LE DIRECT
rue de la ville de Reims, Première Guerre Mondiale
Épisode 2 :

1918-1924 : Reims, ville martyre

51 min
À retrouver dans l'émission

Dans l'émission du jour, nous revenons sur la place de la ville de Reims dans la Première Guerre Mondiale. Nous commençons par évoquer la cathédrale incendiée puis la construction, la destruction et enfin la reconstruction du Monument aux Héros de l’Armée noire.

rue de la ville de Reims, Première Guerre Mondiale
rue de la ville de Reims, Première Guerre Mondiale Crédits : STR / HISTORIAL DE PÉRONNE / AFP - AFP

La destruction de la ville de Reims au coeur du conflit de la Première Guerre Mondiale

En première partie, l'historien allemand Thomas Gaehtgens évoque le rôle de Reims dans la Première Guerre Mondiale. En septembre 1914, la ville est bombardée et la cathédrale détruite dans un incendie. Reims est prise en étau entre des troupes allemandes et des troupes françaises qui la prennent et la reprennent. Initialement, l'armée allemande souhaitait répéter le plan de la guerre de 1870 : une campagne rapide. Mais en 1914, l'armée a été rapidement bloquée. 

"On peut presque dire que la Grande Guerre aurait pu s’arrêter en septembre 1914 ! parce que les armées ne bougeaient plus, après le bombardement de Reims et celui de la cathédrale, les armées se sont mis dans les fossés et sont restées là jusqu’en 1918. Donc militairement, c’était une catastrophe, le plan d’avance avait échoué, c’était terminé » Thomas Gaehtgens

Du côté français, il y avait cette crainte que les troupes allemandes ne pratiquent la politique de la terre brûlée.  

Les intellectuels français et allemands avaient des relations amicales avant-guerre, et même des relations d'admiration mutuelle. Ces intellectuels, pour la majorité, sont devenus nationalistes et ont défendu l’armée. De part et d'autre, il y a eu une propagande guerrière. Bien sûr, il y a quand même eu quelques voix minoritaires, mais il fallait savoir lire entre les lignes.
La paternité de l’art gothique est disputé entre français et allemands et le savoir des historiens de l’art est transformé en idéologie à la fin du XIX e siècle.

Thomas Gaehtgens souligne la nécessité de poursuivre l'étude de ce chapitre de l'histoire pour continuer l'échange entre les deux pays.

L'histoire du Monument aux Héros de l'Armée noire

Monument aux Héros de l’Armée noire, photo de 2018.
Monument aux Héros de l’Armée noire, photo de 2018. Crédits : FRANCOIS NASCIMBENI / AFP - AFP

Aujourd'hui Emmanuel Macron et Ibrahim Boubakar Keïta inaugurent le Monument aux Héros de l’Armée noire à Reims, en hommage aux tirailleurs africains de la Première Guerre mondiale. En compagnie de Cheikh Sakho, mémorien, nous revenons sur l'histoire de ce monument. 

Le monument a été inauguré en 1924 par Edouard Daladier. Le 10 septembre 1924, les nazis ont déposé le monument -sans doute pour le fondre-. Le monument sera inauguré en cette fin de journée dans le parc de Champagne à Reims. 

" Le souvenir de Reims n’appartient pas seulement aux Français mais aussi aux Allemands et aux Africains." Cheikh Sakho 

"L'héroïsme s’exprime à Verdun mais il n’est pas à Reims ! Ce double geste est important, c'est à dire : le Monument aux Héros de l’Armée noire de Reims, et son jumeau à Bamako le monument aux Soudanais morts pour la France ; on est dans cette continuité." Cheikh Sakho 

Références :
Archive conférence Emile Male   
Magnificat of a rose a lovely rose
/John Rutter par la maîtrise de Reims
Discours de Jacques Chirac le 25/06/2006 lors du 90e anniversaire de la bataille de Verdun

Intervenants

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......