LE DIRECT
La grève des banques à Paris en 1974

Quand les banquiers criaient "A bas les profits !"

53 min
À retrouver dans l'émission

1974 |Retour en documentaire sur "le mai des banques", neuf semaines qui ont paralysé le secteur bancaire en 1974. Salaires, temps de travail, égalité hommes-femmes... des revendications classiques à un moment atypique : au milieu du conflit, la mort de Georges Pompidou.

La grève des banques à Paris en 1974
La grève des banques à Paris en 1974 Crédits : Capture écran de Daniel Armengaud via Youtube
banque1
banque1 Crédits : Radio France

Au début des années 1970, la banque vit sa troisième révolution et se trouve en pleine expansion. Dans ces établissements semi-publics ou privés, le nouveau personnel est jeune et recruté à un niveau d’étude relativement bas. La profession bancaire est également très féminisée et peu rémunérée avec des perspectives d’évolution moindres. C’est dans ce contexte que le conflit démarre à la Banque de France au début de l’année 1974. Après plusieurs journées d’action nationales lancées par la CFDT et la CGT, les salariés des autres banques entrent dans le mouvement et les autres syndicats – FO, la CFTC et le syndicat des cadres, la SNCB – rejoignent et appelle à la grève reconductible.

A Paris, puis en province, la pratique d’assemblées générales tenues dans chaque banque ou à la Bourse du travail est la règle. Les comités de grève élus s’opposent parfois à l’intervention des syndicats. Ces derniers ne sont pas toujours en accord concernant la stratégie à adopter face à l’attitude de certains groupes d’extrême gauche partisans d’une grève dure avec occupation des banques et leur fermeture. C’est d’ailleurs au Crédit Lyonnais qu’Arlette Laguiller participe à cette grève en tant que militante FO et porte-parole de Lutte ouvrière. Pour sa part, la CFDT a tendance à soutenir la conception démocratique de cette lutte.

Les revendications sont classiques (hausse de salaires, condition de travail, 35h, égalité hommes/femmes, progression de carrière, sécurité dans les agences …) mais le gouvernement ne veut pas céder sur les salaires craignant une contagion à d’autres secteurs. Le patronat soutenu par Giscard, ministre des Finances, va cependant céder peu à peu. Le 2 avril le décès du président Pompidou vient modifier les données du problème. Giscard, candidat à la future présidentielle, reçoit les organisations syndicales à la fin du mois de mars 1974 pour trouver une issue. Le conflit décline mais va perdurer encore quelques semaines. Il aura duré plus de neuf semaines.

"Le Mai des banques", un documentaire de Séverine Liatard et Séverine Cassar, avec les témoignages de : Liliane Dutheil, Joseph Dounovetz, Daniel Lemire, Ohan Toufanian, Georges Bégot, Martine Leblanc, Luc Derieu et Jean Lévy

banque4
banque4 Crédits : Radio France
banque2
banque2 Crédits : Radio France
banque3
banque3 Crédits : Radio France

A voir aussi : le montage photo réalisé par Daniel Armengaud qui avait photographié cette mobilisation en 1974.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......