-Sud, Strasbourg du 7 au 8 avril 2020 // au Lieu Unique, Nantes du 12 et 13 mai 2020 // Le Quai, Centre Dramatique National d’Angers du 15 et 16 mai 2020

L'avis des critiques : 

« Le jeu de batterie qui a duré 20 minutes m’a mis en transe et le dialogue entre la mère et l’enfant m’a beaucoup touché par ses mots simples qui font jaillir de réelles émotions. » Arnaud Laporte

« La pièce parle de l’instabilité, de l’urgence, mais ça reste fermé, c’est un entre soi où les trois artistes n’arrivent pas à parler au public. » Florian Gaité

« Une course-poursuite entre le mot, le geste et l’immobilité. Il y a énormément de choses et d’idées dans ce spectacle qui ne sont pas complètement abouties ou exprimées. Le jeu est crispé, le texte est craché, tout cela m’a mis dans un questionnement instable. » Philippe Noisette 

« Une déception à la hauteur des attentes que promettaient ce casting de rêve. Le texte et la danse m’ont déçue. Une scénographie laide, inintéressante, je n’ai réussi à me raccrocher à rien. » Marie Sorbier

"Body and Soul"

"Crystal Pite"
"Crystal Pite"

Présentation : Après la création unanimement saluée de The Seasons’ Canon en 2016, Crystal Pite retrouve les danseurs du Ballet de l’Opéra le temps d’un spectacle. Soixante minutes découpées en autant de séquences dansées. Née au Canada, formée au Ballet de Francfort, la chorégraphe s’est nourrie des langages de Forsythe, Kylián ou encore Mats Ek. Elle insuffle à chacune de ses chorégraphies une charge émotionnelle débordante et communicative, et invite les danseurs à dépasser leurs limites. Sa danse, viscérale et soucieuse des détails, propulse les interprètes dans la cadence effrénée d’un spectacle total.

Avec : Ludmila Pagliero, Léonore Baulac, Marion Barbeau, Héloïse Bourdon...

Plus d'informations : "Body and Soul", de Crystal Pite, musique d’Owen Belton // jusqu’au 23 novembre à l’Opéra Garnier

L'avis des critiques :

« Crystal Pite surexploite des ressorts chorégraphiques avec des scènes de groupe, des décalages, des échos, des effets de littéralité. L’intro m’a plu et surpris par sa sobriété. Une chorégraphie sûrement sincère mais qui manque de spontanéité et qui donne un style académique et classique très appuyé. » Florian Gaîté 

« On sent une peur de faire quelque chose de politique avec les scènes de  foule ce qui donne quelque chose de mou, édulcoré, fade. J’ai apprécié le travail sur les duos avec des danseurs au vocabulaire classique qui sont parfaits. La dramaturgie musicale rajoute des effets grimaçants qui ne sont pas nécessaires. » Philippe Noisette 

"Isadora Duncan"

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Présentation : Avec cette nouvelle création – le portrait dansé d’Isadora Duncan – Jérôme Bel poursuit sa réflexion sur la dimension politique de la danse. Confrontant le passé des archives au présent de la performance, Isadora Duncan est l’occasion de contempler une pensée à l’œuvre.

Avec : Elisabeth Schwartz

Plus d'informations : "Isadora Duncan" de Jérôme Bel // du 28 au 30 novembre au Théâtre de La Commune // le 26 et 27 mars 2020 au Grand Théâtre de Dijon

L'avis des critiques :

« Une relecture de la modernité où on admire Elisabeth Schwartz sans être paralysé par le discours. Isadora Duncan représente l’autre modernité celle qui s’est émancipée des lieux par un retour à la nature. » Florian Gaité

« Ce spectacle m’a fait peur mais Elisabeth Schwartz éclabousse la scène. C’est un portrait dansé parfaitement maîtrisé. Un spectacle de la transmission qui met en lumière l’histoire de la danse moderne par la danse d’Isadora Duncan. » Philippe Noisette 

« Elisabeth Schwartz est une grande danseuse. Le regard de Jérôme Bel sur son spectacle m’a dérangée. Il désacralise les intentions de la danse en l’expliquant ce qui m’a mise à distance par le dévoilement du mystère. De plus le silence de la danseuse fait l’effet d’une marionnette qui me met mal à l’aise. » Marie Sorbier

Coup de cœur de Florian Gaité pour "Sweat baby sweat", de Jan Martens

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Présentation : Un corps à corps amoureux saisi dans une tension tout autant musculaire que magnétique duquel se dégage une puissance de fascination absolument électrisante.

Avec : Kimmy Ligtvoet et Steven Michel

Plus d'informations : "Sweat baby sweat", de Jan Martens le 15 novembre à L’Onde Théâtre - centre d’art (Vélizy-Villacoublay)

Intervenants
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......