LE DIRECT
Présentation de la collection sportswear, Saint-Moritz, Suisse, 1922
Épisode 2 :

Du pantalon bouffant à l'hégémonie de la doudoune : une histoire de la mode de sports d'hiver

52 min
À retrouver dans l'émission

Comment le vêtement de sports d'hiver a-t-il influencé la mode européenne dans l'entre-deux-guerres ? Révolutionné la mise en scène des corps ? Et enfin participé à l'invention du vêtement technique ?

Présentation de la collection sportswear, Saint-Moritz, Suisse, 1922
Présentation de la collection sportswear, Saint-Moritz, Suisse, 1922 Crédits : Ullstein bild - Getty

Emmanuel Laurentin et Anaïs Kien s'entretiennent avec Régis Boulat, historien, maître de conférences à l'Université de Haute-Alsace.

La mode de sports d'hiver naît alors qu'elle concerne un environnement, celui de la montagne et du froid, que personne ne connaît. Comment se résout ce paradoxe avant la Première Guerre mondiale ?

Régis Boulat : On commence par importer des modèles de Scandinavie, de Norvège notamment. Le jersey, une matière à la fois souple et solide, qui servait à fabriquer les tricots de marins, devient la matière idéale pour habiller le corps en mouvement, au moment où l’on commence à s’adonner aux joies du sport. Il faut préciser qu'à l’origine, le ski est une activité masculine qui se pratique dans des vêtements caractérisés par le chic britannique ! Les Anglais, en même temps qu'ils théorisaient et codifiaient la plupart des sports, ont donné le ton de la mode qui allait avec. Au XIXe siècle, des tailleurs comme Burberry ou Barbour inventent des toiles imperméabilisées, des matières que l’on qualifierait de techniques aujourd’hui. Mais pour le reste, à l’époque, on skie en cravate ! 

Alors le problème des fabricants de vêtements, ce sont les femmes ?

Régis Boulat : Oui, ou plutôt le problème c’est le pantalon. Au XIXe siècle, les femmes pratiquaient déjà le patin à glace. Mais le jour où elles décident de se mettre au ski, le problème c’est quelle tenue porter ? Les magazines féminins de l’époque conseillent des jupes raccourcies mais la jupe entrave le mouvement, ses plis se remplissent de neige… Or il reste hors de question de porter le pantalon. Les femmes les plus aventurières portent des pantalons longs et bouffants afin que la pudeur et la morale soient sauves. Mais pour les autres, le catalogue de la Manufacture de Saint-Etienne propose en 1910 encore de grandes capelines qui se portent sur les épaules et qui servent à dissimuler le pantalon afin de sauvegarder les apparences, une fois la pente descendue !

Publicité pour une marque de vêtements de sports d'hiver, 1910, Angleterre
Publicité pour une marque de vêtements de sports d'hiver, 1910, Angleterre Crédits : Hulton Archive - Getty

Dans le vêtement féminin, on s’achemine de plus en plus vers une tenue aussi simple que possible. Un pantalon simple, ni large, ni bouffant, qui va jusqu’au-dessus des genoux et se continue par une bande molletière, a très bon aspect. Ce dernier équipement est très seyant pour les jeunes femmes et l’œil est déjà presque habitué à les voir porter des pantalons bouffants recouverts d’une jupe courte descendant jusqu’au genou. Mais il faut remarquer qu’à partir d’un certain âge, le port du pantalon ne rajeunit jamais ; tout cela est une affaire de goût personnel.  Qui veut avoir avant tout quelque chose de pratique – et le pantalon est ce qu’il y a de plus pratique pour faire du ski – peut songer que, si l’esthétique n’y trouve peut-être pas son compte, ce sport s’en trouve pourtant facilité. Pour les jeunes femmes, il convient toujours de dissimuler dans le vêtement la ligne des hanches : avec une ceinture de cuir fortement serrées, une jaquette et un pantalon bouffant, elles ont l’air extraordinairement négligé. Au reste, à ski aussi, tant qu’on n'en a pas aux pieds, l’habit fait le moine ». Anton Fendrich, Les sports de neige, 1912

Les textes, lus par Elsa Dupuy, sont extraits de l'ouvrage d'Anton Fendrich, Les sports de neige (Hachette, 1912).

Musiques diffusées

  • Anton Dvorak, 13 esquisses poétiques, op 85, Sur la montagne sacrée 
  • Benjamin Lew & Steven Brown, Moments 
  • Edvard Grieg, Sonate en fa majeur op. 8
  • Dominique Vasseur, Une esquisse de paysage imaginaire n°2  
  • Gershon Kingsley, Sunset Sound
Intervenants
  • historien, maître de conférences à l'Université de Haute-Alsace

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......